Le président de la Tanzanie, John Magufuli, est mort à l’âge de 61 ans

5

Le président tanzanien John Magufuli, dont l’absence ces derniers jours suscitait l’inquiétude, est décédé de problèmes cardiaques, a annoncé, mercredi, la vice-présidente à la télévision. 

Il n’avait pas été vu en public depuis près de trois semaines. Le président tanzanien John Magufuli est mort, a annoncé, mercredi 17 mars, à la télévision, la vice-présidente, Samia Suhulu Hassan.

“C’est avec grand regret que je vous informe qu’aujourd’hui, le 17 mars 2021, à 18 h, nous avons perdu notre courageux leader, le président de la Tanzanie, John Pombe Magufuli”, a déclaré Samia Suluhu Hassan.

Elle a précisé que le président est décédé à l’hôpital Emilio Mzena, un établissement gouvernemental de Dar es Salaam, où il était soigné. John Magufuli est apparu pour la dernière fois en public le 27 février.

Il y a une semaine, le leader de l’opposition Tundu Lissu, en exil en Belgique, a commencé comme d’autres à s’interroger sur l’absence du président, le disant atteint d’une forme sévère de Covid-19, aggravée par des problèmes de santé.

Lundi, Tundu Lissu avait déclaré sur Twitter que, selon des sources issues du milieu du renseignement, le président “est atteint du Covid, sous assistance respiratoire et paralysé d’un côté, à partir de la taille. Dites aux gens la vérité !”

En février, la Tanzanie, qui se disait “libérée” du Covid-19 grâce aux prières, a connu une vague de décès, officiellement attribués à des pneumonies. Des personnalités de premier rang, dont le vice-président de l’archipel de Zanzibar, Seif Sharif Hamad, ont été touchées.

John Magufuli, surnommé le “Bulldozer”, est arrivé au pouvoir en 2015 en promettant de lutter contre la corruption. Mais son premier mandat a aussi été marqué, selon de nombreuses organisations des droits humains, par une dérive autoritaire, des attaques répétées contre l’opposition et le recul des libertés fondamentales.

SOURCE: https://www.france24.com/fr

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. MZÉ John Magufuli est décedé à l’hôpital Emilio Mzena de Dar es Salam, où il était soigné.

    Il n’ a jamais quitté le pays pour se soigner, ni fait appel á docteurs étrangers.

    MZÉ John Magufuli VEILLE TOUJOURS SUR NOUS, SUR TOUTE L’ AFRIQUE….

    QUE SON AME, SON ESPRIT NOUS ORIENTENT CONTINUELLEMENT, ET NE SE REPOSENT QU’ APRES LA BATAILLE FINALE….!!

    QUE TOUS LES ESPRITS DU MALI, DE L’ AFRIQUE-NOIRE, DÉTRUISENT DE HONTE, DE MALADIES LES DIRIGEANTS MALIENS, AFRICAINS, VOLEURS, MENTEURS, TRAITRES ET LARBINS DE LA FRANCE ET/OU DES ARABES…!!!

    AMON..! AMON..! AMON..!

    SANÉÉ ANI KONTRON…!!

  2. C´est avec un coeur meurtri que j´ai appris cette nouvelle ce matin. Excellence Magufuli, l´Histoire retiendra ton courage, ton Pan-Africanisme. Mais surtout, elle retiendra que tu as été le PRESIDENT du virus. Il faut partir, un jour les enfants du satan qui t´ont tué payeront cher leur bassesse. Que Vive ton courage en Tanzanie et sur tout le continent. Merci pour tout.
    Vive la Tanzanie Vive l´Afrique de Modibo Keita

  3. Une grosse perte pour le continent. Est-il un autre martyr de la libération africaine etc..? Seul le temps répondra a ces questions!

    Repose en paix éternelle mon Président John P Magufuli…Digne fils de l’Afrique!

  4. La disparition du président John Magufuli fait potentiellement de lui le 2ème chef d’État « négationniste du Covid » à perdre le pouvoir.

    John Magufuli, président de la Tanzanie, a disparu. Il n’a pas été vu en public depuis plusieurs semaines, et les spéculations vont bon train quant à l’endroit où il pourrait se trouver.

    L’opposition a, à plusieurs reprises, accusé le président d’être hospitalisé pour « Covid19 », au Kenya ou en Inde, bien que rien ne prouve que ce soit le cas.

    Pour ajouter un peu de contexte, John Magufuli est l’un des chefs d’État africains « négationnistes ».

    Il avait demandé à son équipe de soumettre cinq échantillons non étiquetés pour analyse – chèvre, huile moteur, papaye, caille et jacquier – et lorsque quatre d’entre eux se sont révélés positifs et un « non concluant », il a interdit les kits de test et demandé une enquête sur leur origine et leur fabrication.

    Dans la presse occidentale, Magufuli a été dépeint comme « anti-science » et « populiste », mais il n’est pas juste de suggérer que la santé de la population tanzanienne est une faible priorité pour le président. En fait, c’est tout le contraire.

    Après avoir remporté sa première élection en 2015, il a réduit les salaires du gouvernement (y compris le sien) afin d’augmenter le financement des hôpitaux et l’achat de médicaments contre le SIDA. En 2015, il a annulé les célébrations de la fête de l’indépendance et a utilisé l’argent pour lancer une campagne anti-choléra. La santé a été l’une des principales priorités de son administration, et l’espérance de vie des Tanzaniens a augmenté chaque année depuis qu’il est au pouvoir.

    La couverture négative du président Magufuli est un phénomène très récent. Au début de sa présidence, il a même reçu des articles élogieux de la presse occidentale et des groupes de réflexion soutenus par Soros, louant ses réformes et le qualifiant « d’exemple » pour les autres nations africaines.

    Tout cela a changé lorsqu’il a déclaré que le Covid était un canular.

    Lorsqu’il a été réélu en octobre 2020, les accusations occidentales habituelles de « répression des électeurs » et de « fraude électorale » sont apparues dans la presse occidentale, qui avait auparavant rapporté que sa cote de popularité atteignait 96%.

    La campagne anti-Magufuli a pris de l’ampleur au cours de la nouvelle année, avec Mike Pompeo [ancien secrétaire d’État des États-Unis de 2018 à 2021], qui a pris des sanctions contre des responsables du gouvernement tanzanien dans le cadre de l’un de ses derniers actes en tant que secrétaire d’État. Les sanctions étaient théoriquement dues à des « irrégularités électorales », mais la réalité manifeste est qu’elles sont dues au refus de la Tanzanie de suivre la ligne du Covid.

    Le mois dernier, le Guardian, toujours à la pointe du progrès lorsqu’il s’agit de changement de régime « progressiste », a publié un article intitulé : « Il est temps que l’Afrique mette un frein au président anti-vaccin de la Tanzanie ».

    L’article ne mentionne pas que les chèvres, les papayes et l’huile de moteur ont été testées positives pour le coronavirus, mais pose la question – de manière très impartiale et journalistique :

    « Qu’est-ce qui ne va pas avec le président John Magufuli ? De nombreuses personnes en Tanzanie et à l’étranger se posent cette question ».

    Avant de conclure :

    « Magufuli [alimente] les anti-vaxx alors que la « pandémie » et ses nouveaux variants continuent de se manifester. Il doit être interpellé ouvertement et directement. Un regard indifférent expose des millions de personnes en Tanzanie et dans la région des grands lacs africains – ainsi que des communautés dans le monde entier – à ce virus mortel et dévastateur ».

    L’auteur ne dit pas exactement comment Magufuli devrait être « défié ouvertement et directement », mais ce n’est pas le but de ces articles. Ils existent simplement pour dépeindre le personnage comme un méchant, et créer un climat où « quelque chose doit être fait ». Ce qu’est ce « quelque chose » – et, en fait, si c’est légal ou non – ne regarde pas les lecteurs du Guardian, et la plupart d’entre eux ne s’en soucient pas vraiment.

    Oh, au fait, l’article fait partie de la section « Global Development » du Guardian, qui est sponsorisée par la Fondation Bill et Melinda Gates. Juste pour que vous sachiez.

    Ainsi, moins de deux semaines après la publication par le Guardian d’un article sponsorisé par Gates appelant à faire quelque chose au sujet du président Magufuli, celui-ci a disparu, prétendument à cause du Covid. C’est drôle de voir comment cela se passe.

    Même si Magufuli survit miraculeusement à son attaque de « suspicion de Covid-19 », sa carrière politique est menacée. Le Council on Foreign Relations a publié cet article pas plus tard qu’hier, qui va jusqu’à soutenir que le président a perdu toute autorité, et conclut :

    « Une figure audacieuse au sein du parti au pouvoir pourrait profiter de l’épisode actuel pour commencer à inverser la tendance ».

    Il n’est pas difficile d’y lire le sous-entendu, si tant est qu’on puisse l’appeler « sous-entendu ».

    Si nous sommes sur le point d’assister à la mort soudaine et/ou au remplacement du président de la Tanzanie, il ne sera pas le premier chef d’État africain à subir un tel sort à l’ère du Covid.

    L’été dernier, Pierre Nkurunziza, le président du Burundi, a refusé de jouer le jeu du Covid et a demandé à la délégation de l’OMS de quitter son pays… avant de mourir subitement d’une « crise cardiaque » ou d’une « suspicion de Covid-19 ». Son successeur a immédiatement annulé toutes ses politiques relatives au Covid, et a notamment réinvité l’OMS dans son pays.

    C’était notre premier coup Covid, et il semble que la Tanzanie pourrait bien être le prochain.

    Si j’étais le président du Turkménistan ou du Belarus, je ne ferais pas de plans à long terme.

    source : https://off-guardian.org

    QUE SON AME, SON ESPRIT NOUS ORIENTENT CONTINUELLEMENT, ET SE REPOSENT QU’ APRES LA BATAILLE FINALE….!!

    QUE TOUS LES ESPRITS DU MALI, DE L’ AFRIQUE-NOIRE, DÉTRUISENT DE HONTE, DE MALADIES LES DIRIGEANTS MALIENS, AFRICAINS, VOLEURS, MENTEURS, TRAITRES ET LARBINS DE LA FRANCE ET/OU DES ARABES…!!!

    AMON..! AMON..! AMON..!

    SANÉÉ ANI KONTRON…!!

  5. OUI, C’ ÉTAIT PRÉVISIBLE…!

    MAIS, LA LUTTE, SA LUTTE CONTINUE, IL A EU LE TEMPS DE PASSER LE FLAMBEAU..

    QUE SON AME, SON ESPRIT NOUS ORIENTENT CONTINUELLEMENT, ET SE REPOSENT QU’ APRES LA BATAILLE FINALE….!!

    QUE TOUS LES ESPRITS DU MALI, DE L’ AFRIQUE-NOIRE, DÉTRUISENT DE HONTE, DE MALADIES LES DIRIGEANTS MALIENS, AFRICAINS, VOLEURS, MENTEURS, TRAITRES ET LARBINS DE LA FRANCE ET/OU DES ARABES…!!!

    AMON..! AMON..! AMON..!

    SANÉÉ ANI KONTRON…!!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here