Protection et Promotion de la biodiversité : B2 Gold organise le premier symposium

1

La compagnie minière B2 Gold, évoluant au Mali dans l’extraction de l’or, a organisé le mercredi 30 novembre 2022 à l’hôtel Salam, son premier symposium sur la biodiversité. Les acteurs du développement durable, spécialistes et experts, se sont réunis autour de la question pour trouver les voies et moyens d’une protection efficace et continue des réserves de la faune et de la flore du Mali. Ont pris part à cette cérémonie, le ministre de l’environnement, de l’assainissement et du développement durable, Modibo Koné, le directeur de l’environnement de B2 Gold, Diakalia Koné, ainsi que des acteurs communautaires et ceux de la société civile.

Le monde célèbre du 07 au 19 décembre 2022  à Montréal, la conférence des Nations Unies sur la biodiversité. Ce rendez-vous mondial sur les richesses fauniques et de la flore, permettra de poser la réflexion sur les voies et moyens pouvant permettre d’alléger la disparition ou l’agression des richesses biologiques et génétiques.

Le Mali possède d’importantes ressources végétales et animales, représentant toute la gamme des mammifères sauvages, des oiseaux et des reptiles de la savane et de la steppe sahélienne, a souligné le ministre de l’environnement, de l’assainissement et du développement durable, Modibo Keita. S’appuyant sur des chiffres détaillés, le pays regorge de 107 forêts classées et 31 aires protégées, soit 138 entités couvrant une superficie totale de 4.527.987 ha représentant environ 12% du territorial national. « Il a été dénombré 1739 espèces spontanées ligneuses reparties entre 687 genres provenant de 155 familles. Au moins, 640 espèces d’oiseaux sont connues dont 15 sont des espèces endémiques », a rappelé le ministre de l’environnement, qui a jugé bon de préciser que « cette ressource biologique ou génétique est le fondement de tous les écosystèmes et espèces sains et apporte des avantages essentiels aux populations. Elle doit être maintenue pour permettre à toutes les espèces de s’adapter aux changements environnementaux, d’assurer la résilience des écosystèmes et de lutter contre les maladies et les ravageurs envahissants ».

La société minière B2 Gold priorise une exploitation minière responsable et surtout soucieuse de laisser une après-mine présentant moins d’impacts agressifs de l’environnement. Fidèle à son engagement auprès de l’Etat malien, de protéger, préserver et sauvegarder la diversité biologique sur l’étendue de son permis minier, B2 Gold a mené d’importantes « études d’impact environnemental et social de la mine de Fadougou, ainsi qu’un permis environnemental faisant de l’entreprise un acteur important dans le respect des clauses environnementales », a salué le ministre Modibo Koné.

S’agissant de son engagement, la société B2 Gold prône une approche intégrée. « En matière de biodiversité, l’être humain est la première espèce. Tout commence par l’homme et tout fini par l’homme. Nous sommes une compagnie minière donc dans notre exercice de recherche et d’exploitation de l’or, nous perturbons les ressources naturelles. Il est de notre responsabilité de restituer cette perturbation et de ramener l’environnement le plus proche possible de son état initial », a réaffirmé Diakalia Koné, directeur de l’environnement de B2 Gold.

Durant ce symposium, développeurs, praticiens, statisticiens, experts et spécialistes du développement durable, chacun pourra concilier les données et approches dans le but de trouver des solutions idoines. En outre, il permettra de doter les participants, d’informations adéquates et de connaissances pratiques nécessaires à la préservation et à la protection de l’environnement.

Ousmane Tangara

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. C’est dommage de voir que c’est les plus grands destructeurs de cet environnement malien qui sont entrain de parler de la dégradation de ces espaces génétiques et biologiques, cela est un véritable paradoxe, car c’est ces entreprises d’exploitation d’or qui détruisent plus la nature au tour de ces zones d’exploitation. On dirait qu’elle joue du cinéma en se moquant des hommes et des femmes qui défendent la biodiversité, décidément les écologistes doivent pleurer au Mali avec la tenue de ce symposium. Nous nous demandons combien temps après leur passage, ces zones pourrons reprendre leurs aspects d’antan?

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here