Mali : la grève est finie, le bras de fer se poursuit

3

La grève nationale et multisectorielle de trois jours, à l’appel du premier regroupement syndical du pays, l’UNTM, a paralysé de nombreux secteurs du Mali entre mercredi et ce vendredi. Les négociations pourraient reprendre rapidement entre l’UNTM et le gouvernement, mais le bras de fer se poursuit.

Pour Yacouba Katilé, président de l’Union nationale des travailleurs du Mali, la grève a été un succès. L’appel à cesser le travail pendant trois jours a été bien suivi, notamment dans le secteur bancaire, les mines, ou encore les services publics des douanes, des finances et de la santé.

Le président de l’UNTM indique avoir reçu une invitation à reprendre les discussions, dans une lettre envoyée par le ministère du Travail et de la Fonction publique. Sollicité par RFI, ce ministère n’a pas donné suite.

Les revendications de l’UNTM ne sont pas nouvelles, elles portent notamment sur le cas des travailleurs compressés, salariés des anciennes entreprises d’Etat nationalisées à partir des années 80, mais aussi sur l’harmonisation des grilles indiciaires à partir desquelles sont calculés les salaires des fonctionnaires, ainsi que sur les primes et indemnités accordées à certaines catégories.

Pour autant, le bras de fer se poursuit : l’UNTM indique vouloir déposer un nouveau préavis de grève, en début de semaine prochaine, pour une date et une durée qui restent à définir. « Nous voulons être dans une position de pression, indique le président de l’UNTM, pour que les discussions ne traînent pas encore pendant des mois. »

Source: https://www.rfi.fr/fr/afrique

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Tirons 100 enseignants au volet pour un test d’aptitudes de formateur avant toutes décisions ceci pour voir s’ils ne masquent pas de carences pédagogiques dans les troubles sociaux . Et si c’est le cas, il faudrait procéder au nettoyage des écuries. Les enseignants sont responsables de l’hécatombe des résultats du Bac avec la complicité tacite de certains parents d’élèves peu soucieux de l’avenir de leurs enfants et de certains politiciens qui voulaient profiter de cette situation pour faire couler l’ancien régime. Bravo vous avez plus contribué à hypothéquer l’avenir des enfants du pays, vos enfants, mais aussi à compromettre le devenir du pays. Quel patriotisme quand les autres pays évoluent dans l’arène internationale, notre pays involu dans l’insouciance la plus totale surtout des mouvements érigés au statut d’institutions. À l’année suivante… Quelle tristesse pour les parents consciencieux. On n’a pas encore fini d’endiguer la descente aux enfers de l’école malienne causée par le plan machiavélique des pères éducateurs de 91 depuis plus de 30 ans ( toute une génération de gâchée) et comme un mauvais sort à nous destiné, que d’autres soutenus par d’anciens corporatistes à l’affût d’un mirage financier replongent l’école dans un dédale de labyrinthe sans fin…

  2. Que les dirigeants incapables cèdent le pouvoir. Au lieu de résoudre nos problèmes, ils pensent que le moment n’est pas opportun. Le Mali ce pays aux immenses ressources minières n’arrive pas à sortir de la pauvreté son peuple.
    Le problème de l’Afrique ce sont les intellectuels corrompus et incompétents.

  3. Partons en grève pour 3 mois renouvelable, pourquoi n’as -tu pas fait la pression sur IBK cher Katilé, tu seras augmenté lorsque tu seras au boulot, un chômeur n’est jamais payé , si vous voulez détruire ce pays , allons , allons, des milliers de chômeurs sont là . C’est pas seulement les militaires qui en subiront les conséquences , mais tout le peuple malien.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here