L’Allemagne engage des renforts au Mali

1
L'Allemagne engage des renforts au Mali
La ministre allemande de la Défense sur la base aérienne de Incirlik (Turquie), le 21 janvier 2016. © REUTERS/Tobias Schwarz/Pool

L’annonce d’un engagement supplĂ©mentaire de l’Allemagne Ă©tait prĂ©vue avant les attentats de novembre Ă  Paris. Mais ces derniers ont poussĂ© Berlin Ă  aller plus loin pour soutenir et dĂ©lester Paris dans sa lutte contre le terrorisme. AprĂšs une dĂ©cision du gouvernement allemand au dĂ©but du mois, le parlement a votĂ© jeudi 28 janvier en faveur d’un nouveau mandat Ă©largissant la participation de la Bundeswehr.

Avec 502 voix sur 574 votants, le rĂ©sultat est sans appel. Tous les partis, sauf celui de gauche Die Linke, ont adoptĂ© le nouveau mandat d’un an. La participation allemande au sein de la Minusma passe de 150 Ă  650 hommes. Une dizaine de soldats seulement y Ă©tait dĂ©ployĂ©e jusqu’à prĂ©sent. Environ 400 devraient ĂȘtre envoyĂ©s d’ici le mois de juin dans le nord du Mali.

La ministre de la DĂ©fense Ursula von der Leyen a Ă©voquĂ© dans une interview une intervention durable et Ă©voquĂ© les dangers qu’elle impliquait. Le porte-parole du groupe parlementaire social-dĂ©mocrate Niels Annen a dĂ©fendu cette opĂ©ration hier au Bundestag.

.….Lire la suite sur rfi.fr

SOURCErfi.fr
PARTAGER

1 commentaire

  1. ARMÉE MALIENNE UN GÉNÉRAL A LA RETRAITE EN PERSPECTIVE D’UN SABOTAGE
    MandatĂ© pendant qu’il Ă©tait en activitĂ© pour la constitution de la force spĂ©ciale, l’armĂ©e a mis Ă  sa disposition des Ă©lĂšves officiers (EMIA) des Ă©lĂšves sous-officiers (ESO) et des soldats d’autres unitĂ©s de l’armĂ©e. La formation a dĂ©butĂ© en fin de l’annĂ©e 2014 et a durĂ© une annĂ©e et demi. AprĂšs 2 mois de rudes Ă©preuves au Centre de Formation Commando de Samako tous les Ă©lĂšves officiers et certains Ă©lĂšves sous-officiers ont dĂ©sertĂ© le centre pour rejoindre leur Ă©cole. Ces Ă©lĂ©ments n’ont ni Ă©tĂ© blĂąmĂ©s ni punis et mieux ils ont terminĂ© leur cycle de formation et sont nommĂ©s respectivement Sous-lieutenants et Sergents depuis Juillet 2015.
    Par contre les 17 Ă©lĂšves sergent restĂ©s au centre et ayant finalisĂ© la formation avec un stage de formation de 4 mois en Egypte demeurent depuis sans grade sans statut dĂ©fini (ils perçoivent toujours le salaire d’élĂšves sergents bien que n’étant pas Ă  l’école). Ils sont affectĂ©s Ă  Sofara et constituent les Ă©lĂ©ments de pointe dans la lutte anti-terroriste dans le SENO.
    QuestionnĂ©, le gĂ©nĂ©ral leur a signifiĂ© que rien n’est prĂ©vu pour eux mieux selon lui aucune autoritĂ© ne veut entendre parler de leur sort. En consĂ©quence ils peuvent voir qui de droit sinon retourner reprendre le cycle Ă  l’ESO s’ils tiennent Ă  obtenir leur grade de Sergent. Il se fait menaçant en faisant prĂ©valoir son grade de gĂ©nĂ©ral en disant ceci : “personne ne vous a obligĂ© Ă  subir cette formation, sous d’autres cieux on vous aurait foutu en taule”. Ceux qui ne veulent pas accepter ce statut ont le choix de retourner chez leur parent.
    A quelle Ă©poque se croit-il ?
    Pour qui roule t-il ? Et pour quel but ?
    IBK, rĂ©veilles-toi, aprĂšs le complot de l’ONU c’est celui de l’ArmĂ©e qui est en perspective sur votre dos. Le moral de la troupe est entamĂ© par cette injustice savamment entretenue pour dĂ©mobiliser, dĂ©moraliser et rĂ©volter le maillon central de l’armĂ©e contre l’autoritĂ© de l’État.

Comments are closed.