Fin des Assises nationales sur le Coton : le Mali à la conquête de son titre du « Roi du coton africain »

2

Premier produit d’exportation, le coton est une filière stratégique pour l’économie malienne avec 4 millions d’emplois. Cependant, les différentes crises au cours des deux dernières années ont occasionné d’énormes pertes dans le secteur obligeant le gouvernement a initié des Assises nationales du coton.

maliweb.net -« Le coton malien peut et doit reconquérir sa place de leader au niveau sous régional et en Afrique », a indiqué le ministre de l’Agriculture, Mahmoud Ould Mohamed. C’était à la cérémonie de clôture des Assises nationales sur le coton, ce lundi 08 février, sous la présidence du Premier ministre Moctar Ouane. « Le secteur coton doit se surpasser et aider le Mali à briser le cercle vicieux de la pauvreté et de la précarité », a ajouté le ministre Mahmoud Ould Mohamed.

Les assises nationales pour la relance de la culture de coton interviennent après des assises régionales du 25 au 31 janvier dernier. Le Premier ministre qui a mis fin aux travaux a salué des « conclusions opérationnelles » visant la relance du secteur dès cette année. Selon Moctar Ouane, des améliorations seront apportées : au mécanisme d’approvisionnement en intrants ; à la capacité des organisations paysannes ; avec une nouvelle forme de subvention de l’Etat, ou encore au financement de la recherche sur le coton.

Dans le document final, les participants ont recommandé le maintien de la subvention sur les engrais « sous sa forme actuelle (subvention sur le prix des engrais) ». L’objectif à ce niveau est de relancer la production cotonnière dès la campagne agricole 2021/2022. Il a été aussi recommandé de transférer la subvention sur le prix à la production à partir de la campagne agricole 2022/2023. Sur la gouvernance des organisations de producteurs, les participants ont recommandé de « séparer les fonctions des syndicats » de celles des unions de coopérative (cumul de fonction).  « Une même personne ne doit pas être à la fois syndicaliste et membre du bureau de l’union », peut-on lire dans les recommandations finales.

Mamadou TOGOLA/maliweb.net

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Roi des asservis !
    Les intellectuels maliens ne sont pas capables de voir les pièges des conditions de production du coton : les conditions sont définies ailleur et on ne fait que survivre !

  2. Etre « Roi du coton africain » sans être capable de transformer 10% de son coton est une honte…… Nous envoyons toute notre matière première en Europe et en Asie, ensuite ils nous revendent des tissus ou des vêtement 100 fois plus chers!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here