Chaos sur un vol Brussels Airlines: l’avion fait demi-tour après un atterrissage d’urgence, les passagers se rebellent

    0

    Colère, incrédulité, chaos. Des images filmées par des passagers montrent comment une rébellion a éclaté à bord d’un vol de Brussels Airlines reliant Bruxelles et Tenerife, ce mercredi. Un quart d’heure avant d’arriver à bon port, l’avion a dû procéder à un atterrissage d’urgence à l’aéroport de Las Palmas de Gran Canaria, après avoir été frappé par la foudre. L’équipage a par la suite reçu l’ordre de rentrer à Bruxelles, annonce qui n’a pas plu aux passagers, menant à l’anarchie complète dans l’avion.

    “Nous devons retourner à Bruxelles”, explique l’un des membres de l’équipage aux passagers. “Non, non, je ne pense pas non!”, répondent les voyageurs, furieux.

    “La décision n’a pas été prise par mon équipe”, informe alors la voix sortant de l’interphone, essayant tant bien que mal de rationaliser les occupants, qui ne veulent rien entendre. “Non, je ne vais pas voler une deuxième fois. Est-elle complètement insensée?”, crie une femme. La situation a par la suite tellement dégénéré que la police a dû intervenir.

    Retour

    Après avoir été frappé par la foudre, un rapide contrôle a été réalisé sur l’avion, permettant de repérer un petit trou sur l’appareil. Les experts ont alors décidé qu’il était capable de tenir le coup le temps d’un vol, avant que des réparations ne soient effectuées. Si l’avion continue sa route vers Tenerife, il y restera probablement bloqué. Pas d’autre choix: il faut faire demi-tour. Les passagers devront ensuite reprendre un autre vol depuis Bruxelles un jour plus tard.

    “Nous devons voler quatre heures et demie dans un avion endommagé. Mais personne ne veut risquer sa vie, voilà pourquoi la situation s’est envenimée”, explique l’un des passagers à nos confrères de ‘Het Laatste Nieuws’. “Le chaos était total”, ajoute un autre voyageur.

    Retournement de situation

    Le créneau horaire de décollage a néanmoins été dépassé suite au tumulte, retourner à Bruxelles n’était ainsi plus une option. Les 155 passagers ont alors débarqué de l’avion. Toutefois, Brussels Airlines ne propose pas ses services dans l’aéroport de Las Palmas, obligeant les voyageurs à se débrouiller seuls.

    “Une partie a alors commencé à s’agiter. La situation a dégénéré”, confirme Maaike Andries de Brussels Airlines. “Certains des passagers voulaient absolument quitter l’avion. On leur a expliqué que la compagnie n’offrait pas ses services dans l’aéroport de Las Palmas, et qu’on ne pouvait ainsi pas leur trouver un hôtel. La situation a réellement tiré en longueur. L’équipage ne peut voler qu’un nombre limité d’heures.”

    La compagnie aérienne s’est néanmoins assurée que tous les coûts raisonnables déboursés par les passagers – taxi, hôtel… – aient bien été remboursés. Ils ont également droit à une indemnisation.

    source: https://www.7sur7.be/

    Commentaires via Facebook :

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here