Donald Trump a quitté la Maison-Blanche, sans avoir accueilli Joe Biden

1

Le président américain Donald Trump a quitté la Maison-Blanche ce mercredi 20 janvier à quelques heures de la fin de son mandat, sans avoir accueilli son successeur Joe Biden qui s’apprête à prêter serment.

Fin de partie pour Donald Trump. Le milliardaire à la tête des États-Unis au cours de ces quatre dernières années a quitté la Maison-Blanche ce mercredi, à quelques heures de la fin de son mandat, sans attendre l’arrivée de son successeur Joe Biden, dont il n’a jamais accepté la victoire dans les urnes. Jusqu’au bout, le 45e président de l’Histoire américaine aura piétiné tous les usages.

Après quelques mots aux journalistes sur ses « quatre années extraordinaires », il a embarqué à bord de l’hélicoptère présidentiel Marine One. Il devait s’envoler pour la Floride depuis la base militaire d’Andrews, pour son dernier vol à bord d’Air Force One. S’il a finalement souhaité bonne chance à son successeur dans un message vidéo, le tempétueux septuagénaire ne l’a jamais félicité et – fait sans précédent depuis 150 ans – boudera sa cérémonie d’investiture à Washington, prévue ce mercredi.

« Je reviendrai d’une manière ou d’une autre »
Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton seront, eux, aux premières loges durant ce moment fort de la démocratie américaine prévu à 12 h heure locale (18 h heure de Paris) avec un dispositif de très haute sécurité qui rend la capitale fédérale américaine méconnaissable. La journée restera dans les livres d’histoire en particulier en raison de l’accession, pour la première fois, d’une femme à la vice-présidence de la première puissance mondiale. Kamala Harris, 56 ans, deviendra aussi la première personne noire, et d’origine indienne, à occuper cette fonction.

À l’issue d’un mandat marqué par une avalanche de scandales et deux procédures de destitutions, Donald Trump quitte le pouvoir au plus bas dans les sondages, coupé d’une partie de son camp horrifiée par les violences du Capitole le 6 janvier dernier. Juste avant de partir, il a gracié 73 personnes, dont son ancien conseiller Steve Bannon, accusé d’avoir détourné des fonds prétendument destinés à la construction d’un mur à la frontière avec le Mexique.

Après une brève cérémonie sur la base militaire d’Andrews, dans la banlieue de Washington, il s’envolera une dernière fois à bord d’Air Force One pour rejoindre son club de Mar-a-Lago, en Floride, où il entamera sa vie d’ex-président. « Je reviendrai d’une manière ou d’une autre », a-t-il prévenu.

Source: https://www.ouest-france.fr/

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. What many fail to perceive that members of United States military especially officers perceived is that though unorthodox Trump leadership style was like general at war where defeat comes only with death. As long as that general is alive plus have army he will not surrender.
    It is attitude he likely acquired while attending military academy.
    Unlike with biden we could do business with some risk with Trump but it had be limited due to abrupt change in American leadership plus leadership management criteria.
    Both biden plus obama at mature age proved untrustworthy for us. This is not to say we will not do business but military interaction or business with risk should be ruled out. What risky actions taken with Trump leadership should not be extended to biden unless we desire world to seek to exploit us for being stupid . World leaders do not give stupid break.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here