Awa Bathily, judokate : la passion des arts martiaux et de l’humanitaire

0
Awa Bathily sur une plage avec l'un des nombreux enfants avec qui elle partage sa brillante expérience des arts martiaux
Awa Bathily sur une plage avec l'un des nombreux enfants avec qui elle partage sa brillante expérience des arts martiaux

Comme tout grand pratiquant d’arts martiaux, elle dégage de la sérénité et une forte personnalité. Même si son cœur n’est que tendresse, amour et engament au service des enfants. Sénégalo-malienne d’origine et Belge d’adoption, Hawa Bathily est une judokate qui a su bien s’intégrer en Belgique. Très présente dans les activités socio-culturelles de la diaspora malienne de Belgique, elle est aussi active dans les initiatives humanitaires. Zoom sur une ceinture noire de judo qui force estime, respect et admiration.

Sœur jumelle d’Adama, Awa Bathily peut légitimement se définir comme une citoyenne du monde. Cette passionnée d’arts martiaux a vu le jour un 26 mars 1973 à Dakar, au Sénégal. Son père Souleymane est originaire de Landy (cercle et région de Kayes). Quant à sa mère, Khadidiatou Siby, elle est de Nioro du Sahel (Kayes). C’est dans le cadre du travail que ses parents se sont installés au Sénégal où Awa a fait ses études jusqu’au Bac. Elle a ensuite suivi une formation d’entraîneur du sport. Une bourse d’études offerte par la Coopération allemande lui a permis d’étudier à l’Université de Leipzig où elle a obtenu une Licence d’entraîneur professionnel de 3ème degré en 1997. «Je suis la première judokate sénégalaise qui l’a obtenue», rappelle-t-elle, sans aucune vanité. Elle le dit avec humilité pour rappeler aussi qu’il faut mettre l’accent non seulement sur la formation des techniciens du sport en Afrique, mais aussi donner plus de chance aux femmes dans la pratique et l’encadrement (management technique et administratif) des disciplines sportives. «Il faut qu’en Afrique, on donne plus d’opportunités aux femmes dans les sports, particulièrement dans les arts martiaux, de se former au pays comme à l’étranger. Tant qu’il n’y a pas de bons techniciens, c’est très difficile que nos athlètes obtiennent de bons résultats pour nos pays», défend la judokate.

Ceinture noire 3ème Dan et arbitre de judo, Awa Bathily pratique aussi d’autres arts martiaux comme l’aïkido. «L’essentiel de cet art magnifique réside dans l’état d’esprit. Ce qui en fait une culture artistique et spirituelle», commente-t-elle. Celle qui est affectueusement surnommée «Eva» pratique également le jodo, l’art du maniement du bâton de taille moyenne (1,28m). «Les techniques de jodo sont inspirées de séquences de combat contre le sabre», nous explique la passionnée d’arts martiaux.

Depuis trois ans, l’ancienne sociétaire du Club de la Gendarmerie nationale Samba Diéry Diallo de Dakar s’exerce également au kendo, l’art de l’escrime japonaise. «Le kendo a pour but la formation du caractère, le développement physique et la rapidité du jugement. Le kendo est empreint d’une philosophie noble et enseigne la courtoisie et le respect d’autrui. Cette discipline apporte la sérénité et la clarté d’esprit», nous décrit A. Bathily.

L’ambition d’enseigner de nouveaux arts martiaux en Afrique

«Je pratique également le kempo-karaté, c’est la voie du poing. Une appellation générique okinawaienne et japonaise donnée à l’ensemble des styles de combat à mains nues, de racine chinoise, remontant à la lointaine époque du Monastère de Shaolin. L’appellation kempo-karaté apparut au 19ème siècle pour souligner la continuité Chine-Okinawa», poursuit l’intrépide combattante. Elle précise : «Ces trois dernières disciplines me fascinent beaucoup parce qu’elles ne sont pas encore connues au Sénégal, voire en Afrique. Et j’aimerai bien les vulgariser chez nous…».

En attendant, elle partage sa riche expérience sportive avec les enfants en Belgique. Puéricultrice de formation, elle passe son temps entre l’école (Ixelles Bruxelles/Belgique) et les dojos du Budo Club Ixelles. «Je passe la matinée avec mes élèves et les après-midi, je suis en kimono au club avec toujours les élèves de la section sports. Je dirige le cours de judo pendant 1h30, puis je continue à étudier les autres disciplines comme le kendo, le jodo et le kempo-karaté», nous résume-t-elle sa journée. Une fois à la maison, elle n’a le temps que de prier, faire la cuisine, regarder un peu la télévision (informations) ou discuter un peu avec sa fille et aller au lit pour essayer de récupérer un peu, avant le marathon du lendemain.

Mais, le sport, c’est sa passion. Et même si Awa Bathily regrette de n’avoir jamais participé aux Jeux Olympiques comme combattante, de bons souvenirs agrémentent son parcours. Comme cette médaille de bronze remportée lors d’un Championnat du monde en Allemagne. «C’est la plus grande satisfaction dans ma carrière», admet-elle. Elle est aussi fière d’avoir été élue «Meilleure combattante» de l’année (1989/1990) au Sénégal.

Un vide sentimental comblé dans l’humanitaire

S’il y a une chose dont cette courageuse dame, belle à ravir sur ses 1,77m, a du mal à oublier, c’est la perte de son époux, Mamadou Ladji Kamissoko. Un soutien moral et sentimental arraché à son affection par un cancer, alors qu’il n’avait que 38 ans. «Cela fait 7 ans qu’il nous a quittés. Alhamdoulilahi, il m’a laissé une fille, Adama Fifina, qui a 19 ans maintenant et qui me donne la force d’aller de l’avant», avoue Eva avec beaucoup d’amertume et de nostalgie. Le couple a vécu en Allemagne.

«C’est après le décès de mon mari que j’ai changé de pays pour venir vivre en Belgique. Cela m’a permis de faire mon deuil et de supporter la perte de celui qui a été mon époux, mais aussi un ami, un frère et un confident». Une immense perte sentimentale et un emploi du temps chargé qui ne l’empêchent pas non plus de s’engager en faveur des initiatives humanitaires. En effet, Eva milite dans l’Association Mousso Yiriwaton (Association pour la promotion et l’épanouissement de la femme) qui, chaque année, organise deux événements pour pouvoir récolter des fonds afin de concrétiser un projet qui leur tient à cœur : acheter un  moulin  pour les femmes du village de Soro, à 50km de Bamako ! «Le Moulin est estimé à 7 000 euros (près de 4 591 699 de Fcfa, NDLR). Nous n’avons pas encore cette somme, mais nous nous battons pour réaliser ce projet», indique Awa Bathily. Comme on le dit, à cœur vaillant…, on peut déplacer la montagne, à plus forte raison relever des défis comme offrir à des femmes rurales un outil de leur autonomisation, voire de leur émancipation !

Moussa BOLLY

En encadré

Awa Bathily : un riche Palmarès !

1995 : Championnat Régional : Médaille d’Or moins de 72 kg
Championnat du Sénégal : Médaille d’Or moins de 72 kg

1994 : Championnat Régional : Médaille d’Or moins de 72 kg
Championnat National du Sénégal : Médaille d’Or moins de 72 kg
Championnat National du Sénégal toutes catégories : Médaille de Bronze

Tournoi des 4 grands de la Gendarmerie Nationale : Médaille d’Or moins de 72 kg

1993 : Championnat Régional : Médaille d’Or moins de 72 kg
Championnat National du Sénégal : Médaille d’Or moins de 72 kg
Championnat du Sénégal toutes catégories : Médaille de Bronze
Tournoi des 4 grands de la gendarmerie national : Médaille d’Or moins de 72 k

1992 : Championnat Régional : Médaille d’Or moins de 72 kg
Championnat National du Sénégal : Médaille d’Or moins de 72 kg
Championnat National du Sénégal toutes catégories : Médaille de Bronze

Tournoi des 4 grands de la Gendarmerie Nationale : Médaille d’Or moins de 72 kg

1991 : Championnat Régional : Médaille d’Or moins de 72 kg
Championnat National du Sénégal : Médaille d’Or moins de 72 kg
Championnat du Sénégal toutes catégories : Médaille de Bronze Tournoi des 4 grands de la Gendarmerie Nationale : Médaille d’Or moins de 72 kg

1990 : Championnat Régional : Médaille d’Or moins de 72 kg
Championnat National du Sénégal : Médaille d’Or moins de 72 kg
Championnat du Sénégal toutes catégories : Médaille de Bronze
Coupe du Ministère de la Jeunesse et du Sport : Médaille d’Or moins de 72 kg

Meilleure combattante de l’année en dames, 1989-1990

1989 : Championnat Régional : Médaille d’Or moins de 72 kg
Championnat National du Sénégal : Médaille d’Or moins de 72 kg
Championnat du Sénégal toutes catégories : Médaille de Bronze
Coupe du Ministère de la Jeunesse et du Sport : Médaille d’Or moins de 72 kg

1988 : Championnat Régional : Médaille d’or moins 72 kg
Championnat National du Sénégal : Médaille d’Or moins de 72 kg
Championnat du Sénégal toutes catégories : Médaille d’argent
Coupe du Ministère de la Jeunesse et du Sport : Médaille d’or moins de 72 kg

1987 : Championnat Régional : Médaille d’Or moins de 72 kg
Championnat National du Sénégal : Médaille d’Or moins de 72 kg
Championnat du Sénégal toutes catégories : Médaille de Bronze
1986 : Championnat Régional : Médaille d’Or moins de 72 kg
Coupe Ambassade du Japon toutes catégories : Médaille de Bronze

Palmarès international

2015 : Entraîneur de Budo-club, Ixelles/Belgique

1998: Entraîneur Adjoint Club Leipzig-Allemagne

1997 : Tournoi International de Frankfurt Allemagne : Médaille de Bronze
1994 : Championnat d’Afrique Tunisie : 5ème place par équipe
1993 : Participation aux championnats du monde Marseille/France
Classement : 6ème par équipe au tournoi de Dijon, France et participation au Tournoi amical toutes catégories Dijon, France
1990 : Jeux Africains Algérie : Médaille de Bronze, moins de 72 kg
1989 : Participation aux jeux de la Francophonie, Maroc
1987 : Capitaine de l’équipe de la Gendarmerie Nationale Dame

Diplômes et grades obtenus

2006 : Ceinture noire 3ème DAN

1997 : Ceinture noire 2ème DAN

1996 : Licence A d’Entraîneur Professionnel International 3ème degré,  Leipzig Allemagne

1995 : Diplôme d’Entraîneur 1er degré, Comité national olympique et sportif du Sénégal

PARTAGER