Six policiers déférés à la MCA : des jeunes de Lafiabougou saluent “un pas vers la justice”

1

Six policiers ont été déférés à la prison centrale de Bamako ce jeudi 29 juillet 2021, sur instruction du juge du 2ème cabinet du tribunal de la Commune IV du district de Bamako. Ces porteurs d’uniformes seraient à l’origine de l’assassinat d’un jeune de Lafiabougou la semaine dernière. C’était lors d’une patrouille de la Brigade Anti Criminelle.

Ces policiers sont accusés de meurtre, coups mortels, blessures volontaires et involontaires par le juge d’instruction de la commune IV du district de Bamako. L’affaire concerne l’assassinat de Abdoulaye Keïta tué à balles réelles par la brigade anti criminelle la semaine dernière lors d’une patrouille à Lafiabougou.

Ces arrestations interviennent après une manifestation organisée par les jeunes de Lafiabougou cette semaine. Des dizaines de jeunes avaient pris d’assaut lundi dernier le tribunal de la Grande Instance de la commune IV. C’était pour réclamer justice pour feu Abdoulaye Keita.

Selon des témoins, la mort de M. Keita est intervenu suite à la poursuite d’une voiture engagée par le détachement de la Brigade Anti Criminelle pour refus d’obtempérer. C’était dans la nuit du 21 au 22 juillet dernier. Dans cette tentative de fuite du conducteur, 4 autres personnes ont été blessées, explique le Directeur Général de la police. Les responsables de la police et le procureur de la république près le tribunal de la commune IV ont promis de faire la lumière sur cette affaire.

Les jeunes de Lafiabougou, en commune IV du district de Bamako, se disent « soulagés » par cet acte de la justice. Selon eux, cela témoigne que l’enquête est en bonne voie. Toutefois, ces jeunes estiment qu’ils vont suivre de près le dossier jusqu’au jour du jugement.Adama N’diaye, porte-parole des jeunes de Lafiabougou

Source: StudioTamani.ORG

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Il n’est écrit nulle part que la mission de la brigade anti criminalité est d’engager des courses poursuites contre des voitures dans les rues, au péril de la vie des citoyens. La peine de mort n’étant pas abolie au Mali, ces malfrat en uniforme doivent être déshabillés et exécutés. Il faut appliquer la loi du talion à ces ripoux de flics qui se croient tout permis, mais absolument tout y compris ôter la vie sans scrupule à des citoyens sans discernement… Une police qui ne se respecte pas ne peut pas respecter les citoyens sans la contribution desquels pourtant, on ne parlera même pas de police.

    Pensées rebelles.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here