Cellule Aéroportuaire Anti-Trafics : Plus de 35 kg de stupéfiants saisis en trois ans

0
Achèvement et pérennisation du RAVEC : On y travaille
Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, le général Sada Samaké

Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le général Sada Samaké, a procédé, le lundi 9 février 2015, à l’inauguration officielle de la Cellule Aéroportuaire Anti-Trafics (CAAT) du Mali opérant à l’aéroport international de Bamako-Sénou. La cérémonie a enregistré la présence du ministre de l’Equipement, des Transports et du Désenclavement, Mohamadou Hachimi Koumaré, PGD de l’Aéroport, le Colonel Daouda Dembélé, du représentant de l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC) et non moins Coordinateur du projet Aircop, Valentin Codrin Chirica, et des Ambassadeurs et représentants des corps diplomatiques accrédités dans notre pays. Cette cellule inter-agences de 19 éléments, composée de 6 gendarmes, 5 policiers et 8 douaniers, a été mise en place dans le cadre du programme de coopération internationale « Etablissement d’une communication sécurisée en temps réel entre aéroports en Afrique, en Amérique Latine et aux Caraïbes » AIRCOP, conduit par l’ONUDC en partenariat avec l’Organisation mondiale des Douanes (OMD) et l’Organisation de police criminelle Interpol.

Dans intervention, le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, le général Sada Samaké a noté que la CAAT du Mali est connectée aux outils de communication CENComm de l’OMD et I-24/7 d’Interpol qui permettent d’échanger en temps réel, avec les autres aéroports internationaux sélectionnés et agences d’application des lois, des informations opérationnelles pour intercepter les cargaisons illicites. Depuis le début de son activité, dira-t-il, cette unité a procédé à plusieurs interceptions de produits stupéfiants (19,26  kg de Cocaïne et 16,400 kg de méthamphétamine), dont trois saisies de Cocaïne réalisées au cours des deux derniers mois. Financé par l’Union Européenne à travers son vaste « Programme route de la Cocaïne » et cofinancé par le Canada, « AIRCOP » promeut une approche intégrée de la lutte contre la criminalité transfrontalière, en développant la coordination Inter-Etats et Inter-Agences pour renforcer les saisies de marchandises illicites sur 29 aéroports internationaux en Afrique, Amérique Latine et dans les Caraïbes.  En Afrique de l’Ouest, ce projet s’inscrit dans le cadre du plan d’action régional de la CEDEAO contre la criminalité organisée, le trafic illicite, le terrorisme, la prévention des drogues et santé, ainsi que de l’initiative de Dakar qui vise à renforcer la lutte contre les réseaux de trafics de drogues dans la sous-région. Selon lui, « AIRCOP » est une réponse opérationnelle concrète au fléau que constitue la drogue, qui déstabilise les pays de la région et constitue un frein à leur développement économique et social, notamment à travers ses effets induits, comme son impact sur la santé publique ou le blanchiment d’argent. A ce jour, a-t-il dit, neuf CAAT ont été établies en Afrique de l’Ouest (Bénin, Cap Vert, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Mali, Nigéria, Sénégal, Togo), où elles ont réalisé plusieurs saisies de produits et marchandises illicites pour un total de 584,32 kg de Cocaïne, 318,33 kg de cannabis, 80,80 kg d’héroïne, 222,37 kg de méthamphétamines, 1,396 kg de médicaments contrefaits et 461 kg d’ivoire, ayant conduit aux arrestations de 305 personnes. Deux autres CAAT viennent d’être créées en République Dominicaine dans les Caraïbes, sur les aéroports de Saint Domingue et Punta Cana.

Moussa Dagnoko

Commentaires via Facebook :

PARTAGER