Prolongation transition : Le niet des partis politiques

6

Des partis politiques écartent toutes tentatives de prolongation de transition II au Mali. Après l’intervention de Tiébilé Dramé, qui met en garde Choguel Kokalla Maïga contre toute tentative de prolonger les transition, Dr. Bocary Treta, président du Rassemblement pour le Mali (RPM), vient d’emboîter le pas. «Aucune manœuvre visant à prolonger la Transition ne sera acceptée ».

En effet, dans le cadre de la célébration du 20ème  anniversaire du parti du Rassemblement pour le Mali (RPM), ex-parti présidentiel, le président Bocary Tréta a fait une déclaration. Dans celle-ci, le Tisserand en chef prévient les autorités que des élections libres et transparentes dans les délais fixés par la Charte de la transition restent un impératif.

30 juin 2001-30 juin 2021 : le Rassemblement pour le Mali (RPM) a 20 ans.

« Il y a juste 20 ans, le 30 juin 2001, que nous avons porté sur les fonts baptismaux un parti de rassemblement de femmes et d’hommes dévoués à la cause nationale pour faire autrement la politique. Notre projet de société et notre programme de gouvernement, c’est-à-dire notre vision et nos ambitions pour le Mali, ont convaincu nos compatriotes et ont obtenu leur adhésion. Notre candidat a été élu en 2013 président de la République. Cette victoire reflétait nos suffrages aux législatives de 2013 et aux communales de 2016 », a déclaré le président du parti.

À l’occasion, le président du RPM a dressé un bilan jugé peu satisfaisant de la gestion du pouvoir par le parti.

« La gestion partagée du pouvoir qui a prévalu du 4 septembre 2013 au 18 août 2020 n’a pas donné les résultats escomptés. Le RPM ne se dérobe pas de sa part de responsabilité»,.

Par ailleurs, le président a rassuré les militants du RPM sur la pertinence du projet commun et les invite à la sérénité, à la cohésion et au rassemblement pour affronter les joutes électorales à venir.

Malgré ce bilan peu flatteur de son parti, le Tisserand en chef prévient et met en garde les autorités de la Transition pour l’organisation des élections libres et transparente dans le délai fixé.  « Pour le RPM, des élections libres et transparentes dans les délais fixés par la Charte de la transition restent un impératif. Naturellement, aucune manœuvre visant à prolonger la période de transition n’est compatible avec cet objectif et ne sera pas acceptable ».

Cette déclaration du RPM intervient après la sortie de Tiébilé Dramé, président du Parena lorsque le Premier ministre, lors de son tout premier Conseil de cabinet avec les membres de son gouvernement, le 13 juin 2021, avait annoncé la tenue des «Assisses nationales de la refondation », sur « instructions », dit-il, du président de la Transition».

Selon le président du parti PARENA, au moment où le colonel président de la Transition s’engage, sur la base d’une Feuille de route, à conduire « la mise en œuvre des actions prioritaires nécessaires à la réussite de la Transition, notamment l’organisation d’élections crédibles, justes et transparentes aux échéances prévues », au même moment, le Premier ministre entretient « un flou artistique sur le respect de la durée convenue de la Transition ».

En plus, selon Tiébilé Dramé, le  Premier ministre, en ouvrant tous les chantiers annoncés, nourrit de réelles ambitions de prolongation de la transition.

« Il est clair que les chantiers que le Premier ministre veut ouvrir visent à préparer les conditions d’un prolongement de la période transitoire », affirme Tiébilé Dramé.

«C’est devenu une évidence aujourd’hui que le temps restant ne saurait suffire pour entreprendre l’organisation non consensuelle d’Assises de la refondation aux contours ainsi qu’à durée imprécis, ensuite conduire des réformes et organiser la présidentielle et les législatives »,explique le président du parti.

C’est pourquoi il a invité les nouvelles autorités à s’asseoir avec les représentants des forces vives pour actualiser la Feuille de route et convenir des modalités d’organisation des élections devant marquer la fin de la Transition.

C’est dire que le Parti pour la Renaissance Nationale (Parena), le parti du Rassemblement pour le Mali (RPM) et d’autres partis politiques disent niet pour une éventuelle prolongation de la transition.

Zié Coulibaly

Source : Plume Libre

Commentaires via Facebook :

6 COMMENTAIRES

  1. FYG! OUI VOUS POUVEZ LE DIRE A CHOGEL, MAIS ALLEZ REPETER LES MEME PROPOS DEVANT GOITA ET SES FRERES. SANS CRIER GARE, VOUS ALLEZ VOUS RETROUVER DANS LE GNOUF SANS MEME QU’UN OISEAU NE PIAILLE.
    SAUF S’IL NOUS DECOIVENT DANS UN FUTUR PAS LOINTAIN, SINON LE DUO GOITA-CHOGEL FERAIT LONG FEU, MEME 2 ANS S’IL LE FAUT POUR UN NOUVEAU MALI

  2. C’est dommage de voir ces pauvres leaders se comporter comme des moins que rien, compte tenu du niveau de dérapage de notre pays par la faute de ces mêmes leaders, au lieu de voir comment redresser les choses en mettant le pays sur ses rails et le Mali au dessus de tout, ils sont entrain de mettre cap sur les élections alors que le pays n’existe même plus encore; aujourd’hui les élections ne peuvent même pas se tenir sur la moitié de notre territoire, ce président qui sera élu dans ces conditions sera le président de quel pays? Ce qui reste certain, étant donné qu’il sera illégitime, un autre coup-état l’attend aussitôt, il n’aura pas durée d’IBK au pouvoir, qui vivra verra.

  3. What conditions beyond Transitional Government power would obligated extension of few weeks up to eighteen months before election is had?
    Henry Author Price Jr aka Kankan

  4. Treta engrais frelates et Tieblen Konare-Drame le Petit-Monsieur de Boua le ventru IBK et le Monsieur Frace-Afrique d’ATT, des charognards qui mangent de la chair des Maliens depuis 1992 n’ont rien a dire et apres tout ils ne vont jamais gagner d’elections au Mali.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here