Le Burkina Faso a émis un mandat d’arrêt international contre l’ancien président déchu, Blaise Compaoré, pour le meurtre de l’ancien président Thomas Sankara. Philippe Hugon, en charge de l’Afrique à l’IRIS, analyse cette décision.

Notre site : http://www.france24.com/fr/

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Je suis triste et sidéré, que des questions sans importance soient posées chaque fois qu'on parle de l'assassinat de SANKARA et douze (12) autres tous des burkinabé . Le ridicule ne tue pas en Afrique. Diendere est en prison , il sait que les méthodes sont différentes , sinon il ne serait plus en vie. Ce faux Général qui s'est rendu avec armes et munitions, en se souciant de sa sécurité et celle de sa famille.

  2. Il n'y a pas d'analyse s'agissant du meurtre de SANKARA. La réponse à certaines questions permet de connaître le commendataire de cet odieux assassinat. 1) qui commandait le commando qui s'est rendu au Conseil de l'entente ou SANKARA était en réunion avec le gouvernement ? 2 ) certains auteurs sont identifiés par le seul survivant, qui sont ils ? 3) Qui a bénéficié de ces assassinats ? On a pas besoin d'enquête , encore être un juge pour connaître l'auteur de ce sinistre macabre qui est une honte pour l'humanité . Ce crime n'a pas empêché Compaore de se faire une place au soleil en Afrique et à travers le monde. Diendere "la boîte noire" à la réponse à toutes ces questions.

Comments are closed.