La réaction du Burkina Faso suite à l’expulsion du Représentant de la CEDEAO au Mali : ‘’La manière de faire n’était pas courtoise, ni amicale’’ Déclare le Ministre Alpha Barry

9

Au cours d’un point de presse animé par le Ministre  des Affaires Étrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Burkinabè de l’Extérieur M Alpha Barry en ce mardi 26 octobre 2021 à Ouagadougou, le Ministre a fait savoir que le Burkina déplore l’expulsion de son diplomate représentant la CEDEAO à Bamako . 

Suite à l’annonce de l’expulsion du diplomate Burkinabè , le représentant spécial de la  CEDEAO au Mali Prof. Hamidou Boly par les autorités de la Transition du Mali car il a été déclaré persona non grata , a été accusé de mener des activités de déstabilisation de la transition, le Burkina Faso n’a pas tardé à réagir à cette expulsion de son diplomate à travers la voix de son chef de la diplomatie  SEM Alpha Barry .

Alpha Barry déplore la manière de faire du gouvernement malien, même s’il dit reconnaître que c’est une décision souveraine. En informant qu’il a eu un entretien téléphonique avec son homologue malien Abdoulaye Diop à qui il n’a pas manqué de signifier son regret. «Nous désapprouvons cette façon de faire avec un citoyen d’un pays voisin qui n’a jamais développé un acte d’hostilité contre le Mali. J’ai dit au Ministre Diop que nous avons beaucoup de défis à défendre ensemble plutôt que de procéder ainsi», explique Alpha Barry qui a été contacté par son homologue malien pour annoncer l’expulsion du diplomate Burkinabè face à la presse. Le Ministre Burkinabè ajoute que:« la manière de faire n’était pas courtoise, c’était pas amicale»

Selon Alpha Barry le Burkina et la commission de la CEDEAO avaient déjà trouvé un accord pour le remplacement de Hamidou Boly à Bamako, et c’était pour une question d’heures. C’est donc à la grande surprise de toutes les parties que le Mali a décidé de procéder à son expulsion. Le ministre burkinabè des affaires étrangères s’est prononcé au cours d’un point de presse ce mardi 26 octobre.

Les explications du Ministre des Affaires Étrangères et de la Coopération internationale du Mali Abdoulaye Diop  au journal Télévisé de l’ORTM du 20H

Pour le Ministre Abdoulaye Diop, le Représentant de la CEDEAO menait des activités de déstabilisation contre la transition avec des individus de la société civile, des partis politiques et des hommes de média. Et qu’il lui a été notifié qu’il est ‘’persona non grata” au vu de ses ”agissements” incompatibles avec son statut.

« L’intéressé est engagé avec des groupes et des individus de la société civile comme du monde politique ou même du monde de la presse et entreprend des activités hostiles à la transition qui ne cadrent pas du tout avec sa mission .Les diplomates ont une obligation de réserve et d’impartialité. Ils ne doivent pas s’ingérer dans les affaires du pays. Le représentant de la CEDEAO a reçu plusieurs mises en garde qui lui ont été adressées, ensuite à la Commission de la CEDEAO et même à la présidence en exercice. Cependant, l’intéressé a continué à s’adonner à des activités qui sont incompatibles avec sa mission. Et en tant que pays souverain, nous estimons qu’à un certain moment, si cette personne ne comprend pas les limites de sa mission qu’elle a outrepassées, il est du devoir des autorités en place de s’assumer. Avec la CEDEAO, nous souhaitons continuer des relations de bonne coopération, de solidarité avec les différentes instances. Nous demandons à la CEDEAO de désigner une autre personne qui a conscience de limites de son mandat et nous serons disposés à travailler avec cette personne pour faire avancer l’agenda de notre organisation. Nous espérons qu’il puisse quitter dans des conditions de dignité, mais nous souhaitons qu’à l’issue de ce délai de 72 heures, il ne puisse plus être présent sur notre territoire », Explique le Ministre Diop a l’ORTM.

En rappel : Le Prof Hamidou Boly a été  accrédité au Mali depuis juillet 2019.

Bokoum Abdoul Momini/maliweb.net

Commentaires via Facebook :

9 COMMENTAIRES

  1. MAIS BOLY NE REPRESENTAIT PAS LE BURKINA AU MALI. POURQUOI SON EXPULSION CONCERNE LE BURKINA? C’EST UN DIPLOMATE DE LA CEDEAO NON DU BURKINA. LA SEULE PARTIE QUI PEUT DIPLOMATIQUEMENT RIPOSTER ICI EST LA CEDEAO PAS LE BURKINA. BURKINA FASO HAS NO BUSINESS IN THIS SITUATION PERIOD.

    • Pour l’amour de Dieu, peut-on faire travailler sa tête dans ce pays ? Il est certes un diplomate de la CEDEAO mais missionné par son pays auprès de la CEDEAO. Il n’est pas étonnant que nous soyons dans un débat aussi médiocre comme si notre malheur était celui des autres.

  2. Les autorités de la Transition malienne n’ont pas capitalisé les cas passés de la “puissance” de la CEDEAO en expulsant, d’une façon pas “amicale” (dixit Alpha Barry, ministre bukinabédes AE) son représentant.

    En effet, par le passé, la CEDEAO était intervenue militairement en Serra-Léone et Libéria, en utilisant la puissante armée du Nigéria conte Charles Taylor, sous la gouvernance de Général GOODLOCK JONATHAN, actuel médiateur de l la CEDEAO au Mali sous la Transition.

    Plus près de nous, la CEDEAO avait fait infléchir Haya Sanogo pour le mettre su le droit chemin pour une transition correcte en 2013 dont la CEDEAO avait fixé les délais.

    Autrement, j’estime que si Assimi Goïta et Choguel étaient aussi “courageux” et “braves”, il auraient du expulser l’Ambassadeur du Niger après les propos de Bazoum (son présent) jugés “insultants” par les autorités de la transition t surtout l’Ambassadeur de France après que Macron avait jugé “honteux” les propos de Choguel sur la tribune des NU et après jugé Choguel de PM “illégitime ” parce qu’issu de deux coups d’Etat; mais bon! on s’attaque à plus faible que soi et non à plus fort que soi.

    Sincèrement

  3. NOUS DISONS A BARRY DE NE PAS CREER DE FAUX PROBLEMES .BOLY SA MAIN A ETE PRIS DANS LE SAC DONC IL A ETE EXPULSE SUITE A UNE COMISE PAR LUI MEME

  4. Le Mali n’a pas de lecons de courtoisie a apprendre de M. BARRY. S’il est conscient que les motifs sont bien logiques; il doit se taire. Je suppose qu’il n’est pas diplomate pour rien. La nationalite de M. BOLLY n’est pas le probleme de son depart mais son ingerance dans les affaires autres que son role d’envoyer de la CEDEAO. Tout le monde reconnait que le Mali a beaucoup de respect a tous ses voisins particulierement le Burkina Faso avec qui nous partageons beaucoup de relations pas Etat a Etat seulement mais surtout sociales, de famillles/ familles la plus part des cas. Je reste persuade que cette situation n’affectera en rien ces rapports. La Geopolitique est venue trouver que nos rapports sociaux sont bien la.

  5. Where ECOWAS representative from Burkina Faso was carrying out destabilizing activity at most sensitive life or death moment in Mali it was one hundred percent proper to demand he immediately leave. Seventy two hours time frame for leaving as oppose to six to twenty four hour time frame which was fitting for his actions is courtesy beyond belief. As ECOWAS representative person should not have been carrying out destabilizing acts not even for profit sake. That is crime.
    Mr. Barry perception appear very very much like perception held too by likely conspirators in murder of Thomas Sankara great leader who felt his people need even as president walking living conditions walk his people were forced to walk. It seem when Negroid Africans become comfortable as Mr. Barry have become surrounded by great poverty their perception become stupidly faulty.
    It is no secret many corrupt Negroid led governments of Africa want to see Mali fail to protect their corrupt ways. Mr. Barry assertion is more proof of that.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

    • Alpha Barry, le Ministre burkinabè des AE est bien connu comme journaliste d’investigation dans la sous-région avant d’être ministre, c’est un peulh burkinabé comme Boli de la CEDEAO qui viend d’être expulsé du Mali, moins pour des fautes moins orthodoxie diplomatique que d’avoir répété ouvertement à Assimi et Choguel qu’ils doivent écouter la société civile et des partis politique majeurs.

      Barry et Boli sont des peulhs burkinabés, comme feu Thomas Sankara/Sangaré, le peulh en puissance, qui crachait ses vérités

      Sincèrement

      • tHOMAS N’ETAIT PAS PEUHL ET IL SERAIT TRES IGNORANT ICI DE JOUER LA CARTE ETHNIQUE. C’EST UNE AFFAIRE DIPLOMATIQUE QUI OPPOSE LA CEDEAO ET LA MALI PAS UN AUTRE PAYS. LE MALI EN TANT QUE PAYS SOUVERAIN A LE PLEIN D’ACCEPTER (D’ACCRETITER) OU REJETER TEL OU TEL DIPLOMATE SANS REGARD DE SA PROVENANCE OU L’ENTITE QU’IL REPRESENTE. CELUI QUI SE SENT MORVEUX PEUT SE FAIRE MOUCHER.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here