Violences basées sur le genre au Mali : Le projet « JUGE » outille une quinzaine d’acteurs de la justice

0

Dans le cadre de son combat pour la restauration des droits des personnes vulnérables, avocats sans frontières (ASF) a débuté la deuxième phase de sa formation des formateurs sur les violences basées sur le genre (VBG). C’était le lundi 18 janvier 2021, à l’institut national de formation judicaire (INFJ), en présence du responsable des Avocats sans frontières du Mali (ASF).

Après six mois de suspension en raison de la pandémie de Covid19, l’organisation Avocats sans frontières (ASF) vient de lancer la deuxième phase de sa formation sur les violences basées sur le genre (VBG) à travers le « projet justice pour les survivantes de violences basées sur le genre (JUGE) ».

Une formation qui vise à boucler le renforcement des capacités de ceux qui auront désormais en charge d’édifier cette question de VBG de l’ASF au Mali.

L’objectif de ladite formation est, selon les initiateurs, de constituer un pool de formateurs aptes à dispenser des formations portant sur le traitement judiciaire des VBG au Mali. ASF estime que les acteurs de la chaine pénales, sur la base de leur formation initiale, ne sont pas suffisamment armés pour faire le traitement des cas de VBG au Mali.

C’est pourquoi d’ailleurs, selon lui, l’appareil judiciaire peine à apporter les réponses espérées par les victimes. Pis, « cette situation en période de conflit offre une quasi-impunité aux auteurs de VBG » indique le terme de référence.

Pour le président de l’ONG ASF Mali, Me Seydou Doumbia, les participants doivent être en mesure de porter la charge d’une formation sur les VBG « sans aide et sans erreur », après cette formation.

Pour lui, la présente formation permettra de faire connaitre, à la population en général, et aux plus vulnérables en particulier, leurs droits ainsi que toutes les conséquences liées aux violences basées sur le genre (VBG). Ce  qui est indispensable, selon lui, dans la lutte contre les violences basées sur le genre.

Par ailleurs, il a souligné une avancée remarquable de l’ASF dans sa mission, surtout dans le cadre du renforcement des capacités.

De son côté également, Baba Sissoko, membre de l’ASF Mali, a indiqué qu’à l’issu de cette formation, les participants doivent être, non seulement en capacité d’animer une formation sur la notion des violences basées sur le genre (VBG), mais aussi en capacité de prendre en charge des cas de violences basées sur le genre.

Pour sa part, Françoise Bastien Rabner, référant du pool expertise de l’ASF France, a indiqué que d’autres actions seront organisées toujours dans le sens de renforcer la lutte contre VBG.

Ces actions sont, entre autres,  selon elle, : des  formations des acteurs de la chaine pénale et des médecins pour identifier et punir les auteurs de VBG ; des actions de sensibilisation destinées aux populations et aux leaders, y compris les leaders traditionnels sur les VBG ; des plaidoyers pour que soit adopté le projet de loi d’incrimination spécifique des violences basées sur le genre ;  une action de renforcement du barreau à la suite de laquelle   un trophée symbolique à celui qui   réussira à avoir la condamnation d’un auteur de violence etc.

                                                                          Issa Djiguiba 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here