Mali: tensions et violences dans le sud du pays à Kéniéba

    1
    Kenieba
    La ville de Kenieba

    Au Mali, explosion de violences au chef-lieu de la préfecture de Kéniéba, dans le sud-ouest du Mali, où des heurts opposent population aux forces de l’ordre depuis dimanche soir. Plusieurs édifices, dont la préfecture, ont été incendiés par les manifestants, selon un élu local qui parle également d’au moins deux civils tués par les forces de l’ordre lors de ces affrontements. Tout serait parti d’un conflit opposant les jeunes de cette ville aux propriétaires de la mine d’or de Gounkoto toute proche.

    Ce mardi matin, le calme est revenu à Kéniéba. Les manifestants ont quitté les rues. Les magasins et les écoles restent fermés et il est conseillé aux habitants de rester chez eux. Depuis lundi soir, les forces de l’ordre ont repris le contrôle de la ville. Le gouverneur doit arriver aujourd’hui pour tenir une réunion avec le conseil municipal et les membres de la société civile de Kéniéba. Tous ces représentants décideront alors des mesures d’apaisement à prendre.

    Le bilan de ces jours de violence est lourd. Notamment les dégâts matériels puisque la préfecture, et la résidence du préfet ont été incendiées. D’après le ministère de l’Administration territoriale, des cartes d’électeurs biométriques à peine arrivées ont été détruites dans les flammes. « C’était une véritable insurrection, nous a confié au téléphone le préfet de Kéniéba. Ils ont aussi tenté de s’en prendre au commissariat. Tous les symboles de l’Etat étaient visés », a-t-il conclu.

    Le mécontentement est parti d’un conflit social. Ce sont des travailleurs de la mine Somilo qui ont lancé les manifestations. Notamment les jeunes qui estiment que les critères de recrutement de la Somilo sont discriminatoires. Dimanche, ils ont pris possession du site minier en montant des barricades pour empêcher les travailleurs de passer. Ce matin, ces barrages de fortune ont été démontés et les mineurs de la Somilo devraient pouvoir reprendre le travail.

    Dimanche soir, ils ont voulu faire des barricades empêchant tout déplacement de véhicules vers la zone minière en question. Les services d’ordre sont venus les disperser avec des gaz lacrymogènes.
    Par RFI Publié le 12-06-2018 

    Commentaires via Facebook :

    1 commentaire

    1. comrades I wish I was there to make determination on what about methods used is leading to repeated violence. With unemployment being as massive as it is maybe it would be best to cut number of hours mine workers work in order to create another shift that would employ more miners at no additional production cost to corporation. It would simply be case of workers having to find way to make additional money to supplement their mining pay. It is much easier to make additional money with some money as oppose to make money with no money. Solution must immediately be found plus it must be non violent, humane plus provide opportunity to many to upgrade their living conditions. It is not difficult if management cease its create chaos managing method.” Stop planting seeds for guerrilla warfare.” That is not method to use to build modern living nation. We must be inclusive plus productive thereto upgrading living conditions in timely plus progressive manner.

      VOTE FOR MOUSSA COULIBALY AS PRESIDENT OF MALI JULY 29, 2018
      PATRIOTIC MOVEMENT PLATFORM FOR CHANGE

      VERY MUCH SINCERE,
      Henry Author(people of books)Price Jr. aka Obediah Ubuntu IL-Khan aka Kankan aka Gue.
      translationbuddy.com

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here