Contribution Science et Culture : La théorie du Big Bang et l’origine des langues

0

Si l’existence des planètes, des étoiles, des galaxies et des trous noirs est issue de l’événement du Bug Bang dans un champ matérialiste électromagnétique descriptible par la Théorie de la Relativité d’Albert Einstein ( la matière minérale liée à la  vitesse de la lumière) , pourquoi ne pas envisager l’existence des sons,  des mots, des dialectes et des langues liée au même événement du Big Bang dans un champ immatérialiste acoustique descriptible par le « Biomagnétisme »(la matière organique liée à la vitesse du son) ?

Pour avoir un référentiel comparable au référentiel relativiste, nos investigations nous ont conduit à l’Objet M73 du Catalogue de Charles Messier, un objet astronomique avec une structure numérique (alors expressive, parlante), un astérisme de 4 étoiles avec les magnitudes (intensités lumineuses) de (10,5 ; 10,5, 11, 12).

La somme des magnitudes de ces 4 étoiles fait (10,5 + 10,5 + 11+ 12) = 44 = 4*11.

En prenant le facteur 4 comme l’expression des 4 points cardinaux de l’expansion de l’Univers issue du Big Bang et la constante (11= k) selon l’ordre alphabétique latin, on aura un étalon de l’acoustique avec l’ensemble de l’alphabet qui par définition est un recensement des différentes qualités de sons dans la nature.

Que vaut cette constante (k = 11) dans l’évaluation des valeurs linguistiques universelles ?

La réponse est à trouver dans une autre investigation que nous proposons ici par une liste non exhaustive de différentes langues liées à un sujet ou un objet familier.

Pour cela nous avons repéré le nom du singe en anglais dont la différence de lettres avec le nombre de lettres du mot « money » est l’unique lettre (k) par l’équation suivante :

« Monkey – (k) = money ».

Selon l’ordre alphabétique latin le mot « singe » est transformable en anagramme issu du désordre lié au chaos du Big Bang par l’équation :

« singe = sgeni ».

Par un autre chaos secondaire issu du désordre du Big Bang on a une autre équation :

« sgeni = argeni » où «  s = 19= 1+18 = a+r = ar » selon le même ordre alphabétique latin avec ses 26 lettres et où (k= 11).

En ajoutant cette constante (k = 11) enlevée dans le cas anglais, on a une troisième équation :

« argeni + (k) = argenki ».

Enfin avec une quatrième équation où « ki = 11+9 = 20 = t », on a le mot « argent » avec toute son orthographe en français.

Pour tester l’universalité de la constante (k), nous prendrons au lieu des langues européennes, une langue africaine comme le Bambara où le mot « singe « se trouve sous une appellation générale de « fauve = wara ».

L’équation convenable sera :

« wara + (k) = warak » qui par effrontément de la constante  (k) donnera «  warak = warahc = wari + c » où  (k= 11= 8+3= h+ c = hc ) et par recombinaison de lettres « ah = a+h = 1+8= 9= i » selon le même ordre alphabétique latin avec le nom de l’argent en Bambara.

D’autres effritement et recombinaison des lettres de la même équation donnent :

« wari + c = aauari + c = cauri + aa = cauri + (a-a) = cauri + 0 = cauri »  où on a le nom de l’ancienne monnaie bambara  en français dans toute son orthographe ou droiture d’écriture.

Pour plus d’universalité nous tenterons une langue asiatique comme l’arabe en tenant compte de sa particularité avec l’omission de deux lettres latines dans son alphabet (p) et (t) dont la somme (p+t = 16+20= 36= 3*12 ) est un multiple de l’article arabe  (al = 1*12= 12= l).

Ainsi le nom du singe en arabe étant avec l’article « alqarad », nous utiliserons aussi une particularité de l’alphabet latin « c = k = q) et l’équation deviendra :

« alqarad + c = alqud + aa = alqud + 0= alqud «  où « alqud «  est l’argent en arabe avec la sous-équation «  r+c = 18+ 3= 21= u ».

Un test avec une langue germanique comme l’Allemand ou une langue slave comme le russe donne le même résultat escompté.

Le mot « singe « en Allemand est « Affe » sans article.

L’addition de la constante (k) dans le sens d’un réactant ou catalyseur chimique donne comme équation :

« Affe + (k) = Gef + (k) = Gele = Gelda = Geld + a « où « Af = 1+6=

[01/07 à 08 :31] Ballo Chercheur : L’addition de la constante (k) dans le sens d’un réactant ou catalisateur chimique donne comme équation :

« Affe + (k) = Gef + (k) = Gele = Gelda = Geld + a « où « Af = 1+6= 7= G ; fk = le = lda = ld + a ; e = 5 = 4+1= d+ a = da = d + a » selon le même ordre alphabétique latin.

La transcription phonétique du mot « singe » des 33 lettres cyrillique russes en lettres latines donne le mot russe du singe « abezan » dont la transformation en anagramme et en recombinaison suivant le chaos du Big Bang redonne : » abemman = abemmagg = abaemmgg = demmgg = denggm= dengt= dengik = dengi + k ».

Dans ce cas où « Dengi » signifie « l’argent « en russe, la langue slave retranche comme la langue bambara la constante (k) contrairement aux autres langues.

Ces deux langues ont en commun l’absence d’article devant les mots contrairement aux autres même si chez le russe l’article est ancré dans le mot.

Ce phénomène a son semblable en chimie avec l’absorption, réaction interne dont le contraire est l’adsorption, réaction superficielle.

Sur ce nous pensons avoir eu une fenêtre sur les phénomènes linguistiques en relation avec la Théorie du Big Bang.

Avec ses 110 Objets célestes le Catalogue de Charles Messier vient en jumelage avec le Tableau Périodique des Éléments chimiques de Dmitri Mendelev et Lothar Meyer avec ses 112 éléments en périodicité de groupe d’étoiles et d’éléments chimiques comme en propriétés de magnitude et de stabilité chimique.

Désormais l’homme spirituel a sa carte de visite dans l’enceinte académique universitaire avec son slogan « Au début il y a eu la Parole « : « Sois et ce fut » !

Les cas africains Peulh et Sonrai méritent aussi d’être mentionnés.

Ainsi le nom du singe en langue foulfouldé est « Waliru » dont la décomposition donne comme dans le cas bambara et russe une constante (k) :

« Waliru = Tcaliru = Calic + t = Calice + kca = Calice + k + aa = Calice + k » où « Calice « est l’argent.

Pour la langue sonraï le nom du singe est « Fona : » et dont l’anagramme « Nofa » +  q (= c= k) = « Noro »  +  aa = Noro,  l’argent en langue sonraï.

On remarquera que le nom du singe en Foulfouldé donne une dérivation du nom de la monnaie italienne et bambara :

« Waliru = Lira + wu » ou « Wari + lu ».

Tout cela dénote que le Big Bang est une nébuleuse de sons ou un cocktail linguistique de toutes les nationalités.

Ismaila BALLO

TEL :71937885/74050214.

GMAIL : [email protected]

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here