Modibo Sidibé : « les élections législatives programmées ne sont qu’une mascarade »

0

 Le Président des FARE, Modibo Sidibé,  a exprimé ses inquiétudes,  dans une déclaration publiée la semaine dernière,  sur la transparence et la crédibilité des élections législatives de mars et avril 2020. Il qualifie ces scrutins d’avance « d’une mascarade programmée ».

Maliweb.net – A la veille de l’ouverture de la campagne du 1er tour des élections législatives du 29  mars,  les inquiétudes  de  certains partis politiques quant à la bonne tenue des scrutins ne cessent de nous parvenir.  Pour le parti FARE, après deux prorogations du mandat des députés (2018 et 2019),  le gouvernement s’était engagé de procéder aux différentes réformes indispensables relatives à la mise en place des cadres légaux, à la Constitution de février 1992 et à la loi électorale.

En  outre, il rappelle que le gouvernement avait motivé la prorogation de la 5ème législature  par l’évaluation de la situation politique et sécuritaire du pays. Lequel  révélait,   selon le gouvernement, par  la persistance des difficultés et contraintes qui ne permettent pas la tenue d’élections législatives régulières et transparentes.

Pour le parti dirigé par l’ancien premier ministre, Modibo Sidibé,  les raisons susmentionnées ayant occasionnées le double report des législatives demeurent : ‘’l’aggravation de la situation sécuritaire, politique et économique, la dégradation continue des conditions de vie des populations, la perte de confiance des citoyens aux Institutions de la République et les trafics criminels de tout genre restent une réalité’’. Poursuivant que c’est dans ce contexte que le gouvernement a organisé le Dialogue national inclusif , qui, selon les FARE, n’a été qu’un travestissement bien monté par le pouvoir pour qu’il endosse les dispositions de l’Accord politique de gouvernance signé le 2 mai 2019.

Pour ce faire,   les FARE diront  que le gouvernement en voulant coûte que coûte tenir les élections législatives sans les modifications nécessaires de la loi électorale en cours qui s’explique par  son  unique but d’avoir une majorité mécanique à l’Assemblé Nationale pour arriver à ces fins : ‘’la mise en œuvre de l’Accord Pour la Paix issu du Processus d’Alger (APR)’’.   Les FARE, visiblement déçus par  l’incapacité de l’exécutif à opérer les réformes nécessaires,  ont qualifié  les déclarations et les démarches  précédentes du Président de la République et de celles du Gouvernement  «  de malice et duperie du peuple ».

Eu regard de  l’absence  des réformes indispensables, le parti FARE  dit demeurer  convaincu que  « les élections législatives programmées ne sont qu’une mascarade qui pourrait conduire à une nouvelle crise postélectorale dont la responsabilité du Gouvernement serait entière ».

Siaka DIAMOUTENE /Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here