Trump dit avoir un bouton nucléaire “plus gros” que celui de Kim Jong-Un

2
KEVIN LAMARQUE / REUTERS Trump dit avoir un bouton nucléaire
KEVIN LAMARQUE / REUTERS Trump dit avoir un bouton nucléaire "plus gros" que celui de Kim Jong-Un

Le président américain Donald Trump a moqué mardi son homologue nord-coréen.

INTERNATIONAL – L’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley, a rejeté la perspective de négociations entre la Corée du Nord et la Corée du Sud comme un simple “rafistolage”, avertissant que Washington n’acceptera jamais une Corée du Norddotée de l’arme nucléaire.

Commentant l’offre de Séoul d’entretiens de haut niveau avec Pyongyang, Nikki Haley a déclaré que les États-Unis ne “prendront aucun entretien au sérieux s’il ne porte pas sur l’interdiction de toutes les armes nucléaires en Corée du Nord.” Et d’ajouter: “Nous considérons ce régime comme très dangereux. Nous ne pensons pas avoir besoin d’un rafistolage.”

Les États-Unis prêts à faire adopter de nouvelles sanctions

Plus tôt dans la journée, l’ambassadrice américaine qui a rang de ministre dans le cabinet de Donald Trump, s’est dit prête à faire adopter de nouvelles sanctions internationales contre la Corée du Nord si ce pays procède à de nouveaux essais d’armement.

“Nous entendons des informations selon lesquelles la Corée du Nord se prépare pour un nouvel essai de missile, j’espère que cela ne se produira pas”, a-t-elle déclaré lors d’une allocution devant des médias à l’ONU.

“Un État voyou”

“Si cela se produit, nous devrons ajouter de nouvelles mesures contre le régime nord-coréen”, a-t-elle ajouté. “Le monde civilisé doit rester uni et vigilant face au développement d’un arsenal nucléaire par un État voyou”, a aussi fait valoir Nikki Haley.

“Nous n’accepterons jamais une Corée du Nord dotée de l’arme nucléaire”, a-t-elle insisté, en estimant que bien davantage peut encore être fait pour appliquer les sanctions déjà approuvées par le Conseil de sécurité.

Amener Pyongyang à négocier

En 2017, l’ONU a adopté à trois reprises, à l’initiative des États-Unis, des trains de sanctions économiques sévères contre Pyongyang, touchant notamment les secteurs du pétrole, du fer, du charbon, de la pêche et du textile.

Par ces sanctions, le Conseil de sécurité espère pouvoir faire venir la Corée du Nord à la table des négociations pour discuter de ses programmes d’armements nucléaire et conventionnel, jugés menaçants pour la planète.

Pyongyang, qui se revendique comme un État doté de la bombe atomique, assure de son côté que ses programmes ont une vocation défensive et dissuasive.

Trump compare les boutons nucléaires

Quelques heures après ces déclarations, le président américain Donald Trump est revenu sur l’affirmation par Kim Jong-Un que la Corée du Nord possédait l’arme nucléaire. “Est-ce que quelqu’un de son régime appauvri et affamé peut l’informer que moi aussi j’ai le bouton nucléaire. Sauf qu’il est beaucoup plus gros et puissant que le sien. Et que mon bouton fonctionne, lui.”

Une déclaration qui vient confirmer les craintes du conseiller national à la sécurité, Herbert McMaster. Plus tôt dans la nuit, il avait expliqué que si les sanctions contre la Corée du Nord ne fonctionnaient pas, les conseillers militaires des États-Unis “devraient préparer un large panel d’options pour le président. Et que cela inclurait des options militaires, ce qui n’est pas un secret.”

Par huffingtonpost.fr

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. En réalité, les deux gladiateurs nucléaires cachent le vrai bouton magique dans leur pataton.
    Et c’est évident que Trump a un penis plus gros que Kim, mais si ça fonctionne mieux, il y a des raisons de doute. Trump est assez vieux et son bouton nucléaire est plus vieux que Kim. Donc, c’est tout à fait logique que le facteur jeunesse tourne à l’avantage de Kim.
    Petit penis mais jeune devrait être plus fiable que gros penis mais vieux 🙂 🙂 🙂

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here