In-tillit dans la Région de Gao : L’irrésistible attraction de l’or

3

Certains appellent déjà la localité la ville bleue à cause des nombreuses tentes en bâches de couleur bleu ciel, visibles de loin. En plein désert, la localité d’In-Tillit, située à 90 km de Gao, était presque dans l’anonymat total, il y a moins d’un an. Mais avec la récente découverte de son potentiel aurifère, elle attire irrésistiblement des milliers d’orpailleurs. In-Tillit a pris une nouvelle dimension

Chaque jour, d’interminables convois de jeunes quittent la ville de Gao pour le site l’orpaillage d’In-Tillit. Les voitures les plus adaptées pour ce trajet sont les pick-up, à cause de l’état difficile de la route et de la capacité de transport de ces véhicules. Souvent des passagers qui ne trouvent pas de place à l’intérieur des véhicules, s’installent sur le toit, au mépris des risques.

Le voyage n’est pas sans danger car les conducteurs roulent à tombeau ouvert. «Chaque pick-up peut prendre au moins une vingtaine de personnes en plus de leurs bagages. Le coût du transport est de 5000 Fcfa par personne. Donc nous pouvons gagner entre 90.000 et 100.000 Fcfa par voyage», confie Ag Mossa, un conducteur de pick-up, la moitié du visage caché derrière un turban.

Ils sont nombreux les transporteurs comme lui à tirer leur épingle du jeu, à travers cette nouvelle activité. Une véritable économie s’est créée autour du business de l’orpaillage. Le métal précieux brille pour beaucoup de personnes dans la chaine de cette économie. Pour comprendre quelques paramètres du système, nous empruntons le chemin du site.

Les groupes armés font partie des principaux acteurs de cette mini-industrie. Sur la route entre Gao et In-Tillit, les check-point anarchiques sont légions. Il n’est pas rare de voir des groupes d’hommes, qui souvent ne sont même pas armés, demander aux voyageurs de payer entre 2000 et 2500 Fcfa. à la sortie de Gao, nous dépassons un groupe de jeunes Nigériens en partance pour In-Tillit. Une dizaine, baluchons sur la tête, ils sont décidés à faire le trajet de 90 km séparant Gao du site d’orpaillage à pied. Faute de quoi payer le transport, expliquent-ils.

………LIRE LA SUITE SUR LESSOR.SITE

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. cet or est surprenant pour eux Nord sinon nous dans la region de kayes il y’a plus d’une centaines de site d’orpaillage . tous les sites miniers industrils sont installer dans les anciens site de nos ancetres.
    les diables L’or ne pardonnent pas la trahison , le vol …..ils peuvent detruire toutes une famille durant toute generation.

  2. Cet or appartient aux diables et à Satan, il faut que ces pauvres sachent cela, car personne ne peut s’enrichir avec ce métal précieux qui n’a jamais fait le bonheur d’une personne humaine depuis toujours. Mais comme il n’y a pas de boulot pour les jeunes diplômés, à ce titre, ils peuvent s’occuper pour cet orpaillage, une source d’occupation pour les chômeurs d’aujourd’hui.

  3. Braves populations de Kidal…..et du Nord Mali

    Nous savons que vous êtes en otage par la CMA un groupuscule criminel manipulé par la france en volant l`OR ET LES RESSOURCES RARES DU NORD MALI.

    les autres fils du pays vous libéreront de ce groupuscule mafieux / égoïstes par la grace de Dieu.
    Ce groupuscule criminel qui a déjà assez versé assez de sang sur le sol Malien………..

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here