Mali: nouvelles auditions de la Commission vérité, justice et réconciliation

1

La Commission vérité, justice et réconciliation du Mali a organisé samedi 5 décembre au centre international de conférence de Bamako sa seconde audience publique en un an. Durant toute une journée, des survivants de massacre, de meurtre, d’acte de torture et de traitement inhumains ont été auditionnés.

Pleine de vie, Aicha Wallet Albessaty navigue entre les deux salles d’attente réservées aux victimes. Aux premières années de l’indépendance, en 1963 une rébellion touarègue éclate dans la région de Kidal. Une rébellion matée par l’armée malienne.

Âgée alors de 9 ans, Aicha raconte de son regard perçant y avoir perdu des membres de sa famille. et dénonce les amalgames d’alors : « Les militaires, ils ne font pas la différence entre les hommes de terrain, et la population, et c’est ça qui est grave, on tue des innocents. »

Vivre décemment

Onze autres survivants d’atrocités se succéderont sur la scène du centre de conférence de Bamako. Ces victimes souhaitent tout simplement vivre décemment et en toute sécurité. C’est le cas de Abdoulaye Barry en larme durant son récit. Sa femme et trois de ces enfants ont été tués lors du massacre du village peul d’Ogossagou le 23 mars 2019

« Me voici aujourd’hui, je n’ai plus de biens, mes proches sont morts, je n’ai pas de champ. Je n’ai pas de travail, tout ce que je cherche, c’est de l’aide, au nom de Dieu pour que je puisse faire vivre les enfants qu’il me reste. »

Quid de l’ouverture de dossier judiciaire ? La Commission vérité, justice et réconciliation du Mali n’en a pas le mandat. Ce qui pose la question d’éventuelles réparations. Début décembre, 18 722 témoignages ont été collectés sur toute l’étendue du territoire.

Source: https://www.rfi.fr/fr/afrique

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. All stories seem to indicate that presence of extremely violent criminals in community cause many to be injured. Government should advocate plus reward those who identify those among them enacting violence plus endangering all. Where citizens fail to identify those who violently plus illegally act they are assistant to those criminals actions.
    To avoid situations where married couples have children but no income we must obligate all high school students for period of two years to undergo course in family planning plus reproduction. This will help eliminate poverty or senseless act of producing children parents are unable to provide comfortable living too.
    Truth plus Reconciliations should have beneficial goal that will help prevent reoccurrence of conditions that caused need for Truth plus Reconciliation. Throughout Africa these events have proven to be worthless except to have surviving victims or survivors of victims to make their story known. We must have agenda that allows something of value to all to be done as result of survivors stories.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here