Le Burundi enterre son ancien président Pierre Nkurunziza

2

Les obsèques nationales du président Nkurunziza ont eu lieu ce vendredi matin à Karousi, dans le centre du Burundi. L’ex-chef de l’État est mort, le 8 juin dernier, à l’âge de 55 ans et possiblement du Covid-19. Sa dépouille a été ensuite convoyée sur 60 kilomètres jusqu’à Gitega où son successeur lui a rendu un vibrant hommage.

Le convoi mortuaire est arrivé sur le coup de midi au stade Ingoma de Gitega, où il a eu droits aux honneurs militaires. Son cercueil, monté sur une jeep militaire de commandement et entourés de plusieurs généraux qui marchaient au pas, a fait le tour d’un stade rempli d’invités tout de blanc vêtu. Une marche lente accompagnée de chansons religieuses, de pleurs et de cris de douleur, certaines personnes se sont même évanouies et ont été évacuées par des agents de la Croix-Rouge du Burundi.

Dans tout le stade, pas distanciation sociale et très peu de masques dans un pays où le Covid-19 circule. Des sources concordantes assurent d’ailleurs que l’ex-président Nkurunziza serait décédé des suites de cette maladie.

La perte de son « bien-aimé »

De nombreux hommages ont été rendu à l’ancien chef de l’État. Le premier à prendre la parole, a été le nouveau président burundais Évariste Ndayishimiye, frère d’armes de Nkurunziza durant les années de guerre civile. Des sanglots dans la voix, il a déclaré que le Burundi avait « perdu un père, un ami, un sauveur et un chef d’État sans avoir eu le temps de l’accompagner ». Il a multiplié les superlatifs, en expliquant que si Dieu « nous avait donné le choix, ce n’est pas vous qui serait parti ».

La veuve du défunt s’est dit affligé par la perte de son « bien-aimé », mais Denise Bucumi, pasteur dans une église évangélique, a aussi assuré que « Dieu m’a appris à dire merci en toute chose, je l’ai fait et cela m’a donné la force de tenir ».

Par http://www.rfi.fr/fr/afrique

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Voici un bel exemple pour les Présidents qui veulent s’éterniser au pouvoir en Afrique en foulant au sol les textes de leur constitution. Voici que Allah à frappé et très fortement en mettant les choses à leur place et en refusant le cas de Joseph KABILA en RDC où tout le monde voit que c’est lui qui dirige encore et que le Président actuel n’est qu’une marionnette entre les mains de KABILA et c’est dommage et très regrettable.

  2. UN FILS DIGNE DE L AFRIQUE UN GRAND KAAFAAROH EST PARTI POUR TOUJOURS RESTER DANS NOS COEURS DE VAILLANTS KEMTHS

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here