Protection des droits de l’enfance : Gradem propose un document de politique

0

Dans le cadre de la mise en œuvre de son projet  « Professionnalisation et mise en réseau des acteurs de la protection de l’enfance et de la société civile au Mali», que le Groupe de Recherche Action Droit de l’Enfant Mali en partenariat avec l’ONG internationale Kinderrechte Afrika e.v. sur financement du BMZ, a organisé un atelier de renforcement de capacités des acteurs de la protection de l’enfant sur l’importance de la mise en place d’un document de politique de protection des droits de l’enfant dans les zones d’intervention de son programme.

 La protection de l’enfance vise à garantir la prise en compte des besoins fondamentaux de l’enfant, à soutenir son développement physique, affectif, intellectuel.

Notre pays est l’un des premiers pays à avoir ratifié la convention relative aux droits de l’enfant et les principaux instruments internationaux. Malgré cela, l’application des textes fait défaut. C’est pourquoi, le Groupe de Recherche Action Droit de l’Enfant Mali a réuni tous les acteurs autour de la question. Selon les initiateurs, « l’importance de ce document de politique est d’abord pour la sécurité même de l’organisation, sa crédibilité afin qu’il n’y est pas de maltraitance à travers un acte posé par un de ses membres ou un de ses employés », dira le directeur exécutif de Gradem, M. Antoine Akplogan.

Pour sa part, le directeur du Centre d’Animation pédagogique de Ségou M. Ngozia Dembélé a accentué son intervention sur les profits qu’élèves et enseignants vont avoir. Le directeur régional de la Promotion de la Femme de l’Enfant et de la Famille qui présidait la cérémonie a félicité Gradem.

La rencontre s’est faite en partenariat avec la Coalition malienne pour les Droits de l’Enfant (Comade). La cérémonie d’ouverture a enregistré la présence des directeurs du Cap, de la Promotion de la Femme de l’Enfant et de la Famille de Ségou. L’objectif de cet atelier était de renforcer les capacités de 200 encadreurs des groupements d’enfants, des espaces d’éducation et des membres des coopératives et 100 agents de l’Etat afin de doter leurs organisations d’un document de politique de protection des enfants (code de conduite, Mécanisme de dénonciation des abus, les règles concernant les visiteurs et collaborateurs ponctuels), et enfin de soutenir/appuyer chaque organisation dans la mise en place de ces documents et leurs suivis au cours de la durée du projet.

 

Albert Kalambry

Correspondant à Ségou

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here