CAN 2015 : Ethiopie-Mali, pour marquer l’histoire

5

CAN 2015 : Ethiopie-Mali, pour marquer l’histoireCe match sera une grande première pour les deux pays qui ne se sont jamais rencontrés en compétition officielle, y compris les matches amicaux

Les éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations, Maroc 2015 reprennent aujourd’hui. Mais c’est demain, samedi que le Mali entrera en lice. Les Aigles affronteront l’Ethiopie au stadium d’Addis-Abeba pour le compte de la 3è journée de la phase de poules des éliminatoires, Groupe B. L’autre match de la poule mettra aux prises le Malawi et l’Algérie au Kamuzu stadium de Blantyre. En regroupement à Paris depuis lundi, les Aigles devaient rejoindre l’Ethiopie ce matin où ils ont rendez-vous avec l’histoire. Et pour cause, c’est la première fois, en effet, que les deux pays se rencontrent en match officiel. Autrement dit, jamais dans leur histoire, Maliens et Ethiopiens ne s’étaient affrontés ni en compétition, ni même en match amical.

La confrontation du samedi sera donc une grande première pour les deux sélections qui auront chacune à cœur de s’imposer pour marquer l’histoire. Après deux journées de débats, les Aigles occupent la 2è place du groupe, à égalité de points (3) avec le Malawi. L’Ethiopie elle, occupe la dernière place du classement avec zéro point. Demain une défaite contre les Aigles sera presque synonyme d’élimination pour les «Walya Antelopes» (surnom de la sélection éthiopienne). Pour rester dans la course, les Ethiopiens ont donc impérativement besoin de points pour cette troisième et dernière journée de la phase aller. C’est dire si la tension sera forte sur l’Ethiopie déjà battue à domicile lors de sa sortie initiale (défaite 2-1 contre l’Algérie). Pour le sélectionneur des Aigles, Henri Kasperczak, ce match face à l’Ethiopie s’annonce décisif et constitue un test grandeur nature pour ses protégés. «Nous sommes à un moment décisif des éliminatoires, souligne-t-il. Ces deux rencontres vont nous permettre de voir de quoi nous sommes capables et où nous en sommes en ce qui concerne nos possibilités. On pense à gagner nos deux prochains matches pour se mettre à l’abri. Il ne faut pas perdre le premier en Éthiopie et faire au minimum un nul. Pour eux, c’est la dernière chance de se relancer dans la course à la qualification», ajoutera le technicien.

Le défenseur central des Aigles, Salif Coulibaly, abonde dans le même sens et insiste sur l’importance des deux prochains matches. «Participer à la Coupe d’Afrique au Maroc est un rêve, surtout pour la jeune génération. Personnellement, je pense que c’est la plus belle chose qui puisse arriver à un footballeur», avoue l’ancien joueur du Djoliba. «Si nous arrivons à bien gérer les deux matches, ce serait un pas de plus en direction du Maroc, poursuivra-t-il. Aujourd’hui, nous avons notre destin en main. Nous ne pensons qu’à la victoire car il n’y a pas d’autre scénario possible si nous voulons préserver toutes nos chances de qualification».

Le défenseur du TP Mazembé est conscient de la complexité de la tâche qui attend les Aigles, demain face aux Antilopes, mais reste optimiste pour la suite des événements. «Ce genre de rencontres, dit-il, se gagne au mental, en faisant preuve de combativité et de passion. Nous en sommes tous au même point. Tout le monde joue la qualification. Nous devons absolument progresser dans le secteur offensif pour concrétiser plus souvent. Ça nous faciliterait la tâche. Tout le monde est concerné, pas seulement les attaquants. Tout le monde doit faire l’effort. Depuis 6 à 7 matches, on joue mieux, l’équipe s’améliore. Si nous continuons comme ça et avec un peu de détermination, je suis sûr que nous atteindrons notre objectif qui est qualification à la phase finale».

La nouvelle recrue des Aigles pour ce match s’appelle Abdoulaye Diaby.Convoqué pour la première fois par le sélectionneur national, le joueur du Royal Mouscron-Péruwlez a une carte à jouer en pointe derrière Mustapha Yatabaré. En tout cas Henri Kasperczak ne doute pas un seul instant que le jeune attaquant de Mouscron (22 ans) va apporter un plus à la sélection nationale : «Je le suis depuis un bon moment. C’est intéressant pour nous, car nous avons besoin de plus de puissance sur le plan offensif et c’est ce qu’il devrait apporter à l’équipe», se réjouit déjà le sélectionneur national.

Deuxième meilleur buteur du championnat belge avec 7 réalisations, Abdoulaye Diaby affiche sa fierté de rejoindre le Mali. De parents originaires du village de Lambidou (Région de Kayes), l’attaquant de Mouscron apprécie l’accueil et l’ambiance au sein des Aigles. «L’ambiance est très bonne, j’ai très bien été accueilli, s’enthousiasme-t-il. Nous nous entendons très bien et je pense que cela est très important dans un groupe qui ambitionne de vivre de bonnes choses ensemble en vue de grandes compétitions». « Je ne regrette pas mon choix. Cela me fait plaisir d’apprendre à coté d’eux», ajoute l’attaquant de poche.

Demain les Aigles seront face à une équipe éthiopienne diminuée par quelques blessures et qui n’a disputé aucun match de préparation. La situationpréoccupe le sélectionneur portugais Mariano Barreto qui craint un nouveau revers devant son public. «J’avais parlé avec la fédération pour l’organisation d’un match amical, malheureusement rien n’a été fait. Nous allons aborder le match contre le Mali sans aucune préparation», a déclaré Barreto à la presse locale. Le sélectionneur de l’Ethiopie regrette aussi le peu de temps de jeu des joueurs locaux dans le championnat national. «Comme vous le savez, en Ethiopie, les clubs utilisent les joueurs étrangers à des postes clés aux dépens des locaux ce qui n’est pas fait pour arranger les internationaux éthiopiens qui manquent cruellement de temps de jeu» a-t-il martelé. Ambiance…

L. M. DIABY

Samedi 11 octobre à Addis-Abeba stadium

13h : Ethiopie-Mali

Arbitrage du Tunisien Med Said Kordi assisté de ses compatriotes Anouar Hmila et Yamen Melloulchi.

Commissaire : Andrea Abdalla Dimbiti (Sud Soudan).

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

Comments are closed.