Biden et les Européens tentent de rassurer et d’éviter la panique bancaire

0

Les Américains peuvent “avoir confiance” en un système bancaire “solide”, a assuré lundi Joe Biden, tandis que les responsables européens s’efforcent de rassurer sur le risque de contagion à la finance mondiale de l’effondrement de la banque californienne SVB.

“Nous ne nous arrêterons pas là”, a assuré le président américain, lundi matin, depuis la Maison Blanche, cherchant à alimenter la confiance, seul rempart contre une contagion à grande échelle des ennuis de la Silicon Valley Bank (SVB).

Les autorités américaines ont mis sous tutelle vendredi cette banque proche des milieux technologiques, et l’ont mise aux enchères avec l’objectif de trouver un repreneur au plus vite.

Elles sont également intervenues en toute hâte face à la faillite de deux plus petits établissements, Signature Bank et Silvergate Bank, connue pour ses liens privilégiés avec le milieu des cryptomonnaies.

Joe Biden a promis que les contribuables américains ne seraient pas mis à contribution, mais a averti que les investisseurs et actionnaires ne seront pas “protégés” de leurs pertes.

Il a également fait savoir qu’il demanderait au Congrès de légiférer pour “renforcer” la régulation bancaire, durcie après la débâcle de Lehman Brothers en 2008 mais allégée ensuite par son prédécesseur Donald Trump.

“Pas de contagion directe”

La banque centrale américaine (Fed) a de son côté annoncé qu’elle allait examiner les conditions de supervision et de régulation de SVB, les événements exigeant “une analyse approfondie, transparente et rapide”, selon le président de la Fed, Jerome Powell.

Les résultats seront publiés le 1er mai.

De l’autre côté de l’Atlantique, les responsables politiques européens s’efforcent aussi de rassurer quant au risque de contagion à l’ensemble du secteur bancaire.

“Il n’y a pas de contagion directe et la possibilité d’un impact indirect est quelque chose que nous devons surveiller, mais pour le moment, nous ne voyons pas de risque significatif”, a ainsi déclaré à Bruxelles le commissaire européen à l’Economie, Paolo Gentiloni, avant une réunion des ministres des Finances de la zone euro.

“Calmez-vous, calmez-vous, et regardez la réalité!”, a lancé aux investisseurs le ministre français de l’Economie Bruno Le Maire, estimant que “la réalité, c’est que le système bancaire français n’est pas exposé à la SVB. Il n’y a pas de liens entre les différentes situations” aux Etats-Unis et en Europe.

Wall Street a terminé sur une note contrastée lundi, après un démarrage dans le rouge. La banque régionale First Republic a néanmoins dévissé de près de 62% à la clôture.

Les places européennes ont aussi repris quelques couleurs après un plus bas en début d’après-midi, mais ont toutefois fini en forte baisse. L’action Credit Suisse, perçue par les investisseurs comme un “maillon faible” du secteur bancaire suisse, a notamment essuyé de fortes secousses.

– Garantie des retraits –

Dimanche, les autorités américaines ont annoncé qu’elles allaient garantir le retrait de l’intégralité des dépôts de SVB et permettre l’accès à tous les dépôts de Signature Bank.

En outre, la Réserve fédérale – la Fed, banque centrale américaine – s’est engagée à prêter les fonds nécessaires à d’autres banques qui en auraient besoin pour honorer les demandes de retraits de leurs clients.

 

Londres a, pour sa part, annoncé que la branche britannique de SVB avait été vendue au géant bancaire britannique HSBC, pour une livre symbolique.

“Les clients de SVB UK pourront accéder à leurs dépôts et leurs services bancaires normalement à partir d’aujourd’hui”, assure le Trésor britannique.

Les autorités veulent à tout prix éviter une panique sur les marchés lundi et des retraits en masse des clients des banques, un “bank run” aux effets potentiellement dévastateurs.

La débâcle de SVB illustre les perturbations de tout le système bancaire américain face au resserrement monétaire de la Fed.

Les relèvements de taux d’intérêt aux Etats-Unis ont incité des clients à placer leur argent dans des produits financiers mieux rémunérés que les comptes courants, tarissant une source cruciale pour le secteur des nouvelles technologies, gourmand en cash.

La course contre la montre ce week-end rappelle les 13 et 14 septembre 2008. Les autorités américaines avaient échoué à trouver un repreneur pour Lehman Brothers et refusé d’intervenir, poussant la banque au dépôt de bilan, avec des conséquences dramatiques pour le secteur financier et l’économie mondiale toute entière.

Par AFP

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Leave the field below empty!