Actualité des opérations: La Force Barkhane poursuit son effort dans la région dite des « trois frontières »

2

À l’issue de consultations qui seront conduites avec les partenaires alliés, une transformation profonde de la présence militaire de la France au Sahel s’amorcera. La Force Barkhane poursuit néanmoins son effort dans la région dite des « trois frontières » en menant des opérations de harcèlement dans le Gourma et le Liptako avec les autres partenaires.

Opération SOLSTICE

Du 6 au 20 juin 2021, la Force Barkhane et les Forces armées nigériennes (FAN) ont conduit l’opération SOLSTICE dont le but était de s’attaquer aux Groupes armés terroristes (GAT) affiliés à l’État islamique au grand Sahara (EIGS) dans la région du Liptako malo-nigérien.

Depuis plusieurs semaines, les actions de renseignement montraient que l’EIGS, à partir de ses bases dans le Liptako malien, cherchait à exercer une véritable terreur sur les populations, forcées de déserter leurs villages, et menait de violentes actions de harcèlement contre les FAN.

Près de 300 militaires français et européens ainsi que 800 Nigériens ont été déployés entre
Ouallam au Niger et Ménaka au Mali, pour traquer les GAT dans leur sanctuaire, centré autour des villages d’Akabar, de Tabankort et d’In Araban. Durant toute l’opération, ils ont été appuyés par des Mirage 2000, des hélicoptères Tigre, des drones armés.

Cette opération a été coordonnée à partir d’un poste de commandement colocalisé avec celui de l’armée nigérienne à Ouallam. Étroitement imbriqués, un Sous-groupement tactique désert (SGTD) du Groupement tactique désert (GTD) Tigre, le groupement commando de la Force Barkhane et les compagnies nigériennes ont donné la pleine mesure de leurs capacités. Alliant souplesse d’emploi, masse de manœuvre conséquente et parfaite connaissance du terrain, les unités sont parvenues à débusquer les terroristes dans leurs repaires, au milieu d’oueds et de forêts touffues. Pris à partie à courte portée, contraint de s’esquiver ou de se camoufler, l’ennemi a été soit capturé soit neutralisé.

Plusieurs cadres de haut rang de l’EIGS se trouvent parmi les individus neutralisés, dont l’un des chefs de groupe, Dadi Ould Chaib, plus connu sous le nom d’Abou Dardar. Il est notamment suspecté d’avoir mutilé trois hommes le 2 mai dernier, lors du marché hebdomadaire du village malien de Tin Hama. Véritable succès opérationnel de BARKHANE et des FAN, ces captures et neutralisations portent indéniablement un coup dur à l’EIGS. La saisie de nombreuses ressources complète cet excellent bilan : treize motos, près de trente armes légères d’infanterie, une cinquantaine d’appareils de communication ou encore du matériel entrant dans la confection d’engins explosifs.
La violence des combats au sol a néanmoins coûté la vie à un soldat nigérien, tandis que trois soldats français et un soldat nigérien ont été blessés. Rapidement évacués par hélicoptère vers les antennes chirurgicales militaires de Ménaka et de Gao, ces blessés ont rapidement reçu les soins qui leur ont sauvé la vie.
Le général de division Marc Conruyt, commandant la Force Barkhane (COMANFOR), a rendu visite aux unités sur le terrain le 12 juin. Accompagné du ministre de la Défense, du chef d’état-major des armées et du chef d’état-major de l’armée de Terre nigériens ainsi que du général Namata, commandant la force du G5 Sahel, il a félicité les troupes pour leur engagement et l’excellente coopération établie entre soldats français et nigériens. Il a décoré sur le terrain plusieurs soldats nigériens déjà engagés dans l’opération BOURRASQUE.
L’opération SOLSTICE a ainsi confirmé tous les bénéfices du partenariat de combat entre les forces françaises et les forces partenaires des pays de la bande sahélo-saharienne. La participation des forces spéciales européennes de la TF Takuba a en outre permis d’initier la coopération opérationnelle avec les forces armées nigériennes, appelée à se renforcer dans les mois et les années à venir.

Un véhicule suicide attaque la Force Barkhane aux abords de Gossi

Lundi 21 juin, en début de matinée, des militaires du GTD Tigre de la force Barkhane, alors en mission de reconnaissance pour sécuriser les alentours de la Base opérationnelle avancée (BOA) de Gossi, ont fait l’objet d’une attaque par véhicule suicide aux abords immédiats de la ville.
Le véhicule chargé d’explosif a cherché à s’approcher à plusieurs reprises du dispositif français. Ne parvenant pas à ses fins, il a fait exploser son véhicule à quelques dizaines de mètres des militaires français. Six d’entre eux et quatre civils maliens, dont un enfant, ont été blessés. Des unités d’alerte, dont des hélicoptères Tigre et des Mirage 2000, sont intervenus pour appuyer les troupes au sol et permettre l’évacuation rapide des blessés. Tous les blessés, militaires et civils, ont été aussitôt pris en charge par la Force Barkhane et évacuer vers les hôpitaux militaires de Gossi et de Gao. Quatre militaires français ont été ensuite évacués vers la France pour y recevoir des soins appropriés.

Visite du général Grassano, Senior National Representative (SNR) italien, à Ménaka

Samedi 12 juin 2021, le général Grassano, commandant la mission bilatérale (MISIN) en République du Niger et représentant de l’Italie dans la région du Sahel (Senior national representative), s’est rendu sur la Base opérationnelle avancée (BOA) de Ménaka, sur laquelle sont déployés plusieurs militaires italiens dans le cadre de la Task force Takuba. Accueillis par le commandant de la TF, le général Grassano et sa délégation se sont rendus sur les chantiers actuellement en cours pour accueillir prochainement le détachement italien. Lors de cette visite, le SNR a ainsi rencontré l’équipe santé, et découvert les plots aéronautiques prêts à accueillir les hélicoptères italiens qui armeront la future capacité d’évacuation médicale de la TF Takuba.

© Barkhane
© Barkhane

Transfert d’autorité entre le GTD descendant Bison et le GTD montant RocNoir

Le 19 juin a eu lieu le transfert d’autorité (TOA) entre le Groupement tactique désert (GTD) Bison, commandé par le colonel Stéphane Gouvernet et le nouveau GTD Roc-Noir, commandé par le colonel Thomas Noizet. Au cours de son mandat, le GTD Bison a participé notamment à la sécurisation de la Route nationale (RN) 16 ainsi qu’à des opérations majeures telles que ÉQUINOXE. Dans des conditions particulièrement éprouvantes pour les hommes et les matériels, la détermination, la rusticité et la résilience de ses soldats ont permis de mener des actions de combat d’envergure et de déloger l’ennemi des pourtours de la RN 16, axe majeur du Liptako. Le partenariat de combat a été au cœur de ces opérations majeures qui ont vu militaires français du GTD Bison et soldats maliens combattre côte à côte. Le GTD Bison s’est brillamment illustré par la libération d’un otage détenu depuis plusieurs mois par des terroristes et par la conquête d’un massif montagneux fermement défendu par les groupes armés où il a, avec discernement, permis l’extraction d’enfants-soldats embrigadés de force dans un camp d’entraînement.
Le GTD Roc-Noir est principalement armé par le 13e Bataillon de chasseurs alpins (13e BCA) et renforcé par des unités de la 27e Brigade d’infanterie de montagne (27e BIM) et du 152e Régiment d’infanterie (152e RI).

© Barkhane

Sorties air hebdomadaires (bilan du 16 au 22 juin inclus)

Les avions de la Force Barkhane ont réalisé 116 sorties, parmi lesquelles 22 sorties chasse, 34 sorties ISR et 60 missions de transport ou de ravitaillement.

Suivez l’actualité de la Force Barkhane sur Facebook : https://www.facebook.com/Barkhane/

Contact relations publiques : [email protected]

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here