Le Président nigérien Mohamed Bazoum à Tera dans la zone des trois frontières : « Il est urgent que les pays frères du Mali et du Burkina puissent se relever »

3

Le Président de la République du Niger Mohamed Bazoum a effectué, le 9 juin dernier, une visite dans les départements de Gotheye et Tera dans la zone des trois frontières. Il a réaffirmé l’engagement de l’Etat du Niger à combattre avec détermination le terrorisme avant d’exprimer sa solidarité aux populations déplacées. Il a lancé un appel fraternel au Mali et au Burkina pour mutualiser les efforts dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

C’est un déplacement présidentiel à la fois symbolique et significatif que le Président Mohamed Bazoum a effectué le 9 juin 2022 à Gotheye et Tera, deux départements situés dans la région de Tillabéry. Cette visite est la deuxième d’une série que le Président nigérien a entreprise à l’intérieur du pays en général et les zones affectées par l’insécurité en particulier. Situés dans la zone dite des trois frontières, ces deux départements sont en proie à des attaques terroristes avec leur lot de déplacements massifs des populations civiles.

De Niamey à Tera, les populations des différents villages étaient massées aux abords de la route pour saluer le Président de la République et sa forte délégation. Dans les airs, des hélicoptères survolaient à basse altitude le convoi présidentiel de plusieurs véhicules encadré un dispositif sécuritaire à la fois impressionnant et dissuasif.

« J’ai conscience de la détresse dans laquelle les populations déplacées vivent »

A Garbey Kourou dans la commune de Gotheye, la délégation présidentielle a fait une première escale dans la cour de l’école publique. Le Président Mohamed Bazoum a pris un bain de foule et fait le tour à pied en saluant à main levée ses compatriotes avant de   rejoindre la loge officielle.

Selon le représentant du chef de village de Garbey Kourou, c’est la première fois qu’un président en exercice vient leur rendre visite. Seyba Harouna a soumis au chef de l’Etat quelques doléances relatives à la réparation des châteaux d’eau du village, à l’équipement du centre de santé, à la construction d’infrastructures scolaires et à l’aménagement du site des déplacés. L’arrivée des populations déplacées, a-t-il fait savoir, n’est pas sans conséquences.

Le maire de la commune de Gotheye, Souley Halidou, a évoqué un changement de tactique des groupes terroristes qui s’en prennent de plus en plus aux populations civiles. Ce qui les oblige à quitter les zones de résidence, a reconnu l’élu local qui a exprimé sa gratitude aux autorités nigériennes pour leurs efforts dans le cadre du bien-être des populations. Les deux représentants des déplacés ont salué le Président Bazoum pour sa présence à leur côté.

Prenant la parole, le Chef de l’Etat a remercié les populations pour leur accueil chaleureux. «Que je sois là relève de mon devoir élémentaire, parce que vous êtes dans une situation qui commande que je vienne vous voir. J’ai conscience de la détresse dans laquelle vous vivez », a souligné Mohamed Bazoum. Selon lui, rien ne peut expliquer les actes de violence exercés sur les populations. Notre devoir, a-t-il souligné, est d’assurer votre sécurité face à l’asservissement de cette bande de terroristes. «Nous sommes en train de combattre le phénomène du terrorisme. Nous le combattrons sans relâche. La pression exercée par les groupes terroristes sur la population ne dissuadera pas l’armée de les combattre sans répit. Notre armée va occuper l’espace», a-t-il rassuré.

«Nous avons fait l’option de ne rien céder»

Sur les doléances formulées, il a promis de donner des instructions pour la réparation des forages plus tard ce lundi. S’agissant de l’école et du centre de santé, il a pris l’engagement de donner des instructions au ministre de la Santé et celui de l’Education. Quant à l’aménagement du site des déplacés, le chef de l’Etat a été très clair : la vision de son gouvernement, a-t-il déclaré, est de les ramener chez eux dans des conditions dignes.

A Dargol, deuxième étape de cette visite présidentielle, c’était la même effervescence populaire. Le Président Mohamed Bazoum a délivré un message d’espoir à l’endroit des déplacés en les appelant à retourner dans leurs terroirs respectifs pour y mener leurs activités quotidiennes.

C’est à 13 h 35 mn (12h35mn GMT) que le cortège du président de la République du Niger est arrivé devant la préfecture de Tera, une ville située à 180 km de Niamey dans la zone des trois frontières.  Malgré la chaleur et l’intensité des activités de la foire hebdomadaire, les populations étaient au rendez-vous pour écouter le message présidentiel. Le président Bazoum a salué les autorités locales. A Garbey Kourou et Dargol, il a fait le tour pour saluer ses compatriotes.

Dans son mot de bienvenue, le maire de Tera, Hamma Mamoudou, a attesté que cette visite présidentielle est un moment particulier pour les populations et une marque d’estime à leur égard. A l’en croire, l’intégrité et les valeurs intrinsèques d’homme d’État du président Bazoum ne souffrent l’ombre d’aucun doute. «A travers votre présence, vous compatissez à notre souffrance », a laissé entendre le maire. Selon lui, Tera compte actuellement 13 560 personnes déplacées et des écoles fermées à cause de l’insécurité. Il a formulé des doléances concernant l’accès à l’eau potable, à l’ensablement du barrage, le bitumage d’une route et la lutte contre l’insécurité. Les représentants des déplacés ont pris la parole pour exprimer leur gratitude au chef de l’Etat pour cette visite.

Le Président Mohamed Bazoum a remercié les populations pour l’accueil chaleureux. «Je suis très ému par les marques positives de considération que vous avez pour nous », a souligné le Chef de l’Etat.

Le Président de la République du Niger a rendu un hommage aux populations victimes du terrorisme en général et celles de Diankourou en particulier pour leur résilience face aux attaques terroristes. «Parce que nous faisons mal aux groupes terroristes qu’ils s’en prennent aux populations civiles », a-t-il affirmé. «Je suis au courant de vos souffrances. J’ai conscience de vos difficultés», a fait savoir Mohamed Bazoum. Les populations, selon lui, ont fait preuve de résistance et de résilience. A ses dires, les populations déplacées renoncent à beaucoup de choses, dont une grande part de leur dignité. « Cela n’est pas concevable », a souligné le chef de l’Etat nigérien. « Nous sommes mobilisés pour déployer  nos forces de façon massive », a annoncé le chef de l’Etat. Le Niger, a insisté son Président de la République, ne cédera rien aux groupes terroristes. « Nous avons fait l’option de ne rien céder ».

Appel fraternel au Mali et au Burkina 

Le Président Bazoum a rendu un homme appuyé aux forces de défense et de sécurité nigériennes. Il a eu une pensée émue pour les policiers tombés au poste frontalier de Petelkole avec le Burkina-Faso sous les balles des terroristes. Selon lui, ils ont fait preuve de don de soi et du patriotisme. «Etant à Tera, je mesure les difficultés auxquelles peuvent être confrontées nos forces parce que franchement, en toute sincérité quand vous passez la frontière du Niger, vous n’avez à faire qu’à des espaces qui sont occupés par des terroristes. Et ça rend difficile le travail que doivent faire nos forces. C’est pourquoi il est souhaitable, il est urgent, c’est toute ma prière que les pays frères du Mali et du Burkina puissent se relever et que nous puissions coordonner nos moyens, nos actions afin de garantir la sécurité aux populations et priver les terroristes de profondeur stratégique dont ils ont besoin pour commettre la forfaiture à laquelle ils se livrent sur les populations de part et d’autre de nos frontières. En attendant cela, nous ne saurons avoir ni d’excuses ni de répit. C’est pourquoi nous allons continuer à projeter nos forces le plus loin possible à nos frontières de façon à créer le bouclier dont nous avons besoin, plus précisément les populations », a-t-il dit.

Le Président du Niger a renouvelé à Tera ses appels à la jeunesse de son pays. Selon lui, il est temps que les jeunes comprennent l’absurdité de leur action. Il a insisté auprès des parents afin qu’ils parlent aux jeunes. Le Chef de l’Etat du Niger prône aussi une dynamique communautaire pour gagner le combat de récupération de ceux qu’il appelle les jeunes égarés. « Mobilisons nous ! Mobilisons les communautés ! », a-t-il lancé.

Plan de sécurisation des villages victimes des exactions

Il a évoqué dans son intervention les événements tragiques du 28 novembre 2021 à Tera où trois jeunes manifestants ont perdu la vie au cours des manifestations lors du passage d’un convoi de la force française Barkhane. Il a fait le point des enquêtes et de la procédure d’indemnisation des victimes avant de saluer l’esprit d’ouverture des populations de Tera.

Le Président de la République a affirmé que des instructions ont été données au ministre de la Santé pour l’évacuation de l’un des blessés de Tera. Il a fustigé l’instrumentalisation des jeunes innocents par des personnes qui ont d’autres motivations. Il a appelé les parents à veiller sur les enfants afin qu’ils ne fassent l’objet d’instrumentalisation.

A Garbey Kourou, Dargol et Tera, le Président nigérien a appelé les populations déplacées à retourner dans leurs villages en cette veille de la saison des pluies pour cultiver. «Notre doctrine est que les populations soient ramenées chez elles, parce nous sommes convaincus qu’elles ont le meilleur endroit pour vivre ». Il a rassuré ses compatriotes. « Quand vous allez retourner, je l’espère, nous allons vous garantir toutes les conditions de sécurité dont vous avez besoin ».

Le Président Mohamed Bazoum a annoncé la mise en place d’un dispositif de soutien et de sécurisation des villages victimes des exactions.

Chiaka Doumbia*Envoyé spécial à Tera*

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Je pense que certains accordent plus d’intérêts au Président Nigérien pour des raisons qui leur sont propres. Les Maliens doivent s’en méfier et rester focalisés sur notre Maliba et ses intérêts.
    Ce qui compte pour nous, en tant que Maliens, c’est notre Maliba… That’s it!
    Ce voyou devenu Président de ce beau pays de Niger par cambriolage des urnes veut se rendre célèbre aux yeux des Occidentaux sur ses frères Africains. C’est une honte à toute l’Afrique! S’il pense que tous ses maux viennent du Mali et du Burkina Faso, il pourrait tout simplement construire un mur de séparation dans cette zone des trois frontières; comme ça son pays va mourir dans sa misère héréditaire.

  2. Comme si le Niger etait debout? Parcequ’il a mis son uranium a la disposition de la maudite France? Quel idiot est ce Bazoum, un graconnet sans cerveau et sans connaissance, moi je ne savais qu’une femme pouvait mettre au monde un enfant taré comme Bazoum sur terre. Il est bon mort que vivant!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here