Tchad: l’opposition appelle à manifester, des troubles à Ndjamena et en province

1

La transition tchadienne a donc choisi hier, lundi 26 avril, son Premier ministre. Le chef du Conseil militaire de transition, Mahamat Idriss Déby, a nommé Albert Pahimi Padacké à cette fonction. Un choix accueilli diversement. Certains mouvements d’opposition et de la société civile ont annoncé des manifestations ce mardi et de premiers graves incidents ont été signalés. Des morts sont confirmés au Tchad ainsi qu’une vingtaine de blessés.

Des manifestants se sont réunis très tôt ce mardi matin à Ndjamena – notamment dans les 7e et 9e arrondissements malgré l’interdiction de manifester des autorités, rapporte notre correspondante à Ndjamena, Aurélie Bazzara-Kibangula. Des manifestations ont eu lieu aussi dans d’autres villes du pays et à Moundou où un manifestant, un jeune homme de 21 ans, a été tué par balle. Une personne a aussi été tuée par balle à Ndjamena. Selon le procureur, une femme a également été tuée à Ndjamena, a-t-il affirmé à l’AFP. Elle se trouvait dans un bus qui a été attaqué par des manifestants, selon le procureur.

À la mi-journée, des interventions étaient encore en cours, par exemple au quartier Moursal, dans le 6e arrondissement, où des pneus brulaient dans chaque ruelle, et où des tirs raisonnaient encore. Le calme était revenu dans le reste de la capitale alors que les traces des affrontements étaient encore visibles. Il y aurait une vingtaine de blessés par balle selon une source hospitalière. Parmi ces blessés, il y a le rappeur Ray’s Kim. Avec la coordination des actions citoyennes, c’est l’un des initiateurs de ces marches. Il a reçu quelques soins d’urgence à l’hopital et il est reparti pour des raisons de sécurité, signale l’un de ses amis. Les organisations de défense des droits humains dénoncent de nombreuses arrestations.

Des manifestations de Moundou à Sarh

En dehors de Ndjamena, on a surtout manifesté dans le sud du pays. À Moundou la capitale économique du pays, une centaine de jeunes se sont déployés par petits groupes sur l’axe qui relie l’aéroport au centre-ville de la capitale du Logone Occidental, dès l’aube. Ils ont érigé des barricades et brûlé des pneus avant d’être dispersés par les forces de l’ordre qui ont tiré des gaz lacrymogènes et à balles réelles, selon les organisateurs et la société civile. En plus du jeune tué à Moundou, les organisateurs de la mobilisation parlent de plusieurs autres blessés et d’une dizaine d’arrestations.

……..LIRE LA SUITE SUR RFI.FR

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Le Tchad ne deviendra plus comme avant, ces manifestations sonnent le glas de l’anarchie avec à la clé la destruction des biens publics. Idriss Deby ITNO va se retourner plusieurs fois dans sa tombe.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here