Gouvernement : un boubou trop grand pour son chef

5

Attendu comme celui qui devrait recoudre le tissu social malien et apporter des solutions aux problèmes du pays, comme le lui a recommandé le président de la transition, le Premier ministre se trouve aujourd’hui au centre de toutes les controverses. Un an après sa nomination, Choguel K. Maïga est devenu, selon plusieurs acteurs de la vie publique, le principal facteur de blocage de la bonne marche de la transition.

« Travailler à fédérer davantage les intelligences et les énergies pour plus d’inclusivité dans le processus de refondation du Mali ». C’est l’une des principales missions assignées au Premier ministre par le président de la Transition. En effet, le colonel Assimi Goïta, conscient de la complexité des problèmes du pays, sait qu’il sera très difficile voire impossible d’amener le Mali à bon port sans l’adhésion de tous les Maliens.

À l’heure où ce qui est convenu d’appeler la rectification de la transition amorce sa deuxième année, il est loisible de constater que l’inclusion tant souhaitée et prônée par le colonel Goïta est loin d’être une réalité. À qui la faute ? Au Premier ministre qui, par ses diatribes et ses attaques en règle, a contribué à cliver davantage les Maliens. Certains, qui pensent comme lui, sont qualifiés de patriotes et d’autres, qui ne partagent pas sa vision des choses, sont taxés d’apatrides ou d’opportunistes (c’est-à-dire des personnes qui cherchent à avoir des postes).

Ce qui fait qu’il est difficile aujourd’hui d’exprimer son point de vue, en toute liberté, sans qu’on ne soit pris à partie par ses partisans, faisant ainsi régner un climat de terreur dans le pays. Et personne n’est épargné. Journalistes, responsables politiques et religieux.

En témoignent les charges contre l’imam Mahmoud Dicko. L’ancienne autorité morale du M5-Rfp, le mouvement à la base de la contestation contre le régime IBK, lors du 22e forum de Bamako, avait parlé de « l’arrogance des gouvernants » et de « l’orgueil de la communauté internationale ». Il n’en fallait pas plus pour qu’il soit traité de tous les péchés d’Israël.

Aussi, le président du comité stratégique, devenu Premier ministre, a eu la prouesse de faire imploser ledit comité. Par ses méthodes jugées peu orthodoxes, plusieurs membres ou entités disent ne plus reconnaître les décisions du comité stratégique. C’est le cas des plateformes Espoir Mali Kura, le mouvement précurseur de la lutte contre le régime IBK, d’Anw Ko Malidron dirigée par la très coriace Mme Sy Kadiatou Sow.

À cela s’ajoute le boycott des réunions dudit comité par des personnalités comme Me Mohamed Ali Bathily pour ne citer que celui-ci. Tous reprochent à Choguel K. Maïga sa mainmise et sa volonté de perversion du mouvement. La question qui se pose est comment celui qui n’a pas réussi à maintenir la cohésion et l’union dans son propre regroupement, peut-il fédérer les Maliens ?

Un échec patent

Ce n’est pas tout. Depuis sa nomination comme chef de l’exécutif, le 07 juin 2021, l’ancien porte-parole du gouvernement, sous l’ancien président IBK, n’a jusqu’ici entrepris aucune réforme dans le cadre de la refondation du pays annoncée tambour battant.

Les textes comme la loi électorale, la charte des partis politiques, pour ne citer que ceux-ci, ne sont jusqu’ici pas adoptés. La réduction du train de vie de l’Etat reste au stade des intentions ; la lutte contre la corruption est devenue un mirage et la population se paupérise tous les jours du fait du renchérissement du coût des produits de première nécessité. Toute chose que le gouvernement peine à juguler.

L’organe unique de gestion des élections, annoncé comme la panacée aux problèmes électoraux, est loin d’être opérationnel. Ankylosé, le gouvernement sous son leadership sombre dans une léthargie due à un manque de vision.

En termes de bilan, son échec est patent, en témoigne la mise en œuvre de son propre PAG exécuté à 33,80% seulement selon le document qu’il a lui-même envoyé aux membres du Conseil national de la transition (CNT), lors son interpellation en avril dernier. La seule chose où il a excellé reste les diatribes et la diabolisation d’une partie de la classe politique et de la communauté internationale.

Pour se maintenir au pouvoir, le Premier ministre, par des manœuvres dilatoires, a usé et abusé de subterfuges selon lesquels c’est le peuple qui décide. Les Assises nationales dites de refondation ont constitué une bouée de sauvetage pour lui afin de proroger le délai de la transition, violant ainsi l’engagement des 18 mois pris devant la Cédéao et la communauté internationale.

C’est dans ce contexte que sont intervenues le 09 janvier les sanctions imposées par l’organisation sous-régionale au pays. Quatre mois après, le Premier ministre et son gouvernement peinent à faire sortir le pays des sanctions dont les conséquences étouffent la population.

Qu’adviendrait-il, si lui, Choguel K. Maïga, adepte des critiques les plus violentes, n’était pas chef du gouvernement ? Surtout quand on se souvient qu’il avait indiqué quelques jours avant sa nomination, son opposition à une quelconque prolongation de la transition.  Le reste des travaux doit être laissé à la nouvelle équipe issue des élections, avait-il en substance affirmé. Un engagement qu’il a réitéré en août devant le CNT, le jour du vote de son Plan d’action gouvernemental (PAG), avant de se dédire en septembre aux Etats-Unis.

Sur le plan social, les résultats ne sont guère reluisants. L’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM), la principale centrale du Mali, est sur le pied de guerre en raison de la non-application du protocole d’accord du 05 février 2021, que Choguel K. Maïga s’était pourtant engagé à mettre en œuvre. Les syndicats d’enseignants reprennent du poil de la bête.

Le pire est qu’à part des actions d’éclat, qui s’apparentent beaucoup plus à de la propagande, le Premier ministre ne donne aucune perspective de sortie de crise, et la prolongation de 24 mois, annoncée dans le décret lu à la télévision, le lundi 06 juin dans la soirée, n’y changera rien !

À court d’idées et sans vision, le chef du gouvernement, à chacune de ses sorties médiatiques, ne fait que rappeler les circonstances dans lesquelles le pays est tombé dans la crise. Visiblement, le boubou de Premier ministre semble trop grand pour les épaules de Choguel K. Maïga.

 Abdrahamane SISSOKO

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. Alors Abdrahamane Sissoko, qu’est-ce que tu attends pour porter le grand boubou, MALANKOLON! Le partage du GATEAU-MALI est revolu, plus jamais ne reviendra, alors a toi d’utiliser tes deux yeux pour pleurer car le gouvernement ASSIMI-CHOGUEL-CAMARA-DIOP-MAIGA va tres bien et merci a eux pour leur patriotisme et leur gouvernance vertueuses!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here