À Sévaré, les professionnels des médias renforcent leurs techniques

0

Du 20 au 22 novembre à Sévaré, de nombreux professionnels des médias venus de Bamako et d’autres régions du Mali ont été formés sur les bonnes pratiques de gestion de l’information sensible en période de conflit et sur les questions de migration. Une initiative de l’UNESCO, en partenariat avec le Ministère italien des affaires étrangères et de la coopération internationale, la Maison de la Presse du Mali, le Ministère malien de la communication, avec la participation de la MINUSMA.

« L’un des objectifs de ce projet, étant donné que notre pays ne connaît pas encore de journalistes professionnels reporters de guerre et de conflits au fait des questions militaires et de sécurité, est de mieux les outiller, à travers des formations appropriées, afin qu’ils traitent avec patriotisme et civisme, la question de la guerre qui nous est imposée », a déclaré le Ministre de la communication chargé des institutions et porte-parole du Gouvernement, Yaya Sangaré, lors de la clôture de la formation pour les Médias sur la sécurité des journalistes, les reportages sensibles aux conflits, les directives éthiques et les réalités migratoires.

La formation a été facilitée par M. Daniel Massamba Meboya du Bureau de la Communication de la MINUSMA à Mopti. Il a entretenu les participants sur la gestion des sources d’informations, le comportement des journalistes pendant la période de crise, l’importance du contexte et la façon de traiter certains sujets ou événements particuliers. Le facilitateur a également, à l’aide de cas pratiques, souligné la différence qui doit être faite entre le reportage traditionnel et le reportage sensible aux conflits, en observant les principes journalistiques de base, à savoir l’exactitude, l’impartialité et la responsabilité.

Dans leurs recommandations présentées au Ministre Yaya Sangaré, les participants ont pris l’engagement d’adopter les bonnes pratiques et de respecter les normes journalistiques en tout temps et en tout lieu. Ils demandent au Gouvernement d’assurer une bonne protection des journalistes, d’accélérer l’élaboration des textes règlementant la presse en ligne, et de faciliter leur accès aux zones de conflit.

Le Ministre de la Communication a assuré les journalistes de l’engagement de son gouvernement à créer un cadre favorable à l’exercice de leur métier. Ceci, en garantissant la liberté d’expression et en luttant contre l’impunité sur les cas de violation des droits des journalistes, mais aussi en combattant, entre autres, toutes formes de pressions et de manipulations politiques ou financières envers les journalistes. Il a aussi profité de cette opportunité pour demander à l’UNESCO et à la Maison de la Presse de mettre en place un réseau de journalistes sensibles aux conflits, dont le siège serait basé à Mopti. « Ce réseau serait le départ du projet d’ouverture du Bureau Commun de la Presse », a insisté le Ministre Yaya Sangaré.

La Cheffe du sous-bureau de l’Organisation internationale pour les migrants (OIM) à Sévaré, a abordé les questions de la migration illégale au Mali. Plus particulièrement dans la région de Mopti à travers les différentes interventions appropriées et les mesures d’urgence mises en place par son organisation, afin de minimiser l’impact dudit phénomène.

L’UNESCO, en partenariat avec le Ministère italien des affaires étrangères et de la coopération internationale, met en œuvre dans 8 pays africains, dont le Mali, le projet dénommé : « Autonomiser les jeunes africains par les médias et la communication ». Ledit projet vise à renforcer les capacités des médias indépendants, y compris des médias en ligne, sur la production d’émissions de qualité en ce qui concerne les risques et les opportunités migratoires en Afrique.

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here