Décès de notre confrère Stanislas Ndayishimiye, une des voix de RFI

3

Notre confrère Stanislas Ndayishimiye est décédé. Né en 1962, dans le centre du Burundi, il vivait en France, depuis 28 ans. Il était devenu l’une des voix de RFI.

Lorsque, en 1993, Stanislas obtient une bourse pour parfaire sa formation de journaliste à Paris, il ne sait pas encore qu’il ne retournera jamais au Burundi car, peu après son arrivée en France, éclate la guerre civile. On tue dans les rues de Bujumbura. Il décide alors de rester à Paris. Il demande l’asile et l’obtient.

Une vie en France

C’est tout naturellement qu’il se tourne vers RFI car jusque-là, étant journaliste puis rédacteur en chef à la Radio nationale burundaise, il collaborait également comme correspondant de l’Agence sonore de coopération de RFI. Exilé, il finit par y être embauché. Sa vie est désormais en France.

Il intègre ensuite le service Afrique de la radio mondiale. C’est durant cette période qu’entre 2011 et 2014, il est envoyé comme correspondant permanent à Abidjan. Nous sommes juste après la chute de Laurent Gbagbo. Ces dernières années, il était journaliste au service économie de RFI.

C’est un choc terrible pour nous…

Stanislas Ndayishimiye était quelqu’un de discret mais toujours posé et souriant et ne manquait pas d’humour. Pour preuve, alors qu’un jour – fait rarissime – il se mit à râler et, devant notre surprise, il répondit avec un large sourire : « Mais je suis Français, depuis hier ». Il venait d’obtenir la nationalité française.

Une des voix de RFI

Travailleur, Stanislas était un journaliste sérieux. Devenant l’une des voix de RFI, il multipliait les reportages. On se souvient encore de l’une de ses dernières enquêtes sur la filière cacao, en Côte d’Ivoire. Pendant des années, il a affirmé ne pas vouloir retourner au Burundi mais ces derniers temps, il y songeait, expliquant qu’il voulait que ses deux jeunes enfants connaissent leur pays d’origine.

RFI

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Le type a travaillé toute sa vie pour la voix de la radio rfi de la mafia blanche franSSaise franSSafriKKK, on s’en fout !

  2. That Bitch nigger was psychological slave french did not want in France instead french wanted him as sometime spy in Africa.
    What true Negroid would not like to return to Africa to contribute to making living conditions better for Negroids? I, Kankan have been away for centuries but still I plus family desire return home. Only bitch niggers ignoring horrible racism present desire to stay in foreign countries. As racism quickly grow we will leave those bitch niggers in foreign countries whether they be rich or poor. Rich bitch niggers are breeding to become caucasian plus they act as spies.
    Caucasian Establishment see them as I do. That is weak plus despicable. Their money if reachable is wanted by broke caucasians but not anything else of them. Jackson/ Johnson ( JJ) group despite numerous interracial marriages centered around Negroids having money is seen as clowns who are at end. I been told this by caucasians some saying they informed JJ but it may be case of Aryan brotherhood making it difficult for Caucasian women trying to get some of JJ group money.
    Deceased is Another clever bitch nigger feeding off psychological slavery imposed on Negroids by french whose now receiving undue honors.
    Negroid Julu Religion know how to effectively manage them clever bitch niggers especially psychological slaves. It is to expose plus confront them on in Negroids best interest terms.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here