Le président Ibrahim Boubacar Keïta au Forum économique UE-Afrique à Bruxelles: Investir dans la jeunesse est une obligation et un devoir

4
économique
IBK à la conference de presse du parlement européen

Notre pays fera un effort pour multiplier les opportunités d’emploi pour les jeunes, mais mise aussi sur l’amélioration de la formation.

 

Le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta est intervenu mardi à l’ouverture du 5ème Forum économique Union européenne-Afrique organisé en prélude au 4ème Sommet UE-Afrique à Bruxelles. Le thème de cette table ronde de haut niveau était «Le rôle économique de la jeunesse». Le chef de l’Etat a utilisé la tribune qui lui était proposée pour faire un vibrant plaidoyer en faveur de la promotion de la jeunesse sur le continent. En Afrique, et plus particulièrement au Mali où les jeunes représentent près de 70% de la population totale, le rôle de la jeunesse dans l’économie est le fondement des politiques publiques, tant au plan macro-économique que sectoriel, a souligné le président Ibrahim Boubacar Keïta. Selon lui, la rapide croissance démographique explique le poids pris par la jeunesse. En effet, la population malienne, selon les dernières statistiques, est évaluée à 14,5 millions d’habitants avec un taux annuel moyen de croissance de la population qui atteint 3,6%. Les 65% de cette population vivent en milieu rural et ne sont pas alphabétisés. Seulement 27,7% savent lire et écrire dans une langue quelconque. Quant aux jeunes de moins de 25 ans, ils sont au nombre de 9,4 millions, soit près de 65% de la population.

Dans un tel contexte, le chef de l’Etat estime que le premier défi qui s’impose est la maîtrise de la croissance démographique pour améliorer les conditions de vie des Maliens dans un environnement marqué par la rareté des ressources.

Les problèmes de l’éducation, de la formation et de l’emploi étant la source principale du malaise ou du mal-être de la jeunesse, le président de la République a estimé que la garantie et l’effectivité de la jouissance de ces droits est le seul moyen de faire de la jeunesse un atout pour atteindre les objectifs de développement, qui se résument à la réalisation d’une croissance économique forte pour réduire de façon substantielle la pauvreté. « C’est pourquoi, investir dans la jeunesse n’est pas qu’un choix, c’est surtout une obligation et un devoir », a fait remarquer Ibrahim Boubacar Keïta.

  Par ailleurs, le chef de l’Etat s’est dit convaincu que l’Afrique peut réduire le fossé qui la sépare des autres continents, à condition d’assurer une meilleure éducation et une formation de qualité à ses enfants. Tout comme notre continent peut relever le défi du développement, pourvu qu’il crée les conditions optimales pour assurer l’emploi des jeunes, afin de générer davantage de richesses et d’améliorer la productivité du travail. L’Afrique à travers sa jeunesse, peut donc prendre toute sa place dans le concert des nations, à condition d’assurer la bonne gouvernance, de lutter contre la corruption, la délinquance financière et l’injustice. Mais aussi et surtout à condition qu’elle instaure une culture démocratique, favorisant et nourrissant la culture de l’excellence, de la créativité et de l’esprit d’entreprise au sein de la  jeunesse.

 

LA PROMOTION DE L’ÉGALITÉ DES CHANCES. Le président Ibrahim Boubacar Keïta a saisi l’occasion pour rappeler les moments difficiles que notre pays vient de traverser avec un coup d’Etat et l’occupation des deux tiers de son territoire par des forces obscurantistes. Il a une fois de plus réitéré la reconnaissance infinie du peuple malien aux nations amies, notamment à la France  et à l’ensemble de la communauté internationale (Nations unies, Union africaine, Union européenne) qui ont œuvré inlassablement et qui continuent d’œuvrer pour le retour définitif de la paix et de la stabilité au Mali.

 

«Cette situation que nous venons de vivre et que chaque Malien continue de ressentir dans le plus profond de lui-même, a profondément affecté l’économie nationale, ainsi que la cohésion sociale. Dans ces conditions, notre jeunesse se trouve désœuvrée et a donc besoin d’un accompagnement de qualité, afin de jouer un rôle prépondérant dans le redressement et le développement durable du pays », dira le président Keïta qui s’est engagé à redonner espoir à notre jeunesse, et de lui garantir un avenir meilleur à travers la promotion de l’égalité des chances, partout sur le territoire national.

Pour traduire cette vision, le président IBK a rappelé que notre pays s’est engagé, conformément au Cadre stratégique pour la croissance et la réduction de la pauvreté 2013-2017 et au Programme d’actions du gouvernement 2013-2018, à faire de l’éducation un facteur décisif de socialisation de la jeunesse,  à travers notamment l’amélioration du taux de scolarisation et de la qualité des programmes de formation, à promouvoir l’emploi des jeunes et leur insertion sociale et professionnelle. A ce niveau, il est prévu  par l’élaboration d’un statut de «Jeune professionnel» la création d’emplois jeunes dans le cadre de grandes initiatives nationales en matière d’alphabétisation des adultes et de lutte contre la désertification ; la création de 200 000 emplois directs durables et des milliers d’emplois indirects ; la création d’un fonds emploi jeunes pour soutenir le développement de plus de 1000 activités créatrices d’emplois ; et la création d’une agence sectorielle de l’emploi au sein des différents ministères.

Il est aussi prévu le vote d’une loi prévoyant que tout projet financé par l’Etat doit intégrer la problématique de l’emploi ; le lancement de programmes d’installation de jeunes diplômés dans l’agriculture, l’élevage, l’artisanat, le tourisme et l’environnement ; le renforcement des capacités de l’Agence pour la promotion de l’emploi des jeunes (APEJ) ; l’accueil de 100 000 jeunes déscolarisés ou non scolarisés dans les dispositifs d’apprentissage partout sur le territoire ; l’amélioration de l’employabilité des jeunes en veillant à l’adéquation formation-emploi ; la mise en œuvre du Programme décennal de formation professionnelle pour l’emploi (2012-2021), couvrant 15 secteurs économiques, 48 filières de formation, 148 emplois métiers ; la mise en œuvre de schémas directeurs de formation professionnelle pour l’emploi des jeunes ruraux avec un accent particulier sur les opportunités d’emploi dans l’agriculture ; enfin le perfectionnement de 50 000 travailleurs des secteurs public et privé, dont 15 000 femmes.

 

Le peuple malien, et plus particulièrement sa jeunesse, fonde beaucoup d’espoir sur l’impact attendu de la mise en œuvre de ces différentes actions, a indiqué le chef de l’Etat tout en invitant les amis et partenaires du Mali, l’Union européenne en tête, à accompagner le pays dans ce vaste chantier d’investissement dans la jeunesse.

(Synthèse)

La Rédaction

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Je pense que c’est à celle prix qu’on assurer un avenir meilleure à notre pays.

Comments are closed.