AMDH et ses partenaires veulent faire de la lutte contre l’impunité une priorité pendant 18 mois.

0

Ce jeudi 4 février 2021 , Avocats sans frontières Canada (ASFC), la Fédération internationale pour les droits humains (FIDH), l’Association malienne des droits de l’Homme (AMDH) et Amnesty International ont annoncé le lancement d’un projet qui vise à renforcer la lutte contre l’impunité au Mali.
-maliweb.net- Ces organisations reconnaissent le rôle essentiel de la lutte contre l’impunité en vue de répondre aux droits des victimes et à la protection des populations. Elles souhaitent contribuer à la sécurité en mettant leur expertise au bénéfice de la protection des droits humains dans le pays.
«La lutte contre l’impunité des auteurs des crimes les plus graves doit être intensifiée pour que les victimes accèdent à la vérité et obtiennent justice et réparations, pour que les plus hauts responsables de ces abus soient dûment sanctionnés et pour que les Maliennes et les Maliens puissent poursuivre le processus de paix et réconciliation», a déclaré Me Pascal Paradis, directeur général d’ASFC.
Financé par l’Union européenne et doté d’un budget de 2 millions d’euros (plus de 1,3 milliards FCFA), ce nouveau projet s’articule autour de quatre volets principaux, mis en œuvre avec la coopération des acteurs de la société civile et de la communauté internationale :la documentation des crimes internationaux et des cas les plus graves des violations des droits humains ;l ’accompagnement judiciaire des victimes ;le plaidoyer auprès de l’État et des instances nationales, régionales et internationales et enfin l’éducation aux droits humains pour la lutte contre l’impunité.
Ce projet offre l’opportunité de s’adresser à divers publics au Mali et de plaider pour que la lutte contre l’impunité pour les crimes de droit international ne reste pas en marge des priorités politiques et judiciaires.
«Accompagnant des victimes, y compris celles de crimes sexuels, devant la justice malienne, nous constatons que ces procédures n’ont pour l’instant donné lieu qu’à peu de procès. Nous appelons les autorités maliennes à renforcer leurs efforts pour que les auteurs d’exactions, depuis la période d’occupation de 2012-2013 jusqu’à aujourd’hui, soient poursuivis et jugés pour leurs crimes», a déclaré Me Moctar Mariko, président de l’AMDH.
Depuis 2012, de graves violations et abus des droits humains, dont certains peuvent être qualifiés de crimes relevant du droit international, sont commis au Mali. Des civils, y compris des enfants, sont victimes de tueries et de violences sexuelles. De nombreuses procédures judiciaires ont été ouvertes contre des membres de groupes armés mais aussi contre des éléments des forces armées maliennes. Des enquêtes sont ouvertes mais rares sont les procédures qui aboutissent à des procès. L’impunité demeure trop souvent la règle. Pourtant, le processus judiciaire doit être encouragé et facilité afin que les auteurs des crimes les plus graves soient traduits en justice.
«Dans le cadre de ce projet, Amnesty International intervient exclusivement pour contribuer à la sensibilisation des populations, et en particulier de la jeunesse, sur la thématique de la lutte contre l’impunité. Cette approche doit permettre une mobilisation renforcée pour obtenir des autorités des avancées plus grandes en la matière et à terme, l’enracinement d’une culture pleinement respectueuse des droits humains», explique Marceau Sivieude, directeur régional adjoint d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale.
Associée au rétablissement des services sociaux de base tels que l’éducation et la santé, la lutte contre l’impunité est un pilier fondamental du respect des droits humains et de la sécurité au Mali. Nos organisations affirment leur mobilisation pour la consolidation au Mali d’une justice efficace et respectueuse des droits humains en collaboration avec la société civile et les institutions maliennes.
En consacrant le lancement officiel de ce projet lors de la cérémonie du 4 février 2021, L’Ambassadeur de l’Union européenne au Mali, M. Bart OUVRY, a notamment déclaré : «Le combat pour la stabilité et le retour à une paix durable au Mali ne se gagne pas uniquement sur le terrain de la sécurité. Et il ne saurait être gagné sans le soutien de la population malienne, dans le plein respect de ses droits. C’est une exigence de la population malienne, pour retrouver la confiance dans ses institutions, et dans les forces qui assurent sa sécurité. C’est pourquoi la lutte contre l’impunité doit figurer au cœur des engagements des autorités maliennes, et pas seulement des partenaires qui les accompagnent.»
Ce projet est mis en œuvre avec le soutien financier de l’Union européenne.
Bokoum Abdoul Momini/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here