Décédé le 25 décembre : Soumaïla Cissé sera inhumé vendredi

2

Décédé à Paris des suites de coronavirus, la dépouille du leader charismatique de l’URD, chef de file de l’opposition, attendue demain, sera portée en terre vendredi.

Terre il était, terre il y retournera. La nation entière s’apprête à lui rendre un dernier hommage. A la dimension d’un homme qui avait consacré l’essentiel de sa vie à la politique et qui jouissait d’une large notoriété et d’un grand prestige dans son pays et au delà. Maniant à l’envie un style simple, direct, dépouillé de tout artifice, au risque de bousculer certaines idées préconçues, sa compagnie et ses conseils étaient recherchés. Comme par le passé, lorsque candidat en 2002 son parti l’Adema l’abandonnait au milieu du gué au profit de l’indépendant Amadou Toumani Touré qui du reste avait mouillé le maillot. Certes, Alpha Oumar Konaré, président sortant était guidé par une autre considération  comme il l’avait brillamment résumé  dans un discours testament: « le coureur de relai, une fois joué sa partition, ne peut pas se désintéresser du reste de la course… J’ai un candidat, il est faible… Je ne dirai pas son mon, de crainte qu’il ne soit canardé».

A l’échec aux portes de la présidence de la République succédait la protestation. Celle-ci en politique joue un rôle plus important. Et réciproquement la désertion joue un rôle d’autant important que le nombre de partis politiques soit plus élevé. Soumaïla Cissé portait sur fonts baptismaux l’Union pour la République et la démocratie (URD) en 2003, conférait à sa formation une force de frappe par le biais aussi de fusion-absorption de petits partis.

L’ingénieur-informaticien, sorti de l’Ecole polytechnique universitaire de Montpellier, s’était investi corps et âme à élargir sa base électorale en partant à la pêche de nouveaux adhérents. Succès en demi-teinte. Ses efforts s’étaient en partie fracassés contre certaines réticences à mordre l’hameçon. Ses propos du style « les Maliens consomment trop de sucre » ou encore « le pain est un luxe pour les Maliens » en réaction à la valse des étiquettes alimentaient les causeries dans les grins, salons feutrés. En dépit de ses dénégations, le ver était déjà dans le fruit. Et, il n’avait quitté son rang de second à la présidentielle.

 

Les dieux sont jaloux !

 

L’ex-otage avait bénéficié durant sa captivité longue de six mois d’un élan de solidarité qui ne l’avait plus abandonné ces derniers temps. Un sondage lui donnait largement favori de la prochaine élection présidentielle de juillet, même si aucune date pour l’instant n’est avancée. Mais les dieux sont jaloux. Soumaïla Cissé tirait sa révérence le 25 décembre dernier dans un hôpital parisien à l’âge de 71 ans des suites de Covid 19. Il est décédé cinq jours après avoir fêté son anniversaire et deux mois après deux anciens présidents de la République, Amadou Toumani Touré et Moussa Traoré.

Sa dépouille est attendue demain. Le lendemain, vendredi, les obsèques auront lieu à 10 h au Palais de la culture Amadou Hampaté Bah, d’après un communiqué de son parti.

Georges François Traoré 

 

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Georges François Traoré ,

    AUCUN VIVANT NE SAURAIT ÉCHAPPER Á LA MORT, LE COMPLÉMENTAIRE TRANSCENDANT DE CETTE MALADIE SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLE QU’ EST LA VIE, ALORS MORTELLE PAR NATURE.

    TOUT LE RESTE RELEVE DE L’ INGÉNIERIE SOCIALE DÉBILISANTE.

    ALORS, DONNEZ LE CORPS DE VOTRE SOUMAILA CISSÉ AUX VERS DE TERRE ET LAISSEZ LES MALIENS AVANCER…!!

    GLOIRE Á TOLOBA POUR AVOIR RÉVELÉ AUX FAUSSES “AUTORITÉS” DU MALI LE SOMMET DE LA RÉSISTANCE ANCESTRALE CONTRE LES ENVAHISSEURS ISLAMO-LATINS TOUS ABRAHAMIQUES CANCÉREUX SPIRITUELLEMENT..!

    QUE TOUS LES ESPRITS DU MALI DÉTRUISENT DE HONTE, DE MALADIES LES DIRIGEANTS VOLEURS, MENTEURS, TRAITRES ET LARBINS DE LA FRANCE…!!!

    AMON..! AMON..! AMON..!

    SANÉÉ ANI KONTRON…!!

  2. Il y a 500 ans, un jeune étudiant en droit publiait un petit essai intitulé “Le Discours de la servitude volontaire”, qui continue à être plus que jamais d’actualité.

    Étienne de La Boétie nous donnait alors une leçon extraordinairement lucide sur le pouvoir et l’aliénation.

    Ce petit livre explique le cheminement de la domination exercée par les personnes qui se sont hissés au pouvoir.

    Cette domination n’est pas seulement le fait du contrôle des moyens de coercition et de répression ; il s’agit de l’habitude qu’ont les gens de la servitude, qui laisse le champ libre à ceux qui ont le pouvoir de l’acquérir d’abord et de le conserver ensuite.

    Tous les moyens sont bons pour maintenir le peuple dans la servitude : la religion, la superstition, l’ignorance.
    Et cette pratique même été perfectionnée dans nos sociétés actuelles.

    Et en ce début du XXIe siècle, le religieux revient en force et nous ramène vers les siècles de l’obscurantisme moyenâgeux et la domination par une poignée d’hommes et/ou de femmes des richesses produites ainsi que le contrôle des outils et moyens d’information, empêche les gens d’avoir conscience de leur sort.

    Ceux qui critiquent de La Boétie le qualifiant de précurseur de l’anarchisme ou de promoteur de la désobéissance civile sont bien évidemment ceux qui essaient de nous persuader que chacun mérite ce qu’il a, ce qu’il possède et ce qu’il est.
    Ce sont justement ceux qui maintiennent les gens dans l’impossibilité de comprendre la situation dans laquelle ils sont.

    Pour être un peu plus actuel encore, je n’arrive toujours pas à comprendre comment un gamin qui tape dans un ballon – un footballeur (ce n’est qu’un exemple parmi des milliers d’autres) – peut « mériter » un salaire de plusieurs millions d’euros par mois et qu’un chercheur, un enseignant, un agriculteur, un ouvrier, un médecin, un infirmier… ne mérite que des miettes…

    Mais, revenons à la liberté de choisir par le biais d’une citation de De La Boétie : « Il est bien inutile de demander si la liberté est naturelle, puisqu’on ne peut tenir aucun être en servitude sans lui faire tort : il n’y a rien au monde de plus contraire à la nature, toute raisonnable, que l’injustice ».
    Voilà, le message.

    Cette citation me fait penser à celle d’une philosophe allemande naturalisée américaine, Hannah Arendt, qui disait « c’est dans le vide de la pensée que s’inscrit le mal ».

    En paraphrasant un peu, je me permets d’ajouter que « c’est dans l’impossibilité de comprendre la situation dans laquelle nous sommes, de comprendre ce qui nous entoure, que réside la servitude ».
    Déchirer ce voile de l’ignorance devient dès lors salutaire…

    Quelques siècles plus tard, deux autres auteurs de romans dystopiques, Aldous Huxley et Georges Orwell, ont également analysé le conditionnement social en poussant la réflexion jusqu’à l’extrême.

    Il s’agit des romans d’Aldous Huxley, Le meilleur des mondes et de Georges Orwell, 1984.

    J’estime personnellement que la lecture de ces deux livres peut contribuer à la compréhension du monde dans lequel on vit.

    En tout cas, cette lecture ne peut qu’enrichir la réflexion sur la société, les médias, la politique, l’économie, bref, la vie.

    Dans nos sociétés modernes et sophistiquées, la publicité, les festivités autour des grandes victoires sportives, la profusion de télé-réalité et des réseaux sociaux, participent à ce conditionnement. Huxley disait déjà, au début du vingtième siècle : « Et c’est là qu’est le secret du bonheur et de la vertu, aimer ce qu’on est obligé de faire.
    Tel est le but du conditionnement. Faire aimer aux gens la destination sociale à laquelle ils ne peuvent échapper ».

    En effet, le conditionnement et le formatage dont la société fait l’objet sont omniprésents ; ils ne se font pas en laboratoire fermée comme chez Huxley dans Le meilleur des mondes (Les hommes étaient conditionnés dès leur création en laboratoire par un travail sur le comportement au moyen de substances et de bourrage de crâne ; ils étaient destinés à une fonction bien précise et étaient satisfaits de l’accomplir tout au long de leur existence) mais par des moyens plus subtiles et sophistiqués tels que les idéologies, l’enseignement, la religion, etc.

    Afin de compléter cette brève invitation à la réflexion rappelons ce que disait Orwell à propos de la politique :
    – « Le langage politique est destiné à rendre vraisemblables les mensonges, respectables les meurtres, et à donner l’apparence de la solidité à ce qui n’est que vent ».

    En conclusion, je termine avec encore une citation d’Orwell :
    – « Si vous désirez une image de l’avenir, imaginez une botte piétinant un visage humain … éternellement ».

    La réalité derrière ce conditionnement ?
    Se couvrir de tissus de la tête aux pieds et être considérée comme mineure à vie car née femme, tout en se déclarant satisfaite car tel est son choix, ou encore porter un cilice et s’auto-flageller à longueur de temps pour expier du péché originel, relèvent de la servitude volontaire… et du conditionnement…

    Je n’ai cité ici que deux exemples « d’obligation » religieuse, pratiquée par les deux plus grandes religions (en nombre de fidèles) dans le monde ; j’aurais pu multiplier les exemples car cette pratique est commune à toutes les religions…

    ALORS, QUE BAH N’DAW AVEC SON CADAVRE POURRI SOUMAILA CISSÉ AILLENT AU DIABLE…!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here