Place Niono : Le sac à main retrouvé

    0

    Le magasin a été fouillé de fond en comble sans trouver le moindre indice. Le mystère est resté entier. Comment le sac à main de Chaka enfoui dans un tiroir a disparu en plein jour dans un magasin ouvert à la place Niono à la barbe des ses cousins vendeurs? Avec lui la rondelette somme de 150.000 F CFA, la facture et la vignette de sa moto Djakarta. Comme par enchantement, le sac a été retrouvé trois jours après le forfait dépouillé d’argent devant la porte du magasin dans lequel il avait disparu. Hormis la facture du tricycle, toute la paperasserie était au complet. Sans grande conviction, il avait ouvert le sac retrouvé, espérant au moins qu’il pourrait disposer dans sa totalité les pièces afférentes à ses acquisitions.  A aucun instant, il n’a nourri l’espoir de retrouver l’argent.

    Jusque-là, le cambrioleur court toujours. Difficile de nourrir un brin de soupçon à l’endroit des deux cousins qui officient dans le magasin. D’ordinaire, ils mettent un point d’honneur à lui remettre les effets personnels qu’il a oubliés la veille. Reconnaissons tout de même que ce vol ne manque pas d’audace. Nul doute que l’auteur de ce forfait connait bien son métier. Il ya de quoi épiloguer, et ses amis ne s’en privent guère après de retour en sa résidence vers 23 heures après une journée de forte émotion. Il ne s’était pas remis du choc dès les premières heures. Si bien que  le moteur de sa moto éteint, il avait posé le nez sur le guidon. N’eût été le concours de ses amis, il n’en serait pas descendu de lui-même. Puis il disparaissait derrière le rideau de la porte donnant accès à sa chambre unique, tant il avait touché le fond de la déception. A croire que le ciel s’était  écroulé sur sa tête. Le motif en valait la peine. Des économies réalisées après plusieurs mois de dur labeur s’envolait. Chaka avait sangloté tout bas, éperdu. Son épouse s’était efforcée de tenir des propos d’espoir, rassurants du style : « Dieu a voulu ainsi te préserver contre de mauvais sorts. » En le noyant sous un flot de paroles inspirées des passages d’écritures saintes, elle pensait lui faire digérer cette perte. Rien n’y fit. Par fini, elle a dû se résoudre à recourir à la pharmacie par terre afin qu’il retrouve le sommeil.

    Elle aurait pu s’enthousiasmer au point de crier à une justice divine. Puisque deux jours avant, Chaka avait juré main sur le cœur qu’il n’avait pas un sou en poche en vue d’acheter une paire de chaussures à sa femme coûtant 500 francs. Un de ses amis qui n’en revenait a subitement payé deux paires que son épouse a acceptées. Elle savait également que son mari coureur de jupon envoyait régulièrement des vocaux roses à la sœur d’une voisine  qui avait tout déballé, y compris les transferts d’argent.

    Peut-être sans le savoir, Chaka  a une merveilleuse femme qui préfère rehausser le moral de son conjoint à une séance de larmes. Soudain, il avait ouvert les yeux  pour observer cette femme trompée mais si attentionnée. Finalement, Chaka  s’était endormi.

    Commentaires via Facebook :

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here