Edito : Transition militaire, l’échec programmé !

4

Venus en « héros » de la nation en danger, après plusieurs mois de contestation et de résistance des maliens à travers le M5-RFP face au régime corrompu de IBK, les militaires du CNSP sont en passe d’être considérés comme des « zéros ».
En effet, nos bidasses ont vite pris goût au pouvoir tels des baudets dans une plantation de canne à sucre.
Tout d’abord, pour assouvir leurs ambitions pouvoiristes, ils ont écarté le principal acteur du changement de régime en l’occurrence, le M5-RFP.
Ils voudraient à tout prix le dépouiller de sa légitimité acquise de haute lutte et au sacrifie ultime de 23 jeunes tombés sous les balles assassines du défunt régime.
Ensuite, les actes que posent au quotidien les hommes en uniforme sont visiblement contradictoires avec les préoccupations des autres composantes des Forces vives de la nation, d’où l’ébullition du front social.
Egalement, ils n’ont jamais réellement associé les autres composantes de la nation ni à la nomination du Président de la Transition, ni à la nomination du Premier ministre, et encore moins à la mise en place du Gouvernement de la Transition.
Le partage du gâteau Mali se fait à Kati entre eux.
Outre la volonté morbide d’écarter les acteurs du changement, il y a aussi cette méthode cavalière par laquelle les auteurs du parachèvement de la résistance populaire agissent jour après jour :
– la falsification du rapport des journées des concertations nationales au mois de septembre dernier,
– la tentative de mise en place du CNT par une méthode peu orthodoxe,
– la militarisation outrancière de l’Etat par la nomination d’une foultitude de Gouverneurs militaires.
Tout cela, rien que pour marginaliser les acteurs politiques qui doivent contribuer à l’animation de la vie publique et s’accaparer du pouvoir.
Aujourd’hui, les maliens s’interrogent sur les intentions réelles des hommes en kaki de Kati car leur présence massive dans l’appareil d’Etat inquiète.
Face à ce qu’il conviendrait d’appeler dorénavant la « colonélisation » du pouvoir qui est un véritable danger pour la démocratie, il ya lieu de tirer sur la sonne d’alarme.
Il y va de la sauvegarde des acquis démocratiques et de l’avenir du pays.
Ainsi, il est impérieux d’opérer un recadrage de la transition au risque de faire un saut dans l’inconnu, l’impasse voire la confrontation dont le pays n’a nullement besoin.
Le recadrage devrait se faire autour d’une gouvernance consensuelle et inclusive afin de réussir les axes majeurs de la Feuille de route de la Transition, à savoir : le renforcement de la sécurité sur l’ensemble du territoire national ; la promotion de la bonne gouvernance ; la refonte du système éducatif ; les réformes politiques et institutionnelles ; l’adoption d’un pacte de stabilité, etc.
Malheureusement, pour beaucoup d’observateurs avertis, cette transition est déjà un échec par la faute des auteurs du coup d’Etat du 18 août 2020.
La volonté d’accaparement du pouvoir par le CNSP a fini par plomber la transition.
Enfin, Espérons que les autorités de la transition se ressaisiront pendant qu’il est encore temps.
Plaise à Dieu !
Idrissa I. MAIGA, Dirpub L’AGORA

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. alimatou
    Gérer un ÉTAT, ce n’est pas “en restant honnêtes, sérieux et corrects”
    Gérer un ÉTAT, c’est savoir collaborer avec “ces politicards qui n’ont d’autres agendas que de se servir de la politique comme fond de commerce”
    “Ces politicards”ne sont pas tombés du ciel, ils ont été produits par la société malienne.
    ON A LES HOMMES POLITIQUES QU’ON MÉRITE.
    Les maliens se sont mobilisés pour IBK tout en dénonçant les pratiques de l’ADEMA PASJ dont il était le président doublé de sa fonction de chef de gouvernement.
    POURQUOI NE SE MOBILISENT ILS PAS POUR SOUMANA SACKO?
    Ce dernier aussi fait partie des “politicards qui n’ont d’autres agendas que de se servir de la politique comme fond de commerce”?
    ON SAIT QUI EST QUI DANS CE PAYS.
    Si les hommes politiques qu’on dénonce continuent à dominer la scène politique, c’est l’expression et de la volonté populaire et de la qualité de la société malienne.
    On dénonce le voleur alors qu’on fait les mêmes pratiques dans ses activités quotidiennes.
    Et c’est ça qui fait qu’on se méfie des personnes genre SOUMANA SACKO.
    Aujourd’hui les militaires sont plébiscités en espérant trouver à manger pendant leur gouvernance.
    SI LES MILITAIRES VEULENT FAIRE LA POLITIQUE QU’ILS ABANDONNENT LEURS MÉTIERS D’ARMES POUR REJOINDRE LES HOMMES POLITIQUES.
    Dans un pays en guerre, c’est honteux de constater les officiers supérieurs formés pour conduire la guerre se chamailler avec les hommes politiques.
    C’est sans doute une erreur de recrutement de ces jeunes à l’école des officiers.
    Nous avons là les conséquences du népotisme d’État.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  2. ça ne va tarder avant que les maliens clairement si ces militaires sont responsables ou pas. Vu l’état du pays seul un travail patriotique focalisé peut parvenir a quelque chose positive et pour le Mali et ses dirigeant actuels….. il n y a absolument pas de place pour autre chose (adoration du pouvoir, poursuite d’intérêt personnel, pillage de fonds publics, corruption administrative pour les marches publics, népotisme, incompétence …) car les conséquences y sont a la fois lourdes et immédiates. C’est pour cela que malgré ma réserve j’ai une certaine dose d’optimisme…. je croit fortement que les militaires ne seront pas aussi suicidaires que de badiner avec la gestion de cette transition qui a le Mali a la croisée des chemins… même s’il ne faut jamais croire au POUVOIR car il rend saoul et mets les esprits hors d’eux-mêmes.

    LE PEUPLE MALIEN UN LION BLESSÉ

    Les 16 mois restant sont une éternité au vu de tout ce qui peut arriver dedans …; rien n’est garantie et tout est y possible je vous jure de Dieu. Seuls les résultats peuvent calmer les ardeurs (des reformes palpables:… institutionnelles, gestion administratives, civiques, judiciaires, économique, sociales, de processus électoral etc..). Les 16 mois sont assez pour ces reformes si l’on est sincère et focalisé… si l’on est pas busy a s’enrichir personnellement ou a étendre ses mains dans la gestion future post-transition du pays!!! Les 16 mois sont assez pour équiper notre armée afin de la rendre performante et professionnelle…..
    cependant, les 16 mois sont aussi assez pour irriter le peuple malien en continuant a ne pas déclarer vos biens … tout en se octroyant de gros salaires a la IBK (150 million/moi, 100 million/moi etc..)..en refusant d’impulser les reformes tant attendues … en protégeant les criminels du régime IBK (crime financier et crime de sang)…en voulant simplement passer une transition d’intérêt personnel sans confronter quoi que ce soit et ce fait sans changer quoi que ce soit (alors que le M5-rfp qui avait ces changement au peuple martyrs du Mali avait été écarté ).

    DEUX SCENARII

    1. Une transition militaire sauveteur du Mali ..réussie sur fond d’honnêteté, patriotisme et sens élevé de responsabilité d’État avec comme résultats en main: reformes réelles et viables, une armée puissante et professionnelle, un Mali relativement réconcilié et sécurisé…, une élection transparente et non-influencée. BRAVO BRAVO BRAVO les militaire héros SAUVETEUR DU MALI…. applaudissement applaudissement! MERCI LE CNSP!

    2. Une transition militaire catastrophique et faillie (que Dieu nous en garde) …malhonnête et traitreuse avec comme résultat en main: les choses pires qu’avant, dégradation socioéconomique, insécurité aggravée ( a travers le Mali …braquages, cambriolage etc.. ) faillite militaire …avec son cortège des milliers de victimes au centre etc… interférence électorale (l’élément le plus dangereux en terme d’irritation populaire ) en imposant (eux les militaires) leur homme caché au pouvoir en 2022… DANGEREUX car le chaos échappera ! Malheur alors aux militaires car les conséquences y seront incalculables car le peuple s’imposera de nouveau et cela de la façon la plus radicale jamais vue dans l’histoire du Mali…oui je crains ce scenario en 2021-2022!

    Il n y aura pas un troisième scenario possible car la situation actuelle du Mali ne le permettra pas…. soit on va a fond pour réussir ou l’on traine les pieds avec hésitation et légèreté les choses nous échappement dangereusement.

    Mais je vous jure de Dieu je suis optimiste jusqu’à preuve du contraire..j’ai une certaine confiance a Ba Ndaw …. qu’il ne va pas donner le Mali a sa propre destruction!

  3. Ces militaires en restant honnêtes, sérieux et corrects, ils réussirons si et seulement si ils ignorent ces politicarts qui n’ont d’autres agendas que de se servir de la politique comme fonds de commerce. Leur égémonie est fini. Vive ce nouveau Mali avec de nouvelles têtes et de nouvelles ambitions.

    • Ces militaires ne sont pas mieux que les hommes politiques. Les membres du CNSP sont des officiers superieurs menteurs. Apres leur premier discours de prise de pouvoir, il n’ont fait que mentir et tricher au sommet de l’état mais cela va les rattraper et ca a deja commence.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here