Oumar Konaté, directeur de service urbain de voirie et de l’assainissement : “Nous invitons les populations à nous accompagner en participant à la propriété de la ville”

1

Avec comme mission de s’occuper de la propriété de la ville de Bamako après le départ d’Ozone, le service urbain de la voirie et de l’assainissement avec les moyens dont il dispose est en train de déployer des efforts remarquables pour assainir la ville. Pour cela, le directeur invite les populations à l’accompagner et à participer à la propriété de la ville.

 

La tâche du service urbain de la voirie et de l’assainissement n’est pas facile avec les moyens dont il dispose. Malgré tout, elle fait ce qu’elle peut avec le personnel et le matériel que les autorités ont mis à sa disposition et qui aujourd’hui sont utilisés.

A en croire le directeur Konaté, les points critiques sont maîtrisés. Il déclare qu’avec la participation des populations, le service urbain de voirie est parvenu à circonscrire certains points qui étaient critiques et qui ont causé des nuisances aux usagers de la route, à savoir la route de Dabanani qui était souvent coupée par les ordures.

“Avec la collaboration des commerçants, nous sommes parvenus à maitriser cela. Aujourd’hui on constate, depuis près de deux mois que ce point n’a pas fait l’objet de coupure de la circulation par les ordures”, dit-il.

Au Dibida, il y avait un caisson débordé dans un point de collecte qui ne permettait pas aux gens de circuler. A en croire M. Konaté, aujourd’hui avec la participation et la contribution des populations, des riverains, la voirie est parvenue à maitriser cette situation aussi.

“Les populations veillent à ce que les ordures ne soient pas déversées anarchiquement et nous nous venions prendre les ordures qui sont dans les conteneurs pour les évacuer pour la décharge”, se félicite-t-il. En plus de Dibida, le service a aussi l’angle de l’ancienne voirie qui était aussi un point noir. Ceci n’est plus qu’un mauvais souvenir.

Le directeur Oumar Konaté laisse entendre que quels que soient les matériels mis à la disposition de son service, tant que la population ne contribue pas pour que le milieu soit assaini et propre, il ne le sera jamais. “La propriété, c’est d’abord l’affaire des riverains. Ils doivent assainir et nous venons compléter en évacuant les ordures”, rappelle-t-il.

Il invite la population à participer aux activités d’assainissement, qu’elle accompagne la voirie pour rendre les lieux propres. A ses yeux, quand les populations balayent ou curent les caniveaux, en ce moment la tâche viendra au service de la voirie d’évacuer les produits. “Quand les populations assurent la propriété, la voirie vient pour conforter cette propriété”.

  1. Konaté invite également les populations à participer aux activités des groupements d’intérêt économique chargés d’évacuer le contenu des poubelles de chaque concession, pour permettre au moins d’avoir un point de collecte.

Ibrahima Ndiaye

 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Comme toujours, on passe à côté du sujet. Le problème n’est pas tant l’évacuation que la production des déchets. Comment faire qu’on produise moins de déchets ? Que proposer comme substitut aux plastics véritables fléaux ? Comment valoriser les déchets?

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here