La déclaration de la CNAS-Faso Hèrè sur la situation actuelle

7

Le système que nous subissons aujourd’hui, instauré depuis l’avènement de ce régime en 2013 qui a étalé, durant tout son mandat (2013-2018), sur tous les plans, toutes ses insuffisances, carences et incompétences pour gouverner le Mali, allait, radicalement et copieusement, être sanctionné et balayé en 2018 si ce n’était le manque de solidarité entre les candidats à l’election présidentielle, l’immaturité politique de la majorité du peuple et les abstentionnistes.

Au regard de la situation actuelle, les Maliens, sans distinction aucune, préfèrent finalement la rue aux urnes qui pourraient, cependant, leur permettre, dans un système démocratique, de prendre leur destin en mains en barrant la route à tous les aventuriers et renégats à la solde de l’étranger, en participant pleinement à la vie de la nation pour proposer des changements au niveau de toutes les institutions contestées, pour influer sur le choix de tous les hauts dirigeants et responsables du pays. Mais hélas, l’habitude est une seconde nature. Les Maliens restent toujours sur le même registre de déstabilisation permanente des institutions, en foulant au pied la Loi fondamentale, nonobstant le fait que les après 1968, 1991 et ATT n’aient été que des déceptions.

Le peuple malien n’apprend jamais de son passé. Au lieu de préparer, de façon professionnelle et harmonieuse, les échéances de 2023, nous étalons, à la face du monde, notre irrespect des principes démocratiques et les mauvais choix de nos dirigeants car IBK n’est qu’un pur produit du comportement de la société malienne. De grâce, pour une fois au moins, faisons très attention aux envolées lyriques de tous ces marchands d’illusions. La plupart d’entre eux sont des anciens collaborateurs d’IBK, qui, à l’époque, n’ont pas remis en cause sa mauvaise gouvernance et n’avaient aucun souci pour le bonheur du peuple malien. Après avoir perdu leurs privilèges et à la quête d’un confort personnel permanent, ils poussent les innocentes populations dans la rue pour des manifestations auxquelles ne prennent même pas part ceux qui leur sont proches.

Les vrais patriotes maliens, intègres, compétents et courageux sont ceux qui ont refusé de collaborer avec le régime actuel ou qui l’ont abandonné volontairement au vu et au su de tout le monde. Plusieurs autres ont été marginalisés et se sont mis, en définitive, à l’écart. Le moment venu, qui n’est certainement plus loin par la grâce de Dieu, tous émergeront pour défendre la patrie en danger. Dommage que ces derniers ne soient pas encore compris par la majorité des électeurs qui restent encore enivrés par les hommes politiques manipulateurs du seul verbe, les acheteurs de voix lors des élections et les activistes et agitateurs, ne disposant d’aucun programme concret pour le développement socio-économique du Mali et la défense de la patrie.

Que Dieu dirige l’ensemble du peuple malien sur le droit chemin! Vive le Mali

Commentaires via Facebook :

7 COMMENTAIRES

  1. SOUMANA SACKO est un technocrate très compétent, intègre,mais pas un homme politique.
    LA POLITIQUE, C’EST AUSSI L’ART DE CONQUÉRIR LE POUVOIR ET DE L’EXERCER.
    On ne peut pas avoir toutes les qualités.
    L’art de conquérir le pouvoir ne fait pas partie des qualités de ZOU.
    Croire qu’on est intègre, les autres ne le sont pas au motif d’avoir collaborer avec le régime actuel, c’est abandonner sciemment un pan entier d’électeurs.
    SOUMANA SACKO N’A T’IL PAS COLLABORÉ AVEC LE RÉGIME LE PLUS SANGUINAIRE DE L’HISTOIRE CONTEMPORAINE DU MALI?
    Ne l’a t’il pas fait après l’assassinat du père de la nation, après celui du leader estudiantin ABDOUL KARIM CAMARA CABRAL?
    N’aurait-il pas continué à travailler avec le dictateur sanguinaire,s’il avait accepté de lutter contre la corruption comme il l’a souhaité?
    Dans ce cas quelle différence il y aurait-il entre SOUMANA SACKO et ceux qu’il dénonce d’avoir collaboré avec IBK?
    Il dit “LE PEUPLE MALIEN N’APPREND JAMAIS DE SON PASSÉ”
    Il y a t’il un seul peuple malien?
    Celui des années 1960 a t’il la même mentalité que celui de la fin des années 1980 après vingt-trois ans de dictature?
    Cette mentalité des années 1980 qui a fait appel à ZOU pour conduire la transition est elle la même après vingt-huit ans de l’ère démocratique?
    Il faut plutôt dire que les cadres maliens,d’après génération des pères de l’indépendance, sont incapables de façonner une société dominée par la dictature militaire afin qu’elle réponde au défi du monde moderne.
    ZOU, chef de gouvernement de la transition, avait pour mission d’élaborer une LOI FONDAMENTALE permettant de concrétiser le KOKADJE que nous avons réclamé.
    Son gouvernement a proposé la copie de la constitution de la république française.
    Tout pouvoir élu dans ce cadre constitutionnel avait tous les POUVOIRS entre les mains.
    Le pouvoir judiciaire est soumis à celui exécutif dans un contexte hérité de la dictature militaire définissant cette mentalité que dénonce ZOU.
    MODIBO KEITA et ses CAMARADES ont initié un projet pour lutter contre la mentalité héritée de la colonisation.
    ZOU a proposé quoi pendant la transition pour lutter contre la mentalité héritée de la dictature militaire?
    Il dit “ils poussent les innocentes populations dans la rue pour des manifestations auxquelles ne prennent même part ceux qui leurs sont proches”
    C’est vraiment ZOU qui a prononcé cette phrase?
    Donc ZOU pense réellement comme les thuriféraires de MOUSSA TRAORÉ que nous avons été poussé dans la rue en 1991?
    Quand SOUMANA SACKO était avec MOHAMED LAMINE TRAORÉ en 1997,qu’il fréquentait ,avec d’autres ,son QG comme aujourd’hui le QG de MAHMOUD DICKO l’est, les appels à manifester c’était de pousser “les innocentes populations dans la rue pour des manifestations..”?
    Si CHEICK OUMAR SISSOKO, MOUNTAGA TALL, OUMAR MARIKO qu’ils accusent aujourd’hui de pousser “les innocentes populations dans la rue” n’étaient pas engagés contre la dictature militaire par des manifestations, ZOU serait-il premier ministre en 1991?
    Le peuple malien a fait confiance à ZOU pour conduire la transition.
    Il en est sorti une LOI FONDAMENTALE inadaptée à la société malienne car copiée à celle de la république française.
    Au lieu de reconnaître sa responsabilité afin de rejoindre le M5-RFP dédié à corriger ses erreurs,ZOU pense “Au lieu de préparer, de façon professionnelle et harmonieuse,les échéances de 2023,nous étalons,à la face du monde,notre irrespect des principes démocratiques et les mauvais choix de nos dirigeants,car IBK n’est qu’un produit du comportement de la société malienne”
    Comment “préparer, de façon professionnelle et harmonieuse,les échéances de 2023” avec IBK au pouvoir car malgré “le manque de solidarité entre les candidats à l’élection présidentielle, l’immaturité politique de la majorité du peuple et les abstentionnistes”,plusieurs rapports ont montré que le pouvoir a utilisé le dernier public pour influencer les électeurs,que le bureau de campagne de SOUMAILA CISSE a démontré mathématiquement que dans les endroits où IBK a fait un pourcentage énorme, il y a eu bourrage d’urne.
    Pendant un quinquennat, IBK a évité toute réforme de l’organisation des élections,l’a évité avant les législatives contestées malgré les recommandations de la CEDEAO après les élections présidentielles de 2018 et celles de la DNI.
    ZOU pense t’il réellement qu’il va le faire avant 2023?
    Quand on dit que ZOU n’est pas un homme politique,mais un technocrate, c’est pour signaler qu’il a été incapable de mettre en place un parti politique ou un groupe de partis politiques autour de sa personnalité permettant de bousculer le pouvoir comme l’a fait SOUMAILA CISSE.
    On ne peut pas unir autour de sa personnalité quand on pense que la classe politique est corrompue alors qu’elle ne fait que s’adapter à la société comme le font tous les hommes politiques du monde.
    C’est la société malienne qui est corrompue.
    Comment refaçonner la société malienne?
    Cette question n’est jamais posée par une personne narcissique comme ZOU qui pense qu’il est le seul à lutter contre la corruption.
    Tout est dans la qualité de la LOI FONDAMENTALE à proposer.
    S’il est permis une séparation réelle des POUVOIRS, une presse responsable et libre, on n’assistera nécessairement à un filtrage de la classe politique car trop se retrouveront derrière les murs de la prison, leurs camarades politiques étant incapable de les secourir.
    En Italie, les juges harcèlent tellement les hommes politiques sales qu’ils finissent par leurs épingler.
    N’ont-ils pas fini par incarcérer BERLUSCONI malgré sa puissance financière?
    En Italie le pouvoir judiciaire est indépendant, plus qu’en France.
    Que ZOU quitte son confort d’homme narcissique qui pense qu’on doit aller le chercher comme ça l’a été en 1991 pour rejoindre le M5-RFP qui a en son sein un immense homme,CHEICK OUMAR SISSOKO, qui a fait la fierté du Mali dans le monde,plus que ZOU.
    Lui ne peut pas risquer sa CRÉDIBILITÉ à suivre des personnes, si ce n’est pour sauver le Mali,lui donner une autre ORIENTATION.
    Lui mérite qu’on le respecte car dire qu’on pousse les manifestants dans la rue, c’est l’indexer aussi.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

    • Je pense que vous êtes un homme confus. Tantôt vous accusez Zoumana SACKO de ne pas être un homme politique parce qu’il est entrain d’aliéner une partie de l’électorat en parlant des tares de la société malienne, tantôt vous dites la même chose et vous demandez de proposez une solution.
      Non, Zou n’est pas seulement un technocrate, il est également un homme politique mais il n’a pas la même mentalité que vous et les autres politiciens maliens. Pour vous tous les moyens sont bons pour conquérir le pouvoir : Demi-vérité, mensonge, achat de conscience avec de l’argent sale, alliance contre-contre nature, alliance avec le diable, avec les terroristes, utilisation de la religion et j’en passe. Je pense que mêmes ceux qui affirment que nos problèmes sont dus à notre constitution savent qu’ils ne disent pas la vérité. Il y a une corrosion morale dans notre société et quel que soit le texte ou la loi qu’on votera ici, les choses ne vont pas bouger. Les djihadistes du Nord un exécuté un noir parce qu’il tué une peau rouge. Une autre peau rouge a commis la même faute, elle a été condamnée de payer le “kissa”, le prix de la vie. Quel est le montant équivalent à une vie humaine? Voyez-vous ce n’est le texte mais l’homme, et c’est cet homme qui se faire rare ici, y compris parmi ceux demandent l’application de la charia. Zou n’est pas un narcissiste. Les malhonnêtes souffrent beaucoup quand on parle des honnêtes gens ou quand ceux-ci se tapent la poitrine pour dire ceux qu’ils sont. Si vous pouvez dire la même de vous-même à visage découvert faites-le.

  2. Zou est un politicien dépassé par les événements. Sa haine envers ceux qui l’ont devancé dans cette révolution en marche l’empêche de voir clair. Comment aller aux urnes en 2023 sachant que les élections seront d’avance truquer par une n-ième “manassade*” quand les distributions de billet auront échoués. C’est une vision du Mali que les patriotes refusent d’envisager.

  3. Zou est un politicien dépassé par les événements. Sa haine envers ceux qui l’ont devancé dans cette révolution en marche l’empêche de voir clair. Comment aller aux urnes en 2023 sachant que les élections seront d’avance truquer par une n-ième “massade” quand les distributions de billet auront échoués. C’est une vision du Mali que les patriotes refusent d’envisager.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here