4ème Session de l’assemblée consulaire de la chambre des mines : Le défi de la promotion des nationaux dans la production minière au cœur des préoccupations

0

 

La Chambre des mines du Mali a tenu, le jeudi 29 décembre dernier, dans la salle de conférence du CNPM, la 4è session de son assemblée consulaire. Cette session budgétaire était placée sous le signe de la cohésion et de l’unité d’action. La cérémonie d’ouverture était présidée par le secrétaire général du ministère des Mines, Lamine Alexis Dembélé, en présence du président de la Chambre des mines du Mali, Abdoulaye Pona et des délégués venus des régions et du district de Bamako.

Dans son discours-bilan, le président de la Chambre des mines, dont le bureau est en fin de mandat, a salué le combat des hommes et des femmes qui a abouti à la création de l’institution.

Pour Aboulaye Pona, malgré les nombreuses contraintes, notamment celles liées aux difficultés de mobilisation des ressources et les difficultés consécutives à la crise que notre pays a connue, son institution a engrangé un certain nombre d’acquis qui sont entre autres : l’acquisition d’un siège permanent bien équipé, l’élection et l’installation de délégations régionales, l’élaboration d’un manuel de procédure administrative et financière, la formation de 400 orpailleurs sur les textes régissant l’orpaillage au Mali et sur l’organisation des sociétés coopératives dans les localités de Kangaba, Kéniéba, Kadiolo et Yanfolila en 2015 ; l’acquisition d’un site d’une carrière artisanale à Dabléni dans la commune rurale de Moribabougou et l’aménagement de ses voies d’accès en faveur des carrières artisanaux achevés en mars 2013 ; la signature le 20 mai 2014 d’un protocole de collaboration entre la Chambre des mines et la direction des Eaux et forêts en vue de concilier les exigences de protection de l’environnement,  etc.

Malgré ces résultats encourageants, reconnaît M. Pona, l’arbre ne doit pas cacher la forêt. La structure est confrontée à d’énormes défis à relever notamment en effet et qui s’appellent :  rassemblement, unité et cohésion de l’ensemble des branches d’activités du secteur minier malien en général et en particulier des grandes sociétés minières, le défi de l’organisation et l’encadrement de l’exploitation artisanale afin d’éviter qu’elle soit encore source de conflits comme ce fut le cas à Kobada-Foroko en 2013,2014 et 2015 ; le défi de la promotion des nationaux dans la production minière notamment à travers les petites mines et pourquoi pas les grandes mines comme c’est le cas de Wassoul’Or  et le défi de l’organisation dans la sérénité et la concorde de l’élection des membres de la 2è assemblée consulaire courant 2017.

A en croire le Abdoulaye Pona, la Chambre des mines envisage en termes de perspectives de participer à la relecture du code minier de 2012, l’organisation d’un forum sur la fiscalité minière au Mali ; l’organisation de journées d’échanges sur la problématique de la mise en œuvre de la responsabilité sociale et sociétale des entreprises minières, etc.

Quantau secrétaire général du Ministère des Mines, M. Lamine Alexis Dembélé, représentant le ministre Sanagé, a souligné que le secteur minier a réalisé des progrès économiques au cours de ces vingt dernières années représentant 25% des recettes budgétaires, 70% des exportations du pays et 8% du PIB.

Il rappelé que la relecture du code minier a pour but de mieux organiser le secteur avant de réaffirmer le devoir de l’Etat à assumer son rôle régalien de suivi et de contrôle.

Rappelons qu’au cours de cette 4è session, trois points étaient à l’ordre du jour et qui étaient l’adoption du rapport financier d’exécution du budget de 2016, l’examen et l’adoption du budget 2017 et les questions diverses.

MAMADOU   NIMAGA     

Commentaires via Facebook :

PARTAGER