Lutte contre la corruption : Le Consortium RLD/AFD plaide pour son inscription au curriculum de l’éducation

0

La semaine nationale de la lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite au Mali en cours a été mis à profit  par le consortium RLD/AFA pour exhorter les populations à un changement de comportement  face au phénomène de la corruption qui gangrène notre société.

Le président du dit consortium, Kalifa Diakité, demande une amélioration de la législation  contre ce fléau. Ce, à travers l’adoption d’une politique nationale de lutte contre la corruption et d’une loi protégeant les lanceurs d’alerte.  « Nous intervenons pour que la lutte  contre le corruption soit inscrite dans le curriculum de l’éducation », affirme le doyen Kalifa Diakité, qui  plaide pour un  retour aux valeurs ancestrales  afin de sauvegarder la chose publique. « Un changement de comportement positif est indispensable », insiste le président du consortium RLD/AFAD, qui, auparavant, avait indiqué que «  le fondement de la crise malienne découle de la mauvaise gouvernance »

Intervenant lors de cette  journée de campagne  d’action contre le fléau de la corruption  au Mali, le président de la coalition  des organisations de la société civile   de la lutte contre la corruption , Souleymane Dembélé,  estime que la corruption sape tous les projets de développement. «  C’est pourquoi notre coalition s’engage contre le phénomène et nous invitons le reste de la société à jouer un rôle de veille citoyenne », indique-t-il. Le premier responsable de cette coalition  a indiqué la  semaine nationale de la lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite au Mali   pour demander aux autorités maliennes une application  des conventions des Nations-Unies sur la corruption.

Pour sa part, le représentant du ministre de la Justice, Mamadou Yattassaye a félicité la mobilisation de la société civile lors de cette semaine contre la corruption et l’enrichissement illicite. Avant d’annoncer que le gouvernement de la transition a transmis tous les rapports  du vérificateur général  à la justice pour qu’il en fasse usage.

Pour vulgariser  cette campagne, un concours artistique sur la corruption est lancé par l’OSIWA, et qui mettra en compétition  des slameurs, les rappeurs et les peintres.

Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here