Influence politique, puissance militaire et économique : BRICS : l’adversaire qui fait peur à l’Ouest

11

L’agenda des BRICS, qui ont réussi à consolider leur position sur la scène politique et économique mondiale, conduit à la réduction de la domination des États-Unis et du monde occidental en général et à l’établissement d’une nouvelle réalité multipolaire.

Le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine ont initialement formé le bloc en 2009, après une série de réunions et d’accords. Le Premier Sommet du BRIC s’est tenu à Ekaterinbourg, en Russie, le 16 juin de la même année, où les chefs d’État en question ont convenu de renforcer le dialogue et la coopération entre eux.

L’année suivante, en avril 2010, à Brasilia, au Brésil, s’est tenu le Deuxième Sommet, au cours duquel les dirigeants de ces pays ont souligné la nécessité d’un système intergouvernemental mondial multidimensionnel.

Puis, lors de leur Troisième Réunion, à New York, en septembre 2010, les BRIC se sont mis d’accord sur l’entrée de l’Afrique du Sud. L’Afrique du Sud a réussi à adhérer après un effort soutenu du fait de sa politique étrangère active. La coalition d’Etats est alors passée de “BRIC” à “BRICS”.

Lors du Quatrième Sommet en mars 2012 à New Delhi, en Inde, une première annonce a été faite de la création d’une Nouvelle Banque de Développement (NDB), qui a été officialisée lors de leur Cinquième Sommet à Durban, en Afrique du Sud, en 2013, avec l’intention claire de l’indépendance des BRICS par le Fonds monétaire international, la Banque mondiale, les États-Unis et l’Union européenne. L’accord pour sa création, après avoir résolu des différends sur des questions d’organisation, a finalement été conclu en 2014, lors de la Sixième Réunion des BRICS à Fortaleza, au Brésil.

Les BRICS représentent 40 % de la population mondiale, soit plus de 3,1 milliards de personnes. Les BRICS font coexister des pays avec différents dégrés de développement et différentes stratégies.

213 millions d’âmes occupant le tiers du sud de l’Amérique

Le Brésil est le plus grand pays d’Amérique du Sud, tant en population (environ 213 millions) qu’en superficie, puisqu’il occupe à lui seul 1/3 de l’Amérique du Sud. C’est aussi le quatrième pays le plus riche des Amériques en termes de PIB. Cependant, il ne dispose pas d’infrastructures appropriées (réseaux routier et ferroviaire insuffisants, infrastructures portuaires insuffisantes, etc.) et en combinaison avec des inégalités économiques extrêmes (1 citoyen sur 4 vit dans la pauvreté absolue) ne lui permettent pas d’émerger comme une superpuissance économique. Selon l’Indice de Compétitivité Mondiale du Forum économique mondial, le Brésil se classait au 108è rang sur 137 économies en 2017 en termes de qualité générale de ses infrastructures. Des scandales de corruption sont également présents dans le pays. Le Brésil traite des questions régionales.

Pays transcontinental d’influence mondiale

La Russie, qui est le plus grand pays transcontinental d’influence mondiale et une grande économie, possède également le plus grand arsenal nucléaire de la planète et une énorme puissance militaire qu’elle a utilisée en Syrie et maintenant en Ukraine. La Russie offre le meilleur niveau de vie à ses résidents par rapport au reste des pays BRICS, avec 3,5 % du PIB consacré à l’éducation et 3,1 % à la santé publique. Le nombre d’habitants vivant sous le seuil de pauvreté ne représente que 0,2 % de sa population. L’économie russe souffre cependant du problème critique de la corruption – qui existe dans tous les pays à un degré plus ou moins important – ainsi que du manque important d’infrastructures bancaires, en raison de marchés financiers insuffisamment développés, de la difficulté à obtenir des prêts et d’une possibilité d’investissement.

Puissance mondiale émergente

L’Inde est une puissance mondiale émergente avec une économie en croissance constante. C’est actuellement la cinquième plus grande économie du monde en fonction de son PIB, tandis que son territoire abrite la deuxième plus grande population du monde, après celle de la Chine, atteignant près de 1,4 milliard de personnes. La croissance du PIB du pays a été parmi les plus élevées au monde au cours de la dernière décennie, atteignant une croissance annuelle comprise entre 6 et 7 %. Cependant, l’Inde a l’un des revenus par habitant les plus bas au monde, tout en faisant face à d’énormes problèmes sociaux à cause de la pauvreté. L’Inde a les pourcentages les plus faibles du PIB consacrés à l’éducation et à la santé parmi les BRICS, à 2,7 % et 1,2 % respectivement. L’Inde est a une orientation régionale.

Premier exportateur mondial depuis 2014

La Chine, qui compte 1,4 milliard d’habitants, se développe rapidement avec une pénétration économique en Asie, en Amérique latine, en Afrique et dans d’autres régions du monde. C’est le géant économique de l’Est avec un taux de croissance annuel de 6,6%, menaçant ainsi la primauté économique des USA. La Chine est le premier exportateur mondial depuis 2014.

Dans le même temps, la Chine, bien qu’elle soit la deuxième plus grande économie du monde, reste un pays à revenu intermédiaire puisque son revenu par habitant n’est encore qu’environ un quart de celui des pays avec revenu élevé et environ 375 millions de Chinois vivent en dessous du seuil de pauvreté de 5,50 dollars par jour. Enfin, la corruption apparaît à des taux particulièrement élevés.

L’Afrique du Sud, de par sa position géographique à la pointe sud du continent, qui lui donne accès à deux océans, est un pays hub. L’Afrique du Sud est le plus grand partenaire commercial de la Chine en Afrique. Dans le même temps, des centaines d’entreprises chinoises, publiques et privées, sont actuellement actives dans le pays. L’économie sud-africaine est la deuxième du continent africain derrière celle du Nigeria. Il possède des richesses naturelles en or, en argent et en charbon, mais aussi l’un des taux d’inégalité les plus élevés au monde.

Seul État africain membre du G20

Les 10 % les plus riches de la population possèdent environ 71 % de la richesse nette, tandis que les 60 % les plus pauvres possèdent 7 % de la richesse nette. C’est un pays qui a un poids politique particulier en Afrique en tant que seul État africain membre du groupe du G20, qui a cependant besoin d’un effort de réforme pour poursuivre son développement économique.

Les BRICS sont donc le camp opposé de l’Occident, que cela s’exprime politiquement, par l’alliance États-Unis-pays anglo-saxons-Union européenne, ou militairement, avec l’OTAN, ou économiquement, avec les organisations économiques internationales d’origine américaine, comme le FMI, la Banque mondiale ou l’Organisation mondiale du commerce. L’orientation stratégique du bloc est une coopération étroite pour contrer efficacement et avec succès l’architecture financière internationale dominée par les États-Unis.

Nombreuses demandes d’adhésion

Après quinze ans, au cours desquels beaucoup s’interrogeaient sur la viabilité du dispositif, les équilibres mondiaux existants conduisent à l’élargissement du bloc. De nombreux pays ont exprimé leur désir de devenir membres des BRICS, comme l’Argentine, l’Égypte, le Venezuela, le Mexique, l’Iran, le Vietnam, le Bangladesh et d’autres.

En conclusion, je voudrais souligner que l’agenda des BRICS, qui ont réussi à consolider leur position sur la scène politique et économique mondiale, conduit à la réduction de la domination des États-Unis et du monde occidental en général et à l’établissement d’une nouvelle réalité multipolaire. Karderinis Isidoros

Commentaires via Facebook :

11 COMMENTAIRES

  1. KInguiranke
    Je suis également pour un monde multipolaire et plus juste ,
    Mais le fond et la forme ne ressemble en rien à ta vision du monde dictatorial et arbitraire ,

  2. @KInguiranke
    Tu es juste un imbécile d’ignorant doublé d’un lâche et d’un peureux (parait-il)
    Rien de plus et rien de moins
    Prends tes gouttes ce soir vieil homme, tu en as besoin

  3. Nous allons dire aux ignorants que les échanges commerciaux se font en Yen, en Rupee ou en Roubles. La de-dollarisation est en marche au Brésil, en Inde, en Argentine, en Russie, en Chine et en Afrique du Sud.

  4. Il sera bi ou multipolaire mais le problème est que les banques centrales aiment trop les monnaies fortes , comme ceux qui adorent d’ailleurs les BRICS
    Les russes changent leur monnaient favorablement aux USD; comme les touristes chinois, brésiliens…..

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Leave the field below empty!