Mali: la médiation avance à Farabougou, l’implication des autorités réclamée

5

Quinzième jour de siège à Farabougou : cette localité malienne de la région de Ségou est toujours encerclée par des combattants jihadistes qui en interdisent l’accès. Pour la deuxième fois, mardi 20 octobre, l’armée malienne a largué par avion de la nourriture sur le village. Une médiation est en cours, menée par des notables de la zone, mais de plus en plus de voix s’élèvent dans le pays pour réclamer une plus grande implication des autorités.

« Nous tentons à présent d’organiser une rencontre directe », explique un membre de l’équipe de médiation à l’œuvre pour obtenir la levée du siège de Farabougou. Ces derniers jours, deux émissaires ont rencontré les assaillants jihadistes qui ont attaqué le village il y a deux semaines et le soumettent depuis à un blocus.

Ces hommes armés, qui se revendiquent jihadistes et auraient tué six villageois avant d’en kidnapper neuf autres, accusent des habitants de Farabougou d’être eux-mêmes impliqués dans l’assassinat de plusieurs membres de la communauté peule. Le dernier en date : un jeune berger retrouvé mort dans son champ au début du mois.

« Optimistes… »

Les deux émissaires envoyés par la médiation ont présenté des excuses aux familles des victimes peules qui, après une période de réflexion, les ont acceptées. « Les positions ont été rapprochées, et les contacts facilités via des intermédiaires, il s’agit maintenant que des représentants de Farabougou rencontrent directement, en tête à tête, les jihadistes », explique une source au sein de l’équipe de médiation.

« C’est trop lent et ça ne nous satisfait pas, mais nous sommes optimistes », rajoute cette source qui fait remarquer que, du fait de la médiation en cours et de l’engagement intense des personnes impliquées, le blocus se poursuit mais les violences ont cessé.

En attendant, par communiqué ou sur les réseaux sociaux, qu’il s’agisse de simples citoyens ou de personnalités politiques – on peut citer l’ancien Premier ministre Moussa Mara, ou les anciens ministres Mountaga Tall et Cheick Oumar Sissoko -, ils sont nombreux à s’inquiéter de la situation à Farabougou. Certains réclament même avec véhémence davantage d’implication de la part des nouvelles autorités de l’État.

SOURCE: https://www.rfi.fr/fr/afrique

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. @Le Roi Biton de Segou,
    Je suis entièrement d’accord avec vous sur ce sujet.
    Cette situation dépasse complètement toutes les imaginations. C’est ma première fois d’assister à un tel acte de lâcheté de la part des autorités militaires Maliennes.
    Farabougou n’est pas situé sur une ile; mais bien sur terre ferme au centre du Mali. En regardant sur le Google Map, je ne comprends pas comment les djihadistes puissent couper tout accès à ce village entier depuis 2 semaines.
    Si le monde entier n’avait pas été témoigne de cette situation, les FAMa et leurs soi-disant alliés continueraient à demander à la population civile de leur dénoncer tout acte suspect comme si les djihadistes se cachaient…. Voilà tout un village pris en otage depuis 2 semaines au plein centre du pays.
    Et notre armée se contente d’aller larguer des nourritures par avion… pour vraisemblablement nourrir gratuitement ces preneurs d’otages.
    Pourtant, en plus d’un ministère dédié, nous avons un vice-président explicitement chargé des questions de la défense et sécurité.
    C’est une humiliation totale pour le Mali et pour notre armée toute entière!

    • IBK et ses amis doivent rendre l argent volés dans les caisses de notre armée nationale malienne

      Plus drôle dans tout ça nous avons une superbe armée coloniale occupant du pays avec capitale à kidal depuis presque 10 ans, les forces du pillage organisé des nations unies, la forçat unité d élite formé par l occupant pour protéger les régime de service dans la capitale, plus l armee nationale malienne dont les moyens ont été détournés par le régime corrumpu de Ibrahim Boubacar Keita et sa mafia politico militaire, la ce nouveau régime de service continue de l occupant est la comme observateur des problèmes maliens sans solution. Le perdant le peuple malien qu il soit peulh, dogon ou autres.

  2. LA BARBARIE ET LES CRIMES DE GUERRE QUI ONT EU LIEU AU RWANDA DOIVENT ABSOLUMENT ETRE EVITE’S AU MALI! TOUT INDIQUE QUE DES PERSONNES TRES MAL INTENTIONNE’ES SONT ENTRAIN DE TRAVAILLER POUR QUE LE MALI GLISSE CARREMENT DANS UNE GUERRE CIVILE GENERALISE’E QUI FERA DES CENTAINES DE MILLIERS DE MORTS ET DES MILLIONS DE DEPLACE’S.
    COMMENT POUVEZ-VOUS EXPLIQUER QU’UN VILAGE MALIEN SOIT ENCERCLE’ PAR DES JUHADISTES PENDANT PLUSIEURS JOURS ET CEUX QUI DIRIGENT LE MALI, N’ENVOIENT PAS DES MILITAIRES MALIENS POUR LES COMBATTRE?????? GOITA A FAIT VENIR DES FORCES SPECIALES A’ BAMAKO POUR SA SECURITE’ PERSONNELLE MAIS IL LAISSE TOUT UN VILLAGE MALIEN ENTRE LES MAINS DES JIHADISTES!!!!
    LE MALI N’EST UNE PROPRIETE’ INDIVIDUELLE DE PERSONNE!!! LES FAMAS ET LES RESSOURCES NATURELLES ET MINIERES DU MALI DOIVENT ETRE UTILISE’ES POUR PROTEGER LE PEUPLE MALIEN ET REPONDRE A’ SES BESOINS!!!!

  3. NE VOUS INQUIETEZ PAS CAR IL S’AGIT D’UN VILLAGE BAMANAN!!! BIENTOT LE MOUVEMENT POULAKO, TANTIE ADAM BA KONARE’, L’IMAM PEUL MAMOUDOU DICKO, MON AMI PKAGAME ET LE GENDRE NATIONAL KAOU DJIM VIENDRONT CONDAMNER LA BARBARIE CONTRE LE VILLAGE BAMANAN AVEC LA DERNIERE ENERGIE !!!
    FOULAKE’ DIAW, BOBOKE’ GOITA ET MARAKAKE’ WAGUE’ PLUS L’AUTRE CAMARA ONT FAIT LEUR COUP D’ETAT!
    BAMANAW SEN BORA MALIKO LA PEW!
    CE PHENOMENE ETHNOCENTRISTE ET RACISTE QUI TIENT A’ S’EMPARER DU MALI, DOIT ETRE COMBATTU AVEC LA DERNIERE ENERGIE!!!!
    ON REFUSE D’INTERVENIR MILITAIREMENT A’ FARADOUGOU PARCE QUE CE SONT DES PEULS QUI ENCERCLENT LE VILLAGE ET LE MALI D’AUJOURD’HUI EST BIEN CONTROLE’ PAR FOULAKE’ DIAW ET BOBOKE’ GOITA!
    AW BE’ KA SABALI!!!!
    LA ROUE DE L’HISTOIRE CONTINUE A’ TOURNER!!!!!!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here