Processus électoral au Mali : Les forces vives recommandent une participation des personnes déplacées internes et les populations nomades

1

Une table ronde  organisée dans le cadre de la mise en œuvre du programme EMERGE, appuyé par le ‘’National Democratic Institute’’,  a réuni à Bamako, le 27 au 28 septembre, les forces vives de la Nation sur la participation  des personnes déplacées et les populations nomades dans le prochain processus électoral.

La rencontre de deux jours a regroupé à Bamako  les représentants des partis politiques, les organisations de la société civile, des médias et les experts du ministère de l’administration territoriale, la délégation générale aux élections. Elle s’inscrit dans le cadre du programme EMERGE qui, selon le directeur pays de NDI, Badié Hima, est une contribution  aux réformes institutionnelles  et politique  ainsi aux initiatives du processus électoral et de gouvernance. Ainsi, lors de la cette table ronde, les participants ont débattu six panels. Il s’agit entre autre de la mobilisation des électeurs notamment  les personnes  vivant  avec handicap, les personnes déplacées internes et les populations.  Egalement, les panels ont permis de faire l’état de lieux de la situation des nomades, des personnes déplacées internes ; leur prise en compte dans le fichier électoral,  les pistes de solution pour leur participation aux prochaines échéances électorales et la mobilisation  des citoyens en faveur  des opérations de révision des listes électorales.

Il ressort de ces échanges que le Mali compte à ce jour 381 259 de personnes déplacées internes recensées dans les 19 régions. Selon Moulaye El Mourani, coordinateur de l’ONG Paix et progrès, la plupart  de ces personnes déplacées ne disposent pas d’acte d’Etat civil pouvant faciliter leur participation au processus électoral. S’y ajoute la non prise en compte des populations nomades par les opérations RAVEC qui déterminent  la révision des listes électorales et la participation aux élections. « La Loi électorale ne prévoit pas des dispositions spécifiques pour les populations déplacées, la création des bureaux de vote itinérants pouvant faciliter leur participation au processus électoral », indique le coordinateur de l’ONG Paix et  Progrès.

Au regard de tout ce qui précède, les participants à cette table ronde ont formulé  des recommandations en faveur de la participation des personnes déplacées internes et les nomades aux élections référendaires de mars 2023, la présidentielle et les législatives. Ils recommandent surtout l’identification des sites des nomades et des déplacées internes,  leur recensement et la création des bureaux de votes. Aussi,  les forces vives de la Nation  encouragent des nouveaux majeurs  à compléter leurs données biométriques au niveau de l’Etat Civil, le renforcement du dispositif réglementaire  dans les communes, la prise des mesures dérogatoires pour la création des bureaux de vote itinérant, la facilitation des opérations de transfert des personnes déplacées dans les communes d’accueil, le renforcement des capacités des médias dans l’éducation civique et la possibilité de vote par procuration pour les nomades et  les déplacées internes.

Le directeur pays de NDI, Badié Hima,  au   nom des partenaires a salué  les résultats de cette table ronde. A l’en croire, l’électeur doit être inclus dans toutes les étapes  de la longue chaine du processus électoral. «  Il doit participer, opérer des choix éclairés où qu’il se trouve. C’est cela  le suffrage sans lequel le scrutin n’est ni  inclusif, ni libre, ni égal et ni équitable », a souligné   Badié Hima.

 Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net      

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. We should not allow many people who are displaced from outside Mali or nomadic but are from outside Mali vote. This could very easily cause non Malian citizens to determine outcome of election.
    Are we so stupid we allow like foregoing action?
    Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here