Fait divers : LES MALFAISANTS

    0

    Ils opèrent à 2 ou 3 et s”attaquent, en pleine ville, à des femmes isolées en misant sur leur brutalité et leur rapidité.

    La commune II du District de Bamako est bien présente dans la chronique des faits divers avec, notamment, des agressions perpétrées par des bandits sur de paisibles citoyens. Adeptes du gain facile, ces malfrats choisissent de vivre de cambriolages plutôt que de chercher à exercer un métier respectable.

    Kassoum Traoré alias Mafia et de Djégui Conté, font partie d”une nouvelle catégorie de délinquants qui opèrent sur des engins à deux roues à visage découvert. Ces deux malfaiteurs se sont rendus coupables de plusieurs agressions sur le territoire de la Commune II. Les policiers ont heureusement mis un terme aux tristes exploits des deux bandits. Ils ont, en effet, été arrêtés la semaine dernière par les agents du 3è Arrondissement.

    La chance a commencé à tourner pour eux dans la nuit du 22 au 23 janvier à Quinzambougou. Une Française du nom de Maya Isabelle Lebfèvre était de passage à Bamako. La Parisienne se faisait un plaisir de découvrir les loisirs nocturnes de la capitale malienne. Elle quitta la maison de Mamadou Saouma, son logeur, pour une petite virée dans le Bamako "by night". Elle parcourut ainsi plusieurs lieux dont le charme lui avait été vanté par ses hôtes.

    DES REGARDS CIRCULAIRES :

    La Française décida d”aller manger un morceau dans un restaurant. Elle se fit servir un délicieux mets aux saveurs locales, après un apéritif. Elle prit le temps de savourer son repas. Après le dîner elle commanda une boisson. Tout en sirotant le breuvage elle consulta l”heure. Elle se rendit compte qu”il se faisait tard et qu”il serait sage de rentrer à la maison. Elle quitta alors le restaurant pour regagner son logement. Elle marchait lentement tenant son sac sous le bras. Épisodiquement, elle jetait des regards circulaires de gauche à droite pour s”assurer qu”elle n”était pas suivie.

    Soudain, deux jeunes gens sur une Djakarta, sortis d”on ne sait où, stoppèrent à côté de la Française. Elle les dévisagea avec étonnement et poursuivit son chemin. Celui qui commandait, Kassoum Traoré dit Mafia, mit pied à terre. En quelques enjambées, il rattrapa Maya Isabelle Lebfèvre. Et commença à lui parler de tout et de rien. Une manière de la distraire. Il assura à la touriste qu”il avait l”impression de l”avoir déjà aperçue quelque part. Maya répondit poliment à Kassoum, qu”elle considérait alors comme un Don Juan à la recherche d”une aventure, qu”il se trompait. Pendant ce temps, suivant à la lettre le plan tracé, Djégui Conté les suivait à moto sans éveiller de soupçon. Il accéléra brutalement dans le dos de la touriste soudainement apeurée. Il heurta violemment la jeune fille à l”épaule où était suspendu le sac. Maya Isabelle cria à la fois de surprise et de douleur et se jeta à terre.

    Des passants accoururent. Mais les deux bandits, très véloces, avaient eu le temps de rafler le sac de la Française et de s”éloigner sur leur moto. Ils emportèrent ainsi le téléphone portable, le passeport, la clé de l”appartement en France de leur victime et une somme de 800 euros, (environ 520.000 Fcfa).

    Les jeunes du quartier se lancèrent à la poursuite des agresseurs. La chance leur sourit. L”un des poursuivants avait pu identifier Kassoum Traoré dit Mafia au son de sa voix. Le groupe des jeunes justiciers circonstanciels se rendit le lendemain au domicile du délinquant à Bagadadji. Les deux voleurs restituèrent alors le sac de la touriste. Mais ils avaient déjà partagé les 800 euros.

    SOUS L”AISSELLE :

    Quelques jours plus tard, le même duo de bandits agressa l”artiste Awa Djerma qui revenait d”un concert. Le tandem détroussa également Mariam Ouédraogo et Kadiatou Mallé, deux employées d”une société de nettoyage, la semaine dernière, aux environs de 5 heures du matin, alors que les deux femmes allaient au travail. Elles marchaient vite avec une seule idée en tête : "tout nettoyer avant l”arrivée des chefs dans les bureaux". Le jour de leur mésaventure les deux dames bavardaient sur de leur métier et dépassèrent des groupes de jeunes noctambules en chemin.

    A la rue "Pachanga", trois individus -Kassoum Traoré alias Mafia, Djégui Conté et un complice- prirent les travailleuses en filature. Celles ci pressèrent le pas lorsqu”elles se rendirent compte qu”elles étaient suivies. Les mauvais garçons aussi allongèrent leurs foulées. Les deux femmes bifurquèrent dans une rue pour semer leurs poursuivants. Peine perdue. Les bandits qui avaient compris leur intention, se précipitèrent pour les bloquer. Kadiatou Mallé put s”échapper. Mais sa compagne Mariam Ouédraogo qui était en grossesse fut arrêtée par le trio. Les bandits tentèrent de lui arracher son sac. Elle résista, bloquant son bien sous l”aisselle. Les malfrats la malmenèrent sans tenir compte de sa grossesse. Elle cria au secours et reçut au visage des coups de poing qui lui brisèrent deux dents.

    Les victimes vinrent, une à une, au commissariat de police du 3è arrondissement pour déposer plainte contre leurs agresseurs auprès de l”inspecteur Papa Mambi Keïta. Une équipe dirigée par l”inspecteur principal entama des investigations. Elle mit en branle ses indicateurs et récolta bientôt des informations sur le refuge des bandits à Bagadadji.

    Les renseignements étaient exacts et l”inspecteur Keïta et ses hommes surprirent Kassoum Traoré dit Mafia et ses deux acolytes dans leur nid. Ils ont été déférés à la prison centrale de Bamako.

    Daouda I. DIAWARA

    Commentaires via Facebook :

    PARTAGER