Nomination de Dioncounda comme haut représentant pour le centre, réconciliation avec le chérif de Nioro, installation des personnalités pour le dialogue inclusif, réaménagement de l’appareil judiciaire : Le président El Hadj Ibrahim Boubacar Keita en passe de gagner le pari de la restauration de l’Etat.

1

Après sa réélection le président El Hadj Ibrahim Boubacar Keita n’a pas pris du temps  pour  tendre la perche du dialogue. Il a commencé par appelé son challenger le chef de file de l’opposition, Soumaila Cisse pour lui dévoiler sa stratégie pour une sortie de crise au Mali. Ce qui a permis à la majorité regroupée au sein de du mouvement Ensemble Pour le Mali(EPM), de se rapprocher du Front pour la Sauvegarde de la démocratie. Ensuite, une autre main  a été tendue à la Convergence des Forces Patriotiques (COFOP). Ce rapprochement n’a pas suffit pour dissiper les nuages qui se formaient qui devaient aboutir à la déstabilisation du pays. Un autre front a été ouvert avec un autre but, faire chuter le président démocratiquement élu.

Pour passer à l’action, c’est les dignitaires religieux  qui ont été placés en première ligne.  Contrairement à ce que prédisaient certains, le pire a été évité car le président a ordonné aux forces de l’ordre de faire preuve de professionnalisme. Ceux qui voulaient faire du 5 avril, un autre 26 mars 1991 sont restés sur leur faim. Le président a organisé une grande rencontre au palais de Koulouba pour écouter les uns et les autres. Il a accédé aux    demandes de l’ensemble des forces vives de la nation. Après avoir remercié le « hérisson »  le premier Ministre Soumeylou Boubeye Maiga, il a nommé un jeune premier Ministre de consensus le Dr Boubou Cisse. Ce dernier est venu avec une feuille de route claire, restaurer la sécurité et mettre en confiance les partenaires internationaux du Mali. Après les tueries d’Ogossagou et de Sobanekou, le président a décidé à la fois de manier le bâton et la carotte. Sur ordre personnel du président El Hadj Ibrahim Boubacar Keita dans le cadre de l’opération « Dambe » les armées maliennes ont lancé une vaste offensive dans le centre pour faire tarir toutes les ressources des narco-djihadiste. Pour montrer son sens élevé du dialogue le numéro1 malien a désigné le Pr Dioncounda comme son haut représentant pour le centre. En désignant le Pr Dioncounda Traore pour ramener à la maison les frères égarés, le président a fait le bon choix, même si certains lui ont préféré l’ancien président Amadou Toumani Toure, le soldat de la démocratie. C’est bien, le Pr Dioncounda Traore qui a sauvé le Mali le 11 janvier 2013 en sollicitant le soutien militaire de la France pour repousser les djihadistes qui étaient en passe de foncer sur Bamako. Ce jour là, il a tenu un discours qui fera date dans les annales de l’histoire du Mali contemporain : « chaque malien est soldat, le Mali est un leg eternel que chacun se doit de transmettre intact ». En homme de paix, à son retour de Paris où, il a séjourné suite à une agression contre sa personne physique au palais de Koulouba, le président de la transition a surpris plus d’un d’abord, il a souligné qu’il pardonne ses agresseurs, avant de dire devant les cameras du monde entier   qu’il a confiance en l’armée malienne pour sa sécurité. Compte tenu de son expérience qui a permis  une fin de transition démocratique heureuse, il a plus d’un tour dans son sac   pour amener les fils de la région de Mopti à fumer le calumet de la paix. Comme pour narguer ses détracteurs, le président IBK a fini par s’entendre avec le grand chérif de Nioro grâce aux efforts de médiation du Ministre des affaires étrangères Tiebile Drame qu’on peut volontier comparer   à Me Alioune Blondeye Beye ancien Ministre des affaires étrangères du président Moussa traore et ancien envoyé spécial du secrétaire général des nation unies en Angola. Les deux hautes personnalités du Mali ont discuté de la situation difficile que le Mali traverse et les moyens pour y remédier. Pour le dialogue inclusif que le chef de l’Etat entend mener pour que tous les fils du pays se retrouvent sous l’arbre à palabre ,pour se fixer   dans les yeux ,se dire les quatre vérités,  afin de tourner cette page douloureuse de notre histoire marquée   par la série noire qui se passe dans les régions de  Mopti, Tombouctou, Gao , Kidal , Menaka. Pour ce dialogue le choix a été porté sur le médiateur de la République Baba Akhib Haidara, un homme qui n’est plus à présenter, l’ancien premier Ministre Ousmane Issoufi Maiga  dit « Pinochet  », Aminata Dramane Traore ancien Ministre de l’artisanat et du tourisme auteur du roman l’étau qui parle de l’étouffement des pays du tiers monde par la finance internationale au service des puissances impérialistes. Ces illustres personnalités ont été installés le mardi 25 Juin 2019  par le président de la République. En sa qualité de président du conseil supérieur de la magistrature, il a placé à la tête du ministère de la justice, un homme intègre,  qui à horreur de l’injustice Malik Coulibaly magistrat de son Etat qui a démissionné de la juridiction de Kati suite à une affaire sulfureuse. Il a apporté un grand réaménagement au niveau du corps des magistrats   en procédant à une série de mutation pour soulager les populations assoiffées de justice. Les magistrats les plus méritants ont bénéficié de promotion en toute transparence. Même le sport qui a connu une grave crise a senti le vent du changement en cours.

Oumou Cissé

Source: Triomphe du Mali

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Cissé, ces gens-là ne pourront rien faire après depuis 1992 au pouvoir. Ils sont incapables.
    Ils ne choisissent qu entre eux.
    Les oiseaux de même plumage volent ensemble.
    Adema a été la catastrophe au Mali.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here