Extirpation du commandant de la FORSAT : les syndicats de magistrats dénoncent une « évasion »

7

Placé sous mandat de dépôt, le commandant de la FORSAT Oumar Samaké a été extirpé, ce vendredi soir, de la prison centrale de Bamako par des centaines de policiers en colère. Le communiqué des syndicats de magistrats n’a pas tardé. Les magistrats qualifient l’acte d’ « évasion ».

 

Un groupe d’agents de sécurité, en « rébellion et lourdement armés » ont orchestré, dans l’après-midi du 03 septembre 2021, l’« évasion» de la Maison Centrale d’Arrêt de Bamako du commissaire divisionnaire Oumar Samaké. Il s’agit du commandant de la FORSAT « inculpé et placé en détention » par un magistrat instructeur, dans l’affaire dite ” des événements des 10, 11 et 12 juillet 2020″.

 

Le Sam et le Sylima condamnent des agissements « illégaux et intolérables », et exigent du gouvernement des décisions pour que la force demeure à la loi et à elle seule. Faute d’« actions vigoureuses et vérifiables du gouvernement contre les auteurs et complices de cette rébellion », les magistrats actions syndicales dissuasives annoncent des « actions syndicales dissuasives ».

 

Mamadou TOGOLA/maliweb.net

 

Commentaires via Facebook :

7 COMMENTAIRES

  1. Aziza, arretes d’amuser la galerie, ceux qui doivent faire appliquer la loi sont sortis et ont fait des acts contraires a la loi et tu ne peux pas denoncer ces acts, mais le desordre ne va pas marcher, la justice va continuer son petit bonhomme de chemin et tous ceux qui sont impliques dans les crimes de sang vont repondre de leurs crimes devant la justice de ce pays. La vie humaine est sacree et doit etre respectee par tous!

  2.  Vive la Police Nationale du Mali !
     Si la justice malienne craint d’interpeller les instigateurs et fauteurs de troubles, c’est inquiétant.
     Franchement !
     Que voulait-on : que la Police croisât les bras en restant bouche bée devant des voyous vandales ?
     Non, la Police est et le désordre n’est pas ou le désordre est car la Police n’est pas.
     Chacun doit faire, mais bien faire son boulot ; c’est encore et toujours cette justice qui nous déçoit, parce qu’elle n’arrive pas à se délivrer des bottes des politiques et bien faire son travail.
     Vive la Police Nationale du Mali !
     Interpellez Choguel Kokalla MAÏGA, ex-président du comité stratégique des voyous vandales, et la justice retrouvera toute sa dignité et toutes les lettres de sa Noblesse.
     Sans quoi, c’est honteux.
     Et qu’attend cette même justice pour interpeller les récidivistes du crime imprescriptible, si elle était vraiment digne de son nom ?

  3. SAM et SYLIMA les vrais syndicats patriotes ne badineront avec cet acte de sabotage. Vraiment c’est du jamais vu dans toute l’Afrique ce comportement de mobsters ….

    Le peuple est 100% derrière ses juges et leur syndicats. Le peuple est a la disposition des familles des martyrs du 10,11, 12 pour montrer a cette police insoumise qui bloque le processus de la JUSTICE où réside reellement la vraie force …avec 100 000 patriotes devant le GMS et 50 000 devant chaque arrondissement on aura des explications claires! C’est un scenario fort possible si l’on ne revient pas a l’ordre aussitôt je vous jure! Ah oui comme la police elle-même vient de montré que c’est la admonestation de force qui gère les choses…etc..
    S’ils pensent qu’ils ont gagné avec cet affront ..ça n’a même commencé ….!

    Ça me bouillit de colère je jure de Dieu quand je regarde les images des ces policiers devant la prison centrale… quand je pense a nos impôts qui les payent et comment ils deviennent arrogants comme s’ils ont la force …. pendants que nos vraies unités d’élite de l’armée observe.

    • “En est également exclu l’émir jihadiste malien Iyad Ag Ghali, preneur d’otages multirécidiviste désigné comme terroriste par la France et les États-Unis. Si l’armée française l’a depuis longtemps placé dans son collimateur, le chef du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) affilié à Al-Qaïda n’a étrangement jamais été poursuivi par la justice malienne, pas plus que son affidé Amadou Koufa.”(Jeune Afrique)
      C’est étrange, non, messieurs les magistrats, surtout quand vous affirmez tenir à la liberté de la justice? Qui vous empêche donc poursuivre ces deux grands criminels ? L’Imam Mahmoud Dicko sans doute !

      • ” Qui vous empêche donc poursuivre ces deux grands criminels ? L’Imam Mahmoud Dicko sans doute !” Allah ki sara.

        • Amen, et je persiste :
          Une justice à 2 vitesse ne peut pas être respectée Pour preuve (source Jeune Afrique) :
          “…En est également exclu l’émir jihadiste malien Iyad Ag Ghali, preneur d’otages multirécidiviste désigné comme terroriste par la France et les États-Unis. Si l’armée française l’a depuis longtemps placé dans son collimateur, le chef du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) affilié à Al-Qaïda n’a étrangement jamais été poursuivi par la justice malienne, pas plus que son affidé Amadou Koufa.” Qui empêche la justice malienne de poursuivre ces 2 tueurs de masse de civils et de militaires. Votre imam Dicko sans doute, avec sa clique de larbins décervelés.

  4. C’est simple, une mesure conservatoire doit être prononcée à l’encontre de tous ceux qui ont participé à cet acte de déliquescence, ensuite ils doivent être écoutés et licenciés. Faute de quoi, le Mali sombrera encore plus sous Assimi et Choguel.
    Le pouvoir doit revenir aux magistrats qui sont là pour le peuple.
    Par ailleurs, qui a donné l’ordre à ce commandant de tuer dés citoyens? Il faut arrêter d’abord cette dernière car un commandant reçoit toujours l’ordre venant d’un supérieur hiérarchique.
    Vue de cet angle, il y a un souci dans la démarche de la justice.
    Attaquez-vous d’abord au donneur d’ordre et ensuite arrêtez aussi les auteurs des tueries. Ce sont les mêmes qui ont extirpé leur collègue de la prison centrale.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here