4ème session ordinaire du Comité de pilotage du PRODEVIM : De belles perspectives en vue pour faire du Mali un grand producteur et exportateur de viande

0

Le ministre de l’industrie et du commerce et de la promotion des investissements, Monsieur Harouna Niang,  a présidé le jeudi 25 février 2021 à l’ouverture des  travaux de la 4ème session ordinaire du Comité de Pilotage du Programme de Développement à l’Exportation de la viande du Mali (). La promotion de l’exportation de la viande du Mali était cœur de ces échanges.

La présente  s’est articulée autour des  points relatifs : à l’adoption du compte rendu de la réunion du Comité de Pilotage du 24 janvier 2020,  à l’examen  et l’adoption du rapport d’activités 2020 et  la présentation du plan de travail 2021 et son budget. Elle a enregistré la présence du représentant  résident adjoint du PNUD au Mali Alfredo Texara en plus des différents représentants des secteurs techniques d’encadrements de différents départements (agricultures, élevage,  commerce, éducation …).

Le programme de développement à l’exportation de la viande  du Mali  comme rappelé par le ministre Niang,  est une initiative conjointe de son  département et celui du département de l’agriculture et de la pêche avec l’appui financier et technique du Programme des Nations Unies (PNUD) et ONUDI. Le PRODEVIM vise le développement du secteur de l’élevage au Mali donc  par ricochet la relance de l’économie nationale. En effet, notre pays possède un riche cheptel, qui le classe au premier rang dans l’espace UEMOA et 2ème rang dans le classement de l’espace CEDEAO, il vient après le Nigéria.

Selon DNPIA (direction nationale des productions et industries animales), en 2019  le cheptel malien était estimé à plus de 12 millions tête de bovins, plus de 19 millions têtes d’ovins, plus de 26 millions têtes de caprins, 1million   240 mille camelins. Des  chiffres qui soulignent  l’existence d’un potentiel de transformation du bétail en viande, et sous-produits (peaux et cuirs, lait et autres sous-produits du bétail) pour reprendre les propos du ministre Niang. Qui par ailleurs ajoute que ce potentiel nécessite une valorisation en vue d’une meilleure commercialisation tant à l’extérieur qu’à l’intérieur du pays.

Les statistiques de la DNPIA et de l’INSAT prouvent à suffisance que ce sous-secteur de l’élevage  fait une grande contribution à l’économie nationale (environ 22%  à la formation du PIB),  d’où la légitime volonté des autorités et des partenaires à s’investir dans sa promotion.

A travers la mise en œuvre du PRODEVIM,  le Mali ambitionne de valoriser ce sous-secteur de l’élevage et pour y parvenir des mesures sont engagées pour renforcer  la  qualité et la compétitivité  en développant une viande saine à mettre sur le marché.    Il est prévu la construction des usines de viande à Mopti, Sikasso, Gao et à Bamako en vue de contribuer à la production d’une viande saine et salubre pour la consommation domestique et internationale.

Khadydiatou SANOGO/maliweb.net

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here