Quoi de neuf à Tombouctou ?

0

Du 28 au 31 Juillet 2O11, s’est tenu un atelier régional d’élaboration des messages en santé de la reproduction dans la salle de délibération de l’Assemblée Régionale. Cet atelier a été organisé par le Réseau de communication pour le développement -Réseau d’Assistance et d’Appui Mali (CD-RAAM), avec l’appui du Fonds des Nations Unies pour  la  Population (UNFPA). Il a regroupé des agents socio sanitaires et animateurs des cercles de Niafunké, Diré, Goundam, Gourma-Rharous et Tombouctou. L’objectif de cet atelier est d’élaborer des messages adaptés aux milieux, donner une bonne formation aux agents socio sanitaires, animateurs et journalises de la région pour une meilleure sensibilisation des populations de la région de Tombouctou.

Siaka Diakité parle sans convaincre sur l’AMO
Le premier août 2011 dans la salle de réunion de l’ex CEDRAB, le Secrétaire Général de l’Union National des Travailleurs du Mali (UNTM) a animé une conférence sur l’Assurance Maladie Obligatoire (AMO).

Malgré la détermination de Siaka Diakité, son message semble tomber dans une oreille de sourd. Dans la mesure où la plupart des travailleurs, mêmes militants des syndicats affiliés à l’UNTM sont préoccupés à savoir quand la fin des prélèvements sur les salaires au compte de l’AMO et le remboursement des montants déjà prélevés comme le revendique bien la CSTM, l’autre centrale syndicale. D’ailleurs, à Tombouctou Siaka Diakité est considéré par la majeur partie des militants des syndicats affiliés à sa propre centrale syndicale comme corrompu car défendant quelque chose qui n’est pas du tout partagée par ceux là même dont il est supposé défendre les intérêts. Raison pour laquelle, beaucoup de travailleurs ont préféré boycotter la conférence de Siaka. Ceux qui ont effectué le déplacement, l’ont fait par curiosité, pour voir comment ça va se passer, c’est-à-dire à la manière de nous autres, hommes de médias. « Siaka Diakité ne nous dira rien de nouveau sur l’AMO, tout ce qu’il va dire, on le sait déjà. Parce qu’il est payé par la CANAM dans l’argent qu’ils nous coupent tous les mois pour venir effectuer cette mission », nous a déclaré un enseignant. A notre passage dans un grin, un médecin tentait de prédire ce que Siaka va dire. Il l’ironisait en ces termes : « l’Amo, c’est la solidarité ! Certains ont dit que les assurés AMO ne seront soignés que par des DECI, c’est faux ! Les spécialités aussi sont prises en compte… » Pauvre Siaka !
Rassemblé par Oumar Baraka.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER