CAN 2021 : le parcours totalement sensationnel de la Gambie

0

Pour sa toute première Coupe d’Afrique des Nations, la Gambie étonne. Les Scorpions, qui ont terminé devant la Tunisie en phase de poules, viennent d’éliminer la Guinée et de se qualifier en quart de finale. Retour sur un parcours exceptionnel de la part de la “côte souriante de l’Afrique”.

Enclave en plein milieu du Sénégal, la Gambie a longtemps été une colonie britannique jusqu’à son indépendance en 1965. Ainsi, le football local a mis du temps à se développer par rapport aux pays environnants comme le Sénégal, la Guinée ou encore le Mali. Débutant sa première campagne de qualification en 1975 pour les Jeux Olympiques de 1976 de Montréal, les Gambiens manquent la qualification comme pour la Coupe d’Afrique des Nations 1976. Avec une fédération assez loufoque et un pays en proie à de gros problèmes politiques pendant de longues années, la Gambie a pris un retard considérable. Ainsi à partir de 1976, les Gambiens n’ont participé qu’à 9 des 11 qualifications possibles pour la Coupe du monde, mais surtout à 15 des 22 campagnes qualificatives pour la CAN. Dans ce climat instable et contraignant, s’est ajouté un scandale en 2014.

Ainsi, lors d’un match de qualification pour le Championnat d’Afrique des moins de 20 ans, cinq joueurs étaient plus âgés et leurs documents avaient été falsifiés. De ce fait, la Gambie a été privée des éliminatoires de la CAN 2015 et a été privée de compétition jusqu’en 2016. L’un des joueurs utilisés avait même 25 ans au moment des faits. Remportant la CAN U17 en 2005 et 2009 chez les jeunes, la Gambie a souffert de cette mauvaise réputation et il fallait un gros bouleversement. Celui-ci est intervenu en 2014 avec l’élection de Lamin Kaba Bajo à la tête de la fédération. Ce dernier a pu compter sur de vrais moyens et a mis en place un projet à long terme. Après le départ du coach Peter Bonu Johnson, Raoul Savoy puis Sang Ndong ont remis de l’ordre jusqu’à 2018 et l’arrivée de Tom Saintfiet à la tête des Scorpions.

L’apport de Tom Saintfiet
Expérimenté, le technicien belge est un véritable globe-trotteur qui a l’habitude de diriger des sélections avec dans son CV : la Namibie, le Zimbabwe, l’Éthiopie, le Yémen, le Malawi, le Togo, le Bangladesh, Trinité-et-Tobago et Malte. Aussi passé en Belgique, Côte d’Ivoire, Iles Féroé, Pays-Bas, Qatar, Allemagne, Finlande, Jordanie, Nigéria et Tanzanie, Tom Saintfiet apportait toute son expérience à une équipe qui en avait bien besoin. Même si sa réputation de globe-trotteur aurait pu laisser présager un départ précoce, il n’en a rien été et depuis trois ans, il a bien fait progresser cette équipe. Accrochant l’Algérie (1-1) en mars 2019, il ne parvenait pas à qualifier l’équipe pour la CAN, mais initiait une montée en puissance légère. Si celle-ci aurait pu s’arrêter vite avec une élimination dès le premier tour préliminaire des qualifications pour le Mondial 2022 (1-0 et 2-1 pour l’Angola), il a rebondi lors des éliminatoires de la CAN. Pourtant c’est passé de très peu avec un barrage contre Djibouti remporté aux tirs au but (1-1/1-1 puis 3-2 aux TAB) avec une grande souffrance. Néanmoins, la suite a été plus heureuse.

S’offrant le Gabon (2-1), battant deux fois l’Angola (3-1 et 1-0) puis en accrochant la RD Congo (2-2), la Gambie terminait en tête de ce groupe à égalité de points avec le Gabon et avec une longueur d’avance sur les Léopards. Le début de la belle histoire. Qualifiée pour la toute première fois à la Coupe d’Afrique des Nations, la Gambie s’est appuyée sur sa diaspora en utilisant des joueurs basés en Italie, Belgique, Suisse et Espagne pour la plupart. Pour cette CAN, on note particulièrement Mohamed Badamosi (Courtrai), Ablie Jallow (Seraing prêté par Metz) et Sulayman Marreh (La Gantoise) comme pensionnaires belges ainsi que Musa Barrow (Bologne), Ebrima Colley (Spezia), Yusupha Bobb (Piacenza), Ebrima Darboe (AS Rome) et Omar Colley (Sampdoria) pour le côté italien. Avec autant d’éléments habitués aux grands championnats européens ainsi que Saidi Janko (Valladolid, ex AS Saint-Étienne et Porto) ou encore Modou Barrow (Jeonbuk Hyundai ex Reading, Swansea, Leeds et Blackburn), cette sélection comporte malgré tout une certaine expérience du haut niveau.

Un duo Barrow – Jallow qui impressionne
Placée dans le groupe F, la Gambie devait croiser le fer avec la Mauritanie, le Mali et la Tunisie. Si les deux derniers faisaient figure de favori et qu’on voyait la Gambie plutôt se battre avec la Mauritanie pour la troisième place, les Scorpions de Tom Saintfiet ont vite surpris. Développant un jeu assez plaisant avec de belles et longues séquences collectives, mais aussi l’utilisation de la verticalité avec Modou Barrow et Ablie Jallow dans les couloirs, cette Gambie dépend beaucoup de sa star Musa Barrow. Joueur le plus connu de l’équipe du haut de ses 23 ans, l’attaquant de Bologne (5 buts et 4 offrandes en 18 matches de Serie A) fait à la fois office de finisseur et de maître à jouer. Ainsi malgré son jeune âge, il porte ses coéquipiers avec lui et peu compter sur l’émergence d’Ablie Jallow.

Contre la Mauritanie dans un match déjà déterminant pour la suite du tournoi, le joueur appartenant au FC Metz a marqué un bijou pour une victoire 1-0. Déjà en bonne posture, la Gambie affrontait le Mali pour la seconde journée. En cas de match nul, les deux équipes étaient quasiment qualifiées. Menés par un but d’Ibrahima Koné sur penalty dans les dernières minutes (79e) malgré une belle opposition à l’un des grands outsiders de la compétition, les Scorpions ont piqué au meilleur des moments avec un penalty transformé par Musa Barrow (90e). Conséquence, avec ce match nul 1-1 et avec les résultats de la 3e journée de la phase de poules, la Gambie était qualifiée pour le tour suivant avant même de défier la Tunisie. Contre les Aigles de Carthage, la Gambie subissait davantage, mais finalement dans les toutes dernières secondes Ablie Jallow endossait le costume de sauveur pour offrir cette belle victoire 1-0 (90e +3). Brillante deuxième, la Gambie pouvait désormais affronter la Guinée.

Un quart de finale historique

Outsider contre le Sily National sans que l’écart soit conséquent, la Gambie dominait même le premier acte pour ce huitième de finale. Portée par Musa Barrow, la sélection d’Afrique de l’Ouest pliait un peu plus en seconde période jusqu’à ce que sa star délivre tout un peuple d’un superbe enchaînement (71e). Et même si la Guinée se procurait une double occasion qui touchait le poteau et la barre transversale en fin de match (90e +2), la Gambie tenait pour l’emporter 1-0. Une qualification historique pour les quarts de finale qui rappelle le Cap-Vert en 2013 ou encore Madagascar en 2019 qui avaient réalisé pareil exploit. À l’issue de la rencontre, le buteur Musa Barrow laissait éclater sa joie : «on avait déjà affronté la Guinée lors d’un amical au Maroc et on l’a emporté. On savait qu’ils étaient plus physiques que nous donc nous avons misé sur les contre-attaques pour les battre. Je suis très heureux.»

Fier de l’accomplissement de ses hommes, Tom Saintfiet en revanche a évoqué les conditions difficiles dans lesquelles les Scorpions ont construit leurs exploits : «j’ai travaillé 14 ans en Afrique je n’ai jamais vu ça, il y a six joueurs qui dorment dans la même chambre, les mêmes sanitaires, les mêmes douches, concernant les membres du staff, il n’y en a que deux ou trois qui se trouvent dans une chambre isolée, sinon les autres dorment dans le même lit. Quand tu organises un tournoi avec 4 équipes pour un stade et tu payes, tu règles les hôtels, chaque équipe a besoin du même niveau, des mêmes conditions, parce que quand tu réalises des différences entre les équipes, quand les grandes équipes ont des meilleurs hôtels, des meilleures infrastructures pas loin du stade et les petits pays se retrouvent dans des hôtels mauvais, tu crées ce favoritisme.» Un sacré coup de gueule qui lance parfaitement le match contre le pays hôte le Cameroun dont les polémiques autour de l’organisation de cette CAN grandissent. Après avoir dompté l’Éléphant Guinéen, la Gambie aura un défi encore plus grand face au Lion Indomptable du Cameroun. L’histoire est belle, mais elle n’est pas encore terminée…

 

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here