Conseil national de la transition : Le Colonel Malick DIAW élu Président avec 111 voix

5

Sans surprise, le colonel Malick DIAW, membre du comité national pour le salut du peuple (CNSP), a été élu président du Conseil national de la transition (CNT), organe législatif de la transition, par ses pairs, le samedi 5 décembre 2020 au Centre international de conférence de Bamako (CICB). A l’issue du vote à bulletin secret, le seul candidat au perchoir, Colonel Malick DIAW, a obtenu 111 voix sur 118 votants dont 7 bulletins nuls. 110 membres du CNT étaient physiquement présents dans la salle et 8 procurations (mandats) ont été délivrées. Très réjoui de son élection, le président du CNT, Malick DIAW, a fait savoir que le mandat du CNT débute à un moment où les activités terroristes constituent de grands sujets de préoccupation, tout comme les questions de réconciliation nationale et de refondation de l’Etat, singulièrement les réformes politiques et institutionnelles préalables aux prochaines échéances électorales. « Chers Collègues, je voudrais vous rappeler que les réformes et autres dossiers qui nous attendent sont d’une importance capitale pour le devenir de notre pays », a-t-il dit.

La séance inaugurale du conseil national de la transition s’est tenue, le samedi 5 décembre 2020 au CICB. Deux points étaient à l’ordre du jour, à savoir, l’élection du président du Conseil national de Transition (CNT) et la mise en place de la commission ad hoc chargée de l’élaboration du projet de règlement intérieur du CNT.

Outre les honorables membres du CNT, la cérémonie a enregistré la présence d’autres personnalités. D’entrée de jeu, le bureau d’âge a été mis en place par l’huissier de justice. Ce bureau d’âge était composé de Djibril Diarra, doyen d’âge né en 1932, de Fatoumata Namory Keïta née en 1994 et de Amadou Maïga.

Le seul candidat à la présidence du CNT était le colonel Malick DIAW qui a bénéficié le parrainage de 108 membres. On comprend aisément que le jeu était déjà fait.

Ainsi, à l’issue du vote à bulletin secret, le seul candidat au perchoir, Colonel Malick DIAW, a eu 111 voix sur 118 votants dont 7 bulletins nuls. 110 membres du CNT étaient physiquement présents dans la salle et 8 procurations (mandats) ont été délivrées. Investi président du CNT, le colonel Malick Diaw s’est réjoui de la confiance placée sur sa modeste personne.

«A l’entame de mon propos, je remercie Dieu, le Tout-Puissant pour avoir fait de moi, aujourd’hui, le Président du Conseil National de Transition. Je remercie vivement et sincèrement tous ceux et toutes celles qui ont soutenu ma candidature à ce poste. Afin de préserver les acquis et ouvrir de nouvelles perspectives à nos concitoyens, à travers notamment la refondation de l’Etat tant attendue, il nous revient naturellement de jouer tout notre rôle au sein du CNT. C’est le lieu pour moi de m’incliner pieusement devant la mémoire de toutes les victimes civiles et militaires, des tragiques événements liés, entre autres, à l’insécurité, au terrorisme, au Covid-199 et aux intempéries diverses », a déclaré Malick DIAW.

Avant d’ajouter que le mandat du CNT débute à un moment où les activités terroristes constituent de grands sujets de préoccupation, tout comme les questions de réconciliation nationale et de refondation de l’Etat, singulièrement les réformes politiques et institutionnelles préalables aux prochaines échéances électorales.

«J’estime toutefois que cette réalité devrait nous motiver davantage dans notre engagement à surmonter ces épreuves aux côtés du Gouvernement et du peuple malien. Parallèlement, comme vous le savez, nos assises démarrent aussi dans un contexte particulier marqué par la propagation du Coronavirus dans notre pays. Cette crise sanitaire mondiale aux conséquences socioéconomiques dévastatrices méritera une attention particulière du CNT. C’est l’occasion d’inviter nos populations à plus d’implication dans le respect des mesures de prévention édictées par les services de santé », a-t-il dit.

Malick DIAW a invité ses pairs à un vrai sursaut afin de permettre au CNT d’offrir à la République du Mali les bases d’un nouveau départ. «Je vous demanderais, avec humilité, de transcender vos divergences politiques ou interpersonnelles et de ne considérer que l’intérêt supérieur du Mali afin de mieux contribuer aux efforts de paix, de sécurité, de réconciliation, de stabilité et de développement déjà entrepris par nos autorités.

Chers Collègues, je voudrais vous rappeler que les réformes et autres dossiers qui nous attendent sont d’une importance capitale pour le devenir de notre pays.

Il nous appartient donc, dès à présent, de nous mettre au travail afin que très rapidement nous puissions nous doter d’un Règlement intérieur en vue de commencer nos activités », a conclu le président du Conseil National de la Transition (CNT), Malick DIAW.

Après l’élection du président du CNT, une commission ad hoc de 15 membres chargée de l’élaboration du projet de règlement intérieur  du CNT a été mise en place. Les membres de cette commission sont : Mamadou Diarrassouba, Kadidia Sangaré, Assarid Ag Imbarkaouane, Adama Diarra, Youssouf Z Coulibaly, Souleymane Dé, Hamèye Founè Mahalmadane, Racky Talla Diarra,  Issa Kaou Djim, Nouhoum Sarr, Mohamed Sidibé, Hatouma Gakou Djikine, Hamadoun Amion Guindo, Nouhoum Dabitao, Boubacar N Diallo. Par ailleurs, il faut noter que dans un communiqué rendu public le 04 décembre 2020, le M5-RFP (Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques) précise qu’il n’a fourni aucun dossier de candidature et n’a par conséquent aucun représentant au CNT. Cependant, la présence de Hamadoun Amion Guindo de la CSTM (Confédération syndicale des travailleurs du Mali), membre du M5-RFP était visible. Idem pour Issa Kaou Djim, Nouhoum Sarr, membres fondateurs du M5-RFP. L’imam Oumarou Diarra du M5-RFP n’y était pas mais, il a donné procuration à Malick Diaw de voter à sa place. Wait-and-see !

Aguibou Sogodogo

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. L’IMAM DIARRA doit accepter de siéger dans le CNT car il est Malien avant tout. Répondre à l’appel de la Republique quelque soit le malentendu resta un devoir pour tous les Maliens. Je comprends ta volonté de respecter la decision du M5RFP mais devant le Mali rien n’est grand pour toi. Vas y et faire nous honneur. Tu est notre digne représentant car avec toi , nous savons que l’inerte du Mali passera avant tout. Nos benedictions t’accompagnent. DIARRA

  2. FELICITATION AU PRESIDENT MALIK DIAW ET AU MEMBRE DU CNT.
    LE MALI AVANCERA SANS LES POLITICARDS.
    GLOIRE A DIEU, VIVE LE PEUPLE MALIEN, VIVE LES DIGNES FILS HONNETES ET QUI CROIENT AU MALI DEBOUT ET PROSPERE.

  3. J’avais dit en son temps que les militaires ont enfarinés la CEDEAO ET JE VOUS LE CONFIRME AUJOURD’HUI QUILS SONT LA POUR LONGTEMPS une peuple n’a de dirigeant que ce qu’il mérite pauvre mali

  4. FELICITATIONS AU COLONEL N’DIAW POUR LA CONFIANCE. LE CNSP A BIEN FAIT DE VOUS PRESENTER POUR CONTROLER LES ARDEURS DES CANAILLES DE POLITICIENS QUI VOULAIENT ALLER SEMER LA ZIZANIE AU CONSEIL NATIONAL POUR RETARDER LE PROCESSUS DE LA TRANSITION ET SOBOTER LE TRAVAIL DE BAH NDAO ET DE SES HOMMES.
    VIVEMENT DES DEBATS FRANCS QUI DISCUTENT VERITABLEMENT DES SUJETS QUI TOUCHENT LA VIE ET LES INTERETS DES MALIENS DANS LEUR MAJORITE
    VIVE LA TRANSITION
    VIVE LE MALI DEBARASSE DES SANGSUS
    VIVE LA REPUBLIQUE

  5. Bonjour,

    Certains Maliens comme Rebel ne sont pas étonnés de l’élection de Malick Diaw comme Président du CNT.

    Pour eux, c’est une tautologie.

    Rebel dit ironiquement :

    Être élu par des gens qu’on a soi-même désignés auparavant… c’est vraiment un exploit honorable !

    Rebel, ce n’est pas de la faute de Malick Diaw, ce sont les membres du CNT qui l’ont élu avec un score plus qu’honorable : 120 votes pour 118 votants.

    118 = 110 (membres du présents) +8 (mandants dont Oumarou Diarra du M5 RFP et Salif Keita).

    120 = 111 (pour Diaw) + 1 (pour Bah NDAW) + 1 (pour Assimi GOITA) + 7 (bulletins blancs).

    Chacun (e) est responsable de ses actes et de ses décisions. Ils l’ont montré car pour certains les groupements qu’ils représentent avaient appelé à ne pas participer au CNT et à ne pas élire Malick Diaw pour ceux qui y participent.

    Et pourtant le score est plus qu’honorable.

    Appelons à la responsabilité de tous les membres du CNT car ils auront à valider des lois de la République en leurs âmes et consciences.

    Bien cordialement
    Dr Anasser Ag Rhissa, expert TIC, Gouvernance et Sécurité, TEL 78731461

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here