, Mairie de la Commune IV : « La mairie n’as pas été dédommagée de l’annulation de la rue marchande 2019 »

0

Annulée pour raisons de Covid-19 et de l’état d’urgence décrété à l’époque, les commerçants détaillants de la foire de 2019 en Commune IV, accusent toujours la mairie de cette commune, de s’accaparer du fonds qui devrait servir pour leur compensation suite à l’annulation à la dernière minute. Le cef de division et administration générale au niveau de la mairie de la Commune IV du District de Bamako, rapporteur de la commission de la Rue marchande de la Commune IV, Abidina Karambé, affirme que la mairie n’a jusqu’à aujourd’hui reçu aucun centime de la part du gouvernement et cela malgré plusieurs lettres de rappel.

 En 2019, la mairie de la Commune IV du District de Bamako, avait introduit une demande au niveau du gouvernorat du District de Bamako pour demander une autorisation d’organiser la Rue marchande comme chaque année elle le faisait. Le gouverneur à l’époque avait délivré une autorisation.

Aussi la réponse des autorités notamment du ministre de l’Administration territorial devrait parvenir avant que les infrastructures sur le site soient réalisées, « mais malheureusement la lettre d’interdiction du ministère de l’Administration territorial était venue un peu plus tard et ça trouvé que les commerçants avaient payé les places », explique Abidina Karambé. Il dira que la mairie avait déjà délivré les reçus et les dépenses ont été effectuées. En effet, dans sa lettre d’interdiction, le ministère avait évoqué deux points, dont le premier était l’état d’urgence du pays à l’époque où les regroupements étaient interdits et le deuxième était la Covid-19.

Toutefois, en lieu et place, selon notre interlocuteur, la mairie avait écrit le ministère de tutelle via le gouverneur pour attirer leur attention du fait qu’elle avait engagé des dépenses sur le terrain et qu’elle souhaiterait avant de lever la rue que les dépenses effectuées puissent être accordées à la mairie afin qu’elle puisse faire face aux différentes dépenses vis-à-vis de ses partenaires.

Ainsi l’assurance lui a été donnée par le département de tutelle de lever la rue et qu’il y aura des mesures d’accompagnements pour rétroagir auprès des commerçants concernés. « C’est sur cette base de confiance qu’on avait eu à l’époque pour lever la rue avec beaucoup de difficultés et d’incompréhensions par les commerçants qui étaient à la limite conflictuelles. Mais depuis 2019 jusqu’à aujourd’hui, nous n’avons pas été récompensés malgré plusieurs lettres de rappel », déplore M. Karambé.

Selon lui, cela a créé beaucoup d’interprétations, mal informations ou crise de confiance entre la mairie et ses partenaires. Après cette situation de 2019 en 2020, la mairie était obligée de faire des concessions aux commerçants afin de les soulager. Cependant, notre interlocuteur a tenu à souligner que l’organisation de la foire de la Rue marchande n’est pas d’engranger des bénéfices contrairement à ce que les gens pensent. « Nous c’est purement social parce que la mairie est un service administratif et social », explique-t-il.

On organise cet événement chaque fin d’année pour faire revivre la commune, dit-il. Par ailleurs, il affirme que l’organisation de cette foire engrange beaucoup de dépenses, en 2019 la mairie avait produit un rapport qui s’élevé à plus de 70 millions de F CFA. Elle avait demandé de l’aide au gouvernement. « Si le gouvernement avait fait cet appui, on allait organiser gratuitement la foire de 2020 », a-t-il laissé entendre.

Pour finir, notre interlocuteur a lancé un appel de compréhension à l’endroit des voisins qui occupent leur bâtiment au bord du goudron du site surtout par rapport aux désagréments causés par l’événement. Pour lui, cette activé n’est plus celle de la Commune IV, elle a pris une dimension nationale. Il a aussi sollicité les autorités pour l’autorisation d’organiser la foire de l’année prochaine au tronçon du gouvernorat car, l’ancienne rue est devenue trop petite pour cette activité à portée nationale.

 

Ibrahima Ndiaye

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here